« Le poème d’à côté »

Mieux faire connaître la poésie française : tel est l’un des objectifs de ce blog. Pour cela, les billets de la catégorie « Le poème d’à côté » vous proposent de découvrir un poème qui se trouve, dans le livre où il a été originellement publié, juste avant ou juste après un poème très célèbre.

Voici les articles de cette catégorie :

  1. Charles Baudelaire, « Les aveugles », se trouvant à côté de « A une passante »
  2. Paul Verlaine, « L’heure du Berger », se trouvant à côté de « Chanson d’automne »
  3. Arthur Rimbaud, « Au cabaret vert », se trouvant à côté du « Dormeur du val »
  4. Stéphane Mallarmé, « Soupir », se trouvant à côté de « Brise marine »
  5. Charles Baudelaire, « L’homme et la mer », se trouvant à côté de « La vie antérieure »
  6. Marceline Desbordes-Valmore, « Le soir », non loin des « Roses de Saadi »
  7. Charles Baudelaire, « A une mendiante rousse » : la moins connue des Fleurs du mal ?
  8. Joachim Du Bellay, Poème XXXII des Regrets, à côté de « Heureux qui comme Ulysse »
  9. Victor Hugo, « Mors », à côté de « Demain dès l’aube »
  10. Victor Hugo, « Dans l’alcôve sombre », à côté de « Quand l’enfant paraît… »
  11. Paul Verlaine, « Lassitude », à côté de « Mon rêve familier »
  12. Arthur Rimbaud, « Les chercheuses de poux », à côté de « Bateau ivre »
  13. Victor Hugo, « Aux Feuillantines », à côté de « Le mendiant »
  14. Théophile Gautier, « La bonne soirée », à côté de « L’Art »
  15. Charles Baudelaire, « L’Ennemi », à côté de « La vie antérieure »
  16. Paul Verlaine, « Il faut, voyez-vous, nous pardonner », à côté de « Il pleure dans mon cœur »
  17. Victor Hugo, « Nuits de juin », à côté de « Oceano Nox »