Archives mensuelles : octobre 2016

Arthur Rimbaud dans le temps

C’est une œuvre particulièrement dense que celle d’Arthur Rimbaud. Des premières poésies du Cahier de Douai à la publication de la Saison en Enfer, il ne s’est passé que quelques années. Et pourtant, que d’évolutions, de changements, de transformations ! Dans ce bref laps de temps, entre 1870 et 1873, Rimbaud bouleverse le vers, opte pour la prose, et se renouvelle constamment, avant d’abandonner radicalement la poésie et de partir faire du commerce au Harar. Comme si des siècles s’immisçaient dans ces quelques années. Comment ce si bref itinéraire parvient-il à s’élargir de la sorte ?

Lire la suite

Publicités

La diction du français dans les JT

C’est bien connu, la langue française s’accentue sur la dernière syllabe prononcée : on dit que c’est une langue oxytonique. Mais ça, c’est la théorie. En pratique, la façon de prononcer la langue française varie énormément. Selon la région, bien sûr : ce sont les fameux accents régionaux. Mais aussi selon le contexte, l’émotion, etc. C’est ainsi que, fait étonnant, les présentateurs de journaux télévisés ne prononcent pas le français de façon standard…

Lire la suite

Aller : le plus irrégulier des verbes

Il y a des verbes qui se contentent gentiment de suivre les règles. Il y en a d’autres qui jouent les rebelles. Le verbe aller est très courant et pourtant, hélas, il multiplie les irrégularités. Je crois bien que, sur le podium des verbes irréguliers, il talonne le verbe être. Comment expliquer ces originalités ? Il faut, comme souvent, passer par l’étymologie…

Lire la suite

À propos du dernier prix Nobel de littérature

L’attribution du prix Nobel de littérature à Bob Dylan n’a pas laissé indifférent. Elle a suscité de nombreuses réactions et des débats parfois assez houleux. Certains se félicitent de ce choix inattendu, qui malmène les hiérarchies traditionnelles au profit d’un artiste populaire. D’autres s’indignent de ce que le prix Nobel de littérature soit attribué à quelqu’un qui n’est pas même un écrivain. Ce débat est d’autant plus intéressant qu’il invite à réfléchir sur la définition même de littérature.

Lire la suite

Le poème d’à côté : Paul Verlaine

« Mon rêve familier » est sans doute l’un des plus célèbres poèmes de Paul Verlaine. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, le voici en vidéo, prononcé sur une Gymnopédie d’Erik Satie. Eh bien, je vous propose de tourner la page et de découvrir le poème d’à côté…

Lire la suite

Le dimanche indo-européen : les racines du verbe être

Je vous parlais il y a peu du blog intitulé « Un dimanche indo-européen ». Or, son auteur, Frédéric Blondieau, vient d’y publier un article intéressant, essentiellement consacré aux origines du verbe être. Saviez-vous que les formes de ce verbe proviennent en réalité de trois verbes originellement distincts, comme c’est le cas aussi du verbe aller ?

C’est à lire ici : « Être ou ne pas être, cogito ergo sum, et toutes ces sortes de choses… »

D’où vient le « s » du pluriel ?

C’est une règle que nous avons apprise très tôt : la plupart des substantifs forment leur pluriel en y adjoignant un « s ». Une marque la plus souvent muette à l’oral, ce qui explique la facilité avec laquelle on peut oublier de l’écrire. Mais d’où vient cet « s » ?

Lire la suite

Les animaux dans la poésie

Aujourd’hui 4 octobre, c’est la journée mondiale des animaux. Cette initiative onusienne vise à « protéger les espèces en voie de disparition ». Les poètes n’ont évidemment pas attendu cette injonction pour évoquer, célébrer, chanter les animaux dans leurs poèmes. Quelques exemples puisés dans différentes époques.

Lire la suite

« Une fringale de papier me surprend en automne. J’écris tandis que tombent les feuilles. Le ciel se tasse, il craque quand on marche dessus. Ni fontaine fraîche, ni petites lèvres végétales, ni langues agiles, ni voix d’oracle, ni couvert secret des couvées : mon arbre est le monument de l’absence, une croix griffée à l’encre noire sur l’horizon vide. Écrire accompagne sa douleur.

Les feuilles tombées ressemblent aux ailes des papillons. Séchées entre les pages d’un livre, ce sont de petits buvards silencieux. La mémoire immobile de l’envol. »

Jean-Michel Maulpoix, Emondes, Solaire, 1981, p. 44.