Archives du mot-clé littérature

Reblogué : réparer le monde

vusurleWebJe me permets de vous signaler cet article du blog « BuencaRmino » selon lequel une tendance de la littérature du XXIe siècle serait de « reprendre pied dans le monde ». Il s’agit d’une note de lecture de Réparer le monde, la littérature française au XXIe siècle, par Alexandre Gefen (Corti). Une réflexion stimulante.

Réparer le monde — BuencaRmino

Publicités

La poésie s’expose à Cap d’Ail

Ce mardi 10 avril après-midi, j’étais en sortie scolaire avec mes élèves, au Château des Terrasses, à Cap d’Ail. Ceux-ci étaient en effet invités à visiter une exposition à laquelle ils avaient participé. Dans le cadre du Printemps des Poètes, plusieurs classes de différentes écoles ont écrit des poèmes présentés à travers une production plastique. L’exposition représente l’aboutissement de ce projet de longue haleine.

Lire la suite

La littérature et la poésie selon Adeline Baldacchino

Au hasard de mes pérégrinations sur les réseaux, j’ai découvert une fort intéressante interview accordée par Adeline Baldacchino, romancière, poète, essayiste, au site « Le comptoir ». À trente-six ans, elle a déjà une œuvre conséquente à son actif, et des idées plus qu’intéressantes sur la poésie. Dans son dernier roman, intitulé Celui qui disait non (Fayard, 2018), elle s’intéresse au geste d’un Allemand dans une foule, seul à ne pas avoir fait le salut nazi, et au pourquoi de ce refus. Bref, l’interview m’a donné envie de lire le roman, mais aussi de découvrir sa poésie.

https://comptoir.org/2018/04/04/adeline-baldacchino-il-faut-rehabiliter-la-capacite-a-parler-du-monde-en-poete/

Enseigner la langue française

Je viens de lire un article écrit par Jean-Paul Brighelli et « Jennifer Cagole » paru en septembre 2017 sur le site Causeur. Cet article traite d’un sujet qui me tient à cœur : l’enseignement de la littérature et de la langue françaises. La thèse des auteurs peut se résumer en une phrase : les tendances actuelles de l’enseignement seraient toutes absolument mauvaises. Je trouve ce point de vue exagérément caricatural, et je voudrais ici apporter quelques nuances.

Lire la suite

Peut-on encore écrire des sonnets aujourd’hui ?

On me demande s’il est encore possible d’écrire aujourd’hui des sonnets. C’est une question très intéressante, qui, comme souvent en littérature, ne possède pas une réponse unique, et qui pose, plus largement, le problème du rapport de l’écrivain contemporain à la tradition. Répondre à cette question implique ainsi de s’interroger sur la spécificité de la poésie contemporaine à l’égard des époques antérieures. Vaste question, donc.

Lire la suite

Comment enseigner les classiques de littérature ?

On me pose aujourd’hui une question intéressante : comment enseigner les classiques de littérature ? Vaste question, sur laquelle de très nombreux enseignants, chercheurs, pédagogues se sont penchés. Y répondre de façon définitive relève de l’utopie. Voici cependant quelques remarques.

Lire la suite

Merci pour votre fidélité !

Un petit événement vient d’avoir lieu dans la vie de ce blog : la barre des cent mille visiteurs uniques a été franchie. Très sincèrement, lorsqu’en février 2015 je créais ce blog, j’étais loin de m’imaginer qu’il rencontrerait un tel succès. Vos nombreuses visites sont source de motivation pour continuer à écrire. Et elles permettent de rappeler que la littérature, la poésie, la langue française, l’éducation sont des questions qui intéressent bien plus de monde qu’il ne paraît.

Lire la suite

A propos de « l’Échiquier du Mal » de Dan Simmons

Trois retraités se retrouvent pour se raconter leurs dernières nouvelles. Melanie Fuller, Nina Drayton et Willi Borden sont amis de très longue date. Ils se connaissaient déjà avant-guerre, et, depuis, aiment à se retrouver de temps à autre. Comme de nombreuses personnes de leur âge, ils se rencontrent aussi pour jouer. Mais ces retraités-là ne jouent pas au bridge ou à la belote. Ils s’affrontent dans des parties bien plus dangereuses, surtout pour ceux qui croisent leur chemin…

Lire la suite

Poème pacifiste

Je feuillette en ce moment les Chansons des rues et des bois de Victor Hugo. Un très beau recueil de poèmes plutôt légers et agréables à lire. Celui que je m’apprête à citer ne déroge pas à la règle : le choix d’un vers court, l’heptasyllabe, préserve de toute grandiloquence. Pourtant, c’est un message très sérieux que le poète veut faire passer : il montre l’imbécillité des guerres. Les humains insensés se montrent sourds au chant de l’alouette…

Lire la suite

Qu’est-ce qu’un roman d’aventures coloniales ?

Faire de la recherche en lettres, c’est généralement se spécialiser dans l’étude d’un genre, d’un thème, d’une période. Cherchant à faire connaître ce domaine passionnant auprès d’un plus large public, je vais aujourd’hui vous parler des recherches de Jean-Marie Seillan, professeur émérite à l’Université de Nice. Il s’est en effet intéressé au roman d’aventures coloniales, un genre en pleine expansion au XIXe siècle.

Lire la suite

Connaissez-vous Fabre d’Eglantine ?

C’est un fait : le dix-huitième siècle est davantage réputé pour ses philosophes et ses penseurs que pour ses poètes. Le siècle des Lumières a pourtant eu ses poètes. Aujourd’hui, je vous présente un poème de Fabre d’Églantine, surtout connu pour avoir été l’inventeur du calendrier républicain.

Lire la suite

Un poète contemporain : Benoît Conort

Auteur de cinq recueils dont plusieurs ont été couronnés par des prix, Benoît Conort est l’une des voix majeures de la poésie française contemporaine. Son ami Jean-Michel Maulpoix le classe parmi les nouveaux lyriques, aux côtés de Jean-Pierre Lemaire, Guy Goffette, James Sacré ou encore Yves Leclair. Sa poésie est fortement marquée par les thèmes du deuil et de la mort.

Lire la suite

Le chant du bouc

Athènes, bien longtemps avant Jésus-Christ. Une foule compacte se presse sur d’imposants gradins. C’est une curieuse scène que contemple le public, quoique ce dernