Enseigner le passé composé à l’école

Je vous propose aujourd’hui une séquence complète d’enseignement du passé composé. J’ai voulu ici proposer un canevas qui soit le même du CE1 au CM2, facilitant ainsi le travail en cours multiple ainsi que le changement de niveau des professeurs. Après avoir souligné les difficultés propres à ce tiroir verbal et rappelé le contenu des programmes officiels, je présenterai les dix séances de cette séquence adaptable sur les cycles 2 et 3.

1. Qu’est-ce que le passé composé ?

1.2 Une définition « pour les adultes »

Le passé composé est un tiroir verbal qui, morphologiquement, se caractérise par la forme composée du verbe. Celui-ci est donc composé de deux mots (ou trois à la voix passive) : un auxiliaire être ou avoir au présent, et un participe passé. Tous les modes (indicatif, subjonctif, impératif, infinitif et participe) possèdent des formes composées : elles expriment l’aspect accompli, par rapport aux formes simples qui expriment l’aspect inaccompli. La plupart des verbes ne se construisent qu’avec l’un ou l’autre des deux auxiliaires, mais certains verbes peuvent se conjuguer avec l’un ou l’autre selon leur signification ou leur emploi.

Du point de vue sémantique, le passé composé exprime « l’accompli du présent » et/ou « l’antérieur du présent ». Il est aussi parfois un « temps du passé », ce qui en fait un équivalent moins soutenu du passé simple.

Quelques exemples proposés par la GMF :

  • Nous avons emporté de quoi faire du thé. → Le passé composé exprime ici un « accompli du présent ». Le procès est accompli : nous avons maintenant de quoi faire du thé. En ce sens, le passé composé s’oppose au présent, qui exprime l’inaccompli (Nous emportons…).
  • Quand il a déjeuné, César fait la sieste. → Le passé composé exprime ici un « antérieur du présent ». Les deux événements nommés (le déjeuner, la sieste) se suivent dans le temps.
  • Attention, dans ce deuxième emploi, on pourra trouver des passés composés qui ne désignent pas des faits qui se sont réellement passés, notamment parce qu’on est dans le registre de l’hypothèse ou dans l’expression d’un futur proche. Exemples : Si vous n’avez pas trouvé la solution à ce problème, je vous l’expliquerai. J’ai fini dans cinq minutes ! Le passé composé peut aussi représenter une vérité générale : Cela ne s’est jamais vu !
  • Les députés ont formé une Assemblée Constituante. → Enfin, le passé composé peut servir à narrer des faits passés, se substituant ainsi au passé simple et étant employé en alternance avec l’imparfait. Il n’est pas cependant totalement un équivalent du passé simple, dans la mesure où il maintient un lien « psychologique » avec le présent de l’énonciation.

D’après M. Riegel, J.-C. Pellat, R. Rioul, Grammaire méthodique du français,
Paris, Puf, 1994, rééd. 2009, pp. 450 sq. et 534 sq.

1.2 La notion de participe passé

On dit parfois que le participe passé est la forme adjective du verbe. En effet, il est parfois possible d’employer le participe passé comme un adjectif qualificatif : « Ce fromage, grignoté par la souris, a servi d’appât. » Le participe passé est essentiellement utilisé en composition avec un auxiliaire (être ou avoir) pour former des temps composés ou des verbes à la voix passive.

D’un point de vue morphologique, on distingue :

  • les participes passés en qui sont les plus nombreux (verbes du premier groupe, mais aussi être et aller) ;
  • les participes passés en -i qui sont ceux des verbes du deuxième groupe mais aussi de nombreux verbes du troisième groupe ;
  • les participes passés en -u qui sont ceux de certains verbes du troisième groupe.

Les trois types qui précèdent sont les plus courants. Ils ont ceci de pratique qu’ils se terminent par une voyelle qui les distingue nettement de l’infinitif (où il y a nécessairement la lettre -r- quelque part) et d’autres formes conjuguées. Hélas, certains verbes (parmi lesquels on en trouve de très courants) ont des terminaisons de participe passé qui les rapprochent d’autres formes conjuguées :

  • les participes passés en -it (j’ai dit, j’ai fait, j’ai conduit) ;
  • les participes passés en -is (j’ai pris, j’ai mis, j’ai acquis) ;
  • les participes passés en -rt (j’ai ouvert, j’ai couvert, je suis mort…) ;
  • les participes passés en -nt (j’ai craint, j’ai oint, j’ai joint, j’ai rejoint) ;
  • un participe passé en -us (j’ai inclus alors que j’ai exclu).

