Archives mensuelles : décembre 2015

Joyeuses fêtes de fin d’année

snowflake-554635_1920
Flocons de neige (Jill111, Pixabay, libre de réutilisation)
« La neige est une pluie très pure, froide et blanche qui tombe sans se précipiter, avec une infinie douceur. J’aime cette poudre tranquille qui brille si fort au soleil. »

Jean-Michel Maulpoix, Journal d’un enfant sage,
Paris, Mercure de France, 2010, p. 76.

Les débuts de romans

Les bons romans savent nous happer dès la première phrase. On pense à Camus : « Aujourd’hui maman est morte ». Simple, lapidaire, terriblement efficace. Un constat froid qui correspond bien à la psychologie du personnage. Ou encore chez Proust : « Longtemps je me suis couché de bonne heure ».

Vous aussi, vous avez en mémoire des premières phrases de romans particulièrement marquantes ? N’hésitez pas à les partager avec nous !

books-690219_1280 (2)
Des livres et un stylo
Louise Colet (Wikipédia, libre de réutilisation)

Quand Louise Colet visite Nice

Surtout connue pour avoir été l’amante de Flaubert et de Musset, Louise Colet était aussi une écrivaine renommée. Dans L’Italie des Italiens, elle décrit notamment son arrivée et son séjour à Nice, ville italienne récemment passée sous administration française. Quel visage de la ville apporte-t-elle ?

Lire la suite

Osez l’aphorisme !

La revue Traversées s’intéresse aux aphorismes…

 

Un vocable savant pour quelque chose qui l’est beaucoup moins, l’aphorisme est essentiellement ludique. 

Comme l’on s’en doute, cela vient du grec : « aphorismos » qui signifie définition. 

Mais le sens a évolué : « courte maxime », nous dit le Larousse encyclopédique. 

« Un énoncé autosuffisant » qui « peut être lu, compris, interprété sans faire appel à un autre texte », explicite Wilipédia qui propose « sentence » comme synonyme. 

Bref, l’aphorisme est indispensable, puisqu’il ne sert à rien (ce qui, en soi, est déjà un aphorisme !)… sinon à relativiser, à vous divertir. Il a été pratiqué de tous temps. En particulier par les poètes et les philosophes. Plus près de nous, par un Prévert. Et chez nous, par les surréalistes : Louis Scutenaire dans ses Inscriptions, Achille Chavée dans ses Décoctions… Du cher Achille, «Chassez le naturel, il revient à vélo» ou «

View original post 74 mots de plus

« Et le beau corps de la chair
Un bleu interrompu de quelques tirets d’or
Ou son entracte parmi les aromates
Car la mer chante où un nageur s’épanche
La transparence et la rotonde
Sans nul appui devant la corde du silence
Et la péripétie s’isole
Quelque regard vacant se rappelle un baiser
Dans une tâche d’ombre ornée par le rivage
Quand le soleil parfait a dissipé l’émoi »

Gabrielle Althen, La raison aimante, Sud, Marseille, 1985, p. 19.

A_Elbereth_Gilthoniel-teng.svg

« Inventer une langue »

« Inventer une langue » : la formule est de Rimbaud, et certains semblent l’avoir prise littéralement. En effet, il existe sur Internet des communautés d’usagers qui se renseignent et partagent autour de la création d’idiomes imaginaires, dans la lignée notamment de Tolkien qui faisait parler les personnages du Seigneur des Anneaux dans leur propre langage. Petit tour d’horizon de ces « langues construites »…

Lire la suite

Pallier et remédier

writing-1043622_1920.png

Il est une faute d’usage courante, qui consiste à écrire le verbe pallier avec un complément d’objet indirect, alors que ce verbe est transitif direct. Autrement dit, il convient d’écrire que l’on pallie un problème, et non que l’on pallie à un problème. Si vous tenez absolument à utiliser une construction indirecte, choisissez plutôt le verbe remédier, qui, lui, est bien transitif indirect.

Lire la suite