Archives mensuelles : février 2016

Jour de neige, par Alpha du Centaure, flickr, libre de réutilisation (http://www.flickr.com/photos/alphaducentaure/3177472765/in/photolist-e9dD3J-dNg4yx-5QMnXc-98aUai-dNh9Uq-7FDFt5-qnyMJ1-4r2rtf-7oBHoc-dLQFtN-rqdCKg-ppK716-8ZfWrM-dNiNgC-dNm219-5TxTZR-dNjXFW-8ZrHk4-6uYWzP-8Zv7ro-dNmbCJ-eubqxw-b95cHc-5TNdZc-bq2tvp-pGtD2c-5Jz9tC-7AAmrn-dNkBG5-bFvVcF-87FZiH-kWXBFY-dWHa8i-5ShUE2-szgny-pKfUd5-e2Me3S-7tHzxo-9fsx1U-7p7EZC-dNkTWQ-dLJsqe-dNmv8E-p5d8qt-724HV-6kFT5n-6cQpYt-6cUxZy-6cUxFf-6cUxyJ/)
Jour de neige, par Alpha du Centaure, flickr, libre de réutilisation

« [L’expérience poétique est] analogue à celle de marcher dans la neige où chaque pas crisse, inaugural. Ainsi la parole poétique, dans ses meilleurs moments, est-elle fraîche, neuve, non parce qu’elle userait d’un vocabulaire, d’une syntaxe particulièrement originaux, mais parce qu’elle s’applique à une réalité vierge, encore innommée. En marchant dans la neige, on prend mieux conscience du sol qui précède nos pas. »

Jean-Pierre Lemaire, Marcher dans la neige, Un parcours en poésie,
Montrouge, Bayard, coll. « Christus », 2008, p. 17.

Ne vous trompez plus sur l’impératif !

Des craies (Taken,  Pixabay , libre de réutilisation)
Des craies (Taken, Pixabay , libre de réutilisation)

L’une des erreurs les plus fréquentes que je relève ici ou là, c’est la confusion entre l’impératif et l’indicatif. En effet, contrairement à l’indicatif, les verbes du premier groupe ne prennent pas d’s à la deuxième personne du singulier.

On dira donc, au premier groupe :

  • Mange ta soupe !
  • Dessine-moi un mouton !

Les autres groupes, eux, sont semblables à l’indicatif :

  • Connais-toi toi-même !
  • Prends garde !

Avérer

Vous avez sûrement déjà entendu quelqu’un dire : « Cette information s’est avérée vraie ». Cette formulation est cependant fautive en ce qu’elle est pléonastique. En effet, dans « avérer », il y a déjà « vrai ». Dès lors, la phrase « Cette information s’est avérée fausse » relève, quant à elle, du parfait contre-sens !

C’est pourquoi les formulations suivantes sont préférables : « Cette information s’est révélée exacte. Cette information s’est avérée. Cette information s’est révélée erronée. »

« [La littérature française contemporaine] fait preuve d’une prodigieuse vitalité : loin de suivre un cours tranquille sur des voies balisées, elle invente des formes […]. Elle se saisit à bras le corps de questions décisives pour notre temps : l’être social, l’inscription dans l’Histoire, la confrontation au réel, la méfiance envers les discours, l’usage du quotidien, le renouvellement des formes de l’engagement… Les genres sont vivifiés : la pulsion narrative se réaffirme, la poésie se refonde dans le lyrisme, le théâtre refait l’expérience conjointe du texte et du corps. […] [N]otre littérature a connu en un quart de siècle l’un de ses plus prodigieux renouvellements, comme peu de périodes dans l’histoire littéraire en donnent exemple […]. »

Dominique Viart, Bruno Vercier, La littérature française au présent,
2e édition augmentée, Paris, Bordas, 2008, p. 525-526.

Une galaxie (Wikilmages, Pixabay)

La poésie d’étoile en étoile

« J’ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre à fenêtre ; des chaînes d’or d’étoile à étoile et je danse », disait Arthur Rimbaud dans Illuminations. Et c’est précisément en reliant des constellations que s’est bâti un curieux site Internet, intitulé « Les Surgissantes« . Sur ce site consacré à la littérature et à la poésie, vous trouverez non des textes, mais des liens sous forme d’étoiles reliées en constellations.

Lire la suite

Victor_Hugo

L’autre Victor Hugo

Le Victor Hugo tel qu’on se le représente généralement est souvent un Hugo grave, pour ne pas dire grandiloquent. De fait, l’auteur de « Fonction du poète » et de la Légende des siècles incarne mieux qu’un autre l’image de l’écrivain génial, contemplant du haut des falaises anglo-normandes la tempête des vagues et le destin de la France. Pour autant, l’œuvre de Victor Hugo ne se réduit pas à cela. Petite sélection de poèmes plus légers.

Lire la suite

Un sketch pour parler de socio-phonétique

C’est une vidéo que j’ai découverte via Facebook. On peut la regarder comme un sketch, et pourtant on y apprend plein de choses. Le linguiste de cette vidéo a réussi le pari de parler de sa spécialité (la phonétique dans ses aspects socio-culturels) avec beaucoup d’humour et, en même temps, de pertinence. Cette vidéo, consacrée à l’accent marseillais, répond d’ailleurs à une question que je me posais il y a quelque temps, ici même sur ce blog, concernant la distinction entre les sons IN et UN. Alors un grand merci à cet enseignant-chercheur !

Lire la suite

Un thème, trois poètes

Le thème de l’amour est sans doute l’un des plus féconds en poésie, et il est intéressant d’étudier la façon dont il se décline à travers les âges. Bien sûr, un tel sujet nécessiterait bien davantage qu’un billet de blog. Ce sera ici l’occasion pour moi de présenter trois poèmes très célèbres, qui, tous trois, abordent ce thème par la menace du flétrissement de la jeunesse.

Lire la suite

birthday-739140_1280 (2)C’était il y a un an, le 14 février 2015 : je créais les premiers articles du blog « Littérature portes ouvertes ». L’intention était de mieux faire connaître le domaine de la littérature, et en particulier le monde de la poésie. Un an et près de 200 articles plus tard, l’ambition reste la même. Vous avez été nombreux à me lire et à me suivre. Soyez-en ici chaleureusement remerciés.

Pour accompagner le « Voyageur à son retour »

Portrait_de_Jean_Michel_Maulpoix
Portrait de Jean-Michel Maulpoix (source : Wikipédia)

C’est officiel, le nouveau recueil de Jean-Michel Maulpoix, intitulé Le Voyageur à son retour, dont je vous avais parlé il y a quelque temps, vient de paraître en librairie. Et il ne voyage pas seul. En effet, l’ouvrage s’accompagne de lectures, dont quatre viennent d’être publiées sur le site Internet du poète. Parmi celles-ci, vous trouverez plusieurs poèmes de ma main. Je remercie sincèrement Jean-Michel Maulpoix pour m’avoir invité à publier ces textes en marge de son ouvrage. Vous les trouverez ici.