On remarquera que la connaissance de l’infinitif ne suffit pas toujours à déterminer la forme du participe passé : tous les infinitifs en -ir n’ont pas un participe passé en -i, et ainsi de suite. La connaissance du groupe n’est également pas d’une grande aide : le troisième groupe rassemble des terminaisons très diverses, et certains verbes du troisième groupe se conjuguent comme ceux du deuxième (dormir et finir ont ainsi la même conjugaison au passé composé).

Aussi conclurons-nous cette partie introductive avec cette remarque de la Grammaire méthodique du français : ces précisions donnent « une idée des difficultés d’assimilation du système morphologique pour les personnes apprenant le français, enfants ou étrangers ».

2. Le passé composé à l’école

2.1 Ce que disent les programmes officiels

Le ministère de l’Éducation Nationale a publié en 2018 des « Ajustements aux programmes » qui réécrivent les programmes nationaux parus en 2016. C’est à partir de ces programmes que j’ai construit le petit tableau ci-dessous, en reformulant parfois afin de gagner de la place, mais sans changer l’idée.

Programmes du cycle 2
(CP-CE1-CE2)
Programmes du cycle 3
(CM1-CM2-6e)
PROGRAMMES DU CYCLE 4
(5e-4e-3e)
• Mémoriser le passé composé pour les verbes du 1er groupe et certains verbes du 3e groupe.
• Distinguer temps simples et temps composés.
• Mémoriser le passé composé pour les verbes des 1er et 2e groupes et certains verbes du 3e groupe.
• Distinguer temps simples et temps composés.
• Comprendre la notion de participe passé.
• Être initié à la notion d’aspect verbal.
• Mémoriser le passé composé (et les autres temps composés) pour tous les verbes
• Être initié à la valeur des temps (et des modes) à partir d’observations et de comparaison
Aperçu des programmes officiels concernant le passé composé

Si j’ai inclus dans cet article les programmes du Cycle 4, c’est pour rappeler que les enfants entendront parler de passé composé du CE1 à la 3e, et même après. C’est une notion qui est donc travaillée très tôt et poursuivie jusqu’à la fin de la scolarité obligatoire. Il importe donc que les apprentissages soient progressifs : la notion est la même, mais elle n’est pas traitée de la même manière.

2.2 Les « attendus de fin d’année » et les « repères annuels de progression » pour le CM1

Le ministère de l’Éducation Nationale a également publié des documents officiels qui se surajoutent aux programmes. Il s’agit des « attendus de fin d’année » et des « repères annuels de progression.

Ayant cette année en charge l’enseignement du CM1, je vais me concentrer sur cette année-là. Les « attendus de fin d’année de CM1 » reprennent les programmes officiels, tout en indiquant des « exemples de réussite » : Pour les temps composés, il conjugue sans erreur les verbes étudiés avec l’auxiliaire avoir et le participe passé.

Les repères annuels de progression du cycle 3 indiquent que la nouveauté du CM1 par rapport aux apprentissages du cycle 2 réside dans l’ajout des verbes du deuxième groupe. (Il me semble que cette distinction est surtout pertinente pour l’acquisition du présent simple, dans la mesure où les participes passés autres que -é sont de toute manière abordés par l’étude des quelques verbes du troisième groupe imposés aux élèves du cycle 2.) La conjugaison des verbes avec l’auxiliaire être n’est explicitement indiquée que pour l’année de sixième (alors que cet accord n’intrigue guère les élèves puisqu’il peut être rapproché de l’accord de l’adjectif attribut avec le sujet).

L’accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir quand le COD est antéposé n’est en revanche évoqué nulle part : aussi faut-il sans doute comprendre que cette question est désormais étudiée dans les trois dernières années du collège. Il faut dire qu’il s’agit là d’une notion relativement épineuse, susceptible de poser des difficultés y compris à des personnes aguerries, comme je le notais dans un article intitulé « Les subtilités de l’accord du participe passé », où je me suis attaché à expliquer les cas les plus épineux.

► Lien vers les documents ministériels

3. Quelle progressivité
des apprentissages ?

Voici une proposition personnelle pour la progressivité des apprentissages du CP au CM2:

4. Une séquence adaptable du CE1 au CM2

La séquence qui suit n’est qu’une proposition parmi d’autres possibles. Elle a été pensée de manière à permettre une structure commune du CE1 au CM2, facilitant ainsi la mise en place en cours multiple. Certaines séances sont ainsi, volontairement, quasiment les mêmes du CE1 au CM2. Les enseignants de cycle 3 pourront aussi utiliser le matériel prévu pour le cycle 2 comme supports de remédiation ou d’autonomie. Cette structure commune permet aussi aux enseignants en début de carrière, susceptibles de changer de niveau chaque année, de conserver la même trame d’une année à l’autre.

Vous trouverez peut-être cette séquence un peu longue, mais, mis à part les séances de découverte, les séances ne sont pas prévues pour durer beaucoup. Les dix séances peuvent ainsi aisément tenir dans une période de six semaines, certaines d’entre elles pouvant être menées pendant des temps d’autonomie. En cycle 3, on pourra parfois proposer deux séances en une si les élèves sont efficaces.

La séquence a été pensée de manière à ne travailler qu’une seule notion nouvelle à la fois. Ainsi, on prend le temps de découvrir que le passé composé est une forme verbale en deux morceaux, puis que le passé composé est un temps du passé. Ce n’est que lors de la troisième séance que l’on installe les termes spécifiques d’auxiliaire et de participe passé. Les élèves s’entraînent ensuite à conjuguer. Ce n’est qu’à partir de la cinquième séance que l’on brasse les trois groupes en cycle 3, et de la huitième qu’on ajoute l’accord du participe passé. La séquence se veut ainsi progressive.

La séquence s’efforce également de ne pas entraîner de confusion entre infinitif et participe passé. Le classement des participes en -é, -i, -u proposé au cycle 3 permet ainsi de prendre le temps d’observer les participes, et de faire émerger une caractéristique de la plupart des participes passés : ils se terminent par une voyelle. Cela permet de les distinguer nettement des formes d’infinitif ou d’autres formes conjuguées. On écarte alors dans un premier temps les participes passés consonantiques (voir plus haut), dont l’étude pourra être laissée au cycle 4.

Cette séquence a été conçue au printemps 2020, pendant le confinement. Elle se veut donc tout à fait réalisable à distance. Un corrigé est systématiquement joint, permettant aux élèves de corriger eux-mêmes leur travail.

#ObjectifAdaptations
Cycle 2
adaptations
Cycle 3
1Découverte : des verbes de deux mots (activité de tri)Catégories donnéesCatégories à trouver
2Découverte : un temps du passé (activité de tri)Avec aideActivité rapide
3Découverte du vocabulaire spécifique (aux. & p.p.)Avec aideActivité rapide
4Entraînement et renforcementEx. d’entraînementFaisable en autonomie
5Conjuguer au passé composéFaisable en autonomieDécouv. 2e et 3e grp.
6S’entraîner à conjuguer avec avoirDictée avec le maîtreActivité en autonomie
7S’entraîner à conjuguer avec avoir (suite)EntraînementÉvaluation
8Accorder le participe passé (découverte)1er groupe Tous groupes
9Accorder le participe passé (exercices)1er groupe + 3e groupeTous groupes
10Évaluation bilan1er groupe + 3e groupeTous groupes
11Vers la 6e : les autres temps composésCM2 uniquement
Aperçu de la séquence

Séance 1 ► Découvrir qu’il existe des temps verbaux composés de plusieurs mots (activité de tri)

La grande nouveauté du passé composé par rapport aux autres formes verbales se situe précisément dans sa dimension composée. La séance de découverte doit donc permettre de faire émerger cette particularité. Je propose donc que les élèves commencent par trier des verbes en deux catégories. Idéalement, il serait bon que ces deux catégories ne soient pas nommées au préalable, et que les élèves les découvrent par eux-mêmes.

Ayant préparé cette activité dans une période de confinement liée à la crise sanitaire du coronavirus, j’ai cependant décidé de les indiquer d’emblée aux élèves, afin que ceux-ci puissent réaliser l’activité sans aide. Vous trouverez ci-dessous l’activité avec deux niveaux de difficulté, vous permettant de gérer la différenciation comme les cours doubles ou multiples.

Dans le cadre d’une séance de découverte ayant lieu en classe, il conviendra de laisser aux élèves la possibilité de trouver par eux-mêmes les deux catégories. L’enseignant devra rester en retrait et autoriser dans un premier temps toutes les solutions pertinentes (par exemple singulier et pluriel), en excluant les solutions non pertinentes (par exemple n’ayant rien à voir avec la conjugaison). La mise en commun se fera par l’affichage de certains travaux d’élèves. Les élèves pourront travailler par groupes (en fonction de l’effectif).

Séance 2 ► Découvrir que le passé composé permet de parler du passé (activité de tri)

La première séance a adopté un angle morphologique : il existe des verbes composés de deux parties. Les termes d’ « auxiliaire » et de « participe passé » n’ont volontairement pas encore été introduits. Il convient en premier lieu de donner du sens à cette découverte : à quoi servent ces nouveaux verbes composés de deux parties ? Ils permettent de parler du passé. Pour cela, les élèves vont reprendre une activité déjà conduite en début d’année lors de la découverte de la notion de verbe : le tri de phrases selon le critère passé/présent/futur. Ils seront ensuite invités à indiquer dans quelle catégorie se trouvent les verbes composés de deux morceaux.

On notera que certaines phrases possèdent des compléments circonstanciels de temps destinés à aider les élèves (« La semaine dernière », « En ce moment », « La semaine prochaine », « Autrefois) tandis que d’autres phrases invitent les élèves à se concentrer sur la seule forme verbale pour décider. Cela constitue ainsi une forme de différenciation invisible, permettant à l’enseignant de repérer d’éventuelles difficultés. Les phrases ont été rédigées avec la police de caractères « Open Dyslexic », facilitant le travail des enfants à besoins éducatifs particuliers, sans cependant stigmatiser ces derniers par l’octroi d’un travail différent des autres.

Une telle activité peut être proposée du CE1 au CM2. En cycle 3, cette activité sera rapide et les élèves qui auront fini en avance pourront directement enchaîner avec la fiche prévue pour la séance 3, en autonomie. En cycle 2, les élèves pourront travailler par petits groupes et bénéficier de davantage d’aide de la part de l’enseignant. En cas de double niveau (CE2-CM1, CE1-CM2, CE2-CM2, etc.), on pourra donner ce travail aux deux niveaux, avec comme supplément la fiche suivante (séance 3) pour le niveau le plus avancé.

Séance 3 ► Introduire les notions d’auxiliaire et de participe passé

Cette séance, assez courte, pourra être faite directement à la suite de la précédente dans les classes de cycle 3. Elle constituera une séance spécifique pour les élèves de cycle 2. Elle permet de revoir ce qui a été vu lors des séances précédentes (le passé composé parle du passé et il est constitué de deux mots). C’est seulement lors de cette troisième séance que nous introduisons les termes d’auxiliaire et de participe passé. Deux niveaux sont prévus, permettant le travail en cours double ou la différenciation pédagogique.

C’est alors le bon moment pour donner une leçon à apprendre. Celle-ci n’aborde pas encore la conjugaison proprement dite : il s’agit simplement de donner une définition claire des termes de « passé composé », « auxiliaire » et « participe passé ». La suite viendra en son temps.

Séance 4 ► S’entraîner à manipuler le passé composé

Il importe à présent, avant d’aborder d’autres notions, que les élèves aient suffisamment acquis celles qui ont déjà été vues. Il n’y a pas d’autre moyen, pour cela, que l’entraînement. Les exercices proposés pour cette séance se veulent variés dans les tâches proposées : cocher, entourer, relier, compléter. Ils permettent de vérifier à mi-séquence ce qui a déjà été acquis. Pour les élèves de CE1 et CE2, il ne restera qu’à consolider en conjuguant véritablement les verbes adaptés à leur âge (auxiliaire avoir, premier groupe et certains verbes irréguliers du troisième groupe). Pour les élèves de cycle 3, il faudra aller plus loin.

Vous vous étonnerez peut-être qu’une fiche identique soit proposée du CE1 au CM2. C’est que l’utilisation qu’on en fait n’est pas du tout la même : on pourra la traiter en plusieurs fois chez les plus jeunes, en groupes de besoins ou avec l’aide d’un tuteur plus âgé. Les élèves de cycle 3 pourront la réaliser en autonomie. Proposer une séquence unique avec des adaptations a cependant un avantage énorme pour les jeunes professeurs qui changent généralement d’école et de niveau chaque année : ils n’ont ainsi à se familiariser qu’avec un seul support, sans avoir à changer du tout au tout leurs méthodes selon le niveau.

Séance 5 ► Conjuguer au passé composé

C’est à partir de cette séance que la différence entre les niveaux va devenir davantage marquée. Les élèves de CE1 et de CE2 vont s’entraîner à conjuguer au passé composé dans des cas simples. Ils peuvent travailler cette séance en autonomie. Les élèves de CM1 et de CM2 vont découvrir trois types possibles de participe passé (en , en -i, en -u) : il y en a évidemment d’autres (il a mis, il est mort, il a souffert…), mais ces trois types sont les plus fréquents, et ils permettront de commencer à conjuguer d’autres verbes que ceux du premier groupe. Conformément à l’esprit des programmes, il s’agit d’observer le fonctionnement du verbe avant d’être capable de l’orthographier seul. Cette activité de tri permettra aux élèves de prendre intuitivement conscience de ce qu’est un participe passé.

Voici la fiche prévue pour le cycle 2. Elle pourra aussi être utilisée en cycle 3 comme remédiation, par exemple en APC ou pendant un temps d’autonomie.

En cycle 3, il s’agit d’une activité de recherche qui peut être conduite individuellement ou par groupes. On trouvera en première page le support pour coller incluant la consigne, en deuxième page les étiquettes (reproduites plusieurs fois pour gagner du papier), en troisième page un corrigé (il pourra être projeté à l’issue de la mise en commun) suivi d’une trace écrite.

Séance 6 ► Conjuguer avec l’auxiliaire avoir

Cette sixième séance invite les élèves à s’entraîner à conjuguer avec l’auxiliaire avoir.

  • En cycle 2, les élèves feront une petite dictée de verbes avec le maître. Cela constituera une évaluation formative pour voir où les élèves en sont. On évitera les phrases longues, en privilégiant la forme « Pronom personnel+Verbe au passé composé ». À ce stade, on choisira uniquement des verbes du premier groupe conjugués avec l’auxiliaire avoir.
  • En cycle 3, les élèves pourront travailler en autonomie (en cas de double niveau) ou en groupes de besoin. Les exercices proposés permettent d’identifier les trois groupes. Pour le troisième groupe, on s’est limité au cas le plus fréquent des participes passés en -u. On se limite pour l’instant à des verbes conjugués avec « avoir ».

Séance 7 ► Conjuguer avec l’auxiliaire avoir (suite)

Cette septième séance poursuit l’entraînement de la conjugaison avec l’auxiliaire avoir. En cycle 2, il s’agit exclusivement de verbes du premier groupe pour l’instant. En cycle 3, il s’agit de verbes des trois groupes, en nous limitant à des participes passés en -é, en -i et en -u. La séance proposée en cycle 3 pourra servir de support d’évaluation. Elle peut également constituer un exercice d’entraînement en autonomie.

Séance 8 ► Découvrir des différences d’accord selon les auxiliaires

Cette séance invite à observer et trier des verbes afin d’en déduire des différences d’accord du participe passé. Conformément à l’esprit des programmes, la question de l’accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir quand le complément d’objet est antéposé est laissée au cycle 4 (collège). En cycle 2, on se limitera à des verbes du premier groupe (participes passés en -é, -ée, -és, -ées). En cycle 3, on ajoutera des verbes du deuxième groupe (participes passés en -i, -ie, -is, -ies).

Séance 9 ► Conjuguer en accordant le participe passé

En cycle 2, on commencera par s’entraîner avec le maître avec l’ardoise : l’enseignant écrit des phrases au tableau et les enfants doivent indiquer si l’auxiliaire est être ou avoir. Pour rendre l’activité plus ludique, ils peuvent écrire « être » sur un côté de l’ardoise et « avoir » de l’autre côté de l’ardoise. L’activité pourra se poursuivre par une petite dictée de quelques verbes, puis par un exercice d’application en autonomie.

En cycle 3, une fiche faisable en autonomie invite à revenir sur les notions de la séance précédente en identifiant les auxiliaires, en rappelant les règles d’accord et en invitant les élèves à conjuguer des verbes au passé composé (participe passé en -i ou en -u, à accorder ou non selon l’auxiliaire).

Séances 10 et 11 ► Évaluation et prolongement

On pourra conclure la séquence par une évaluation sommative.

Je suis déjà allé un peu plus loin avec des élèves de CM2 en leur proposant de découvrir l’existence d’autres temps composés que le seul passé composé. Cette avancée vers la sixième n’est cependant pas indispensable : selon les besoins des élèves, on pourra consacrer davantage de temps à la mémorisation des formes et des règles d’accord.

*

Cette proposition de séquence n’est rien d’autre que ce qu’elle est : une proposition. Elle a été construite dans l’idée de proposer un squelette commun à tous les niveaux du CE1 au CM2, facilitant ainsi le changement de niveau pour les enseignants, ainsi que les cours multiples. Elle n’est certes pas exhaustive mais elle est déjà longue (10 à 11 séances). Elle a été conçue pendant la période de « continuité pédagogique » pendant laquelle j’ai décidé de partager tous mes supports de cours. Vous pouvez bien entendu utiliser ces fiches avec vos élèves, en revanche je ne souhaite pas fournir de version modifiable. Je suis bien entendu à l’écoute de toute suggestion ou remarque dans l’espace des commentaires.

Voir aussi la liste des articles publiés dans la catégorie « Enseignement ».

11 commentaires sur « Enseigner le passé composé à l’école »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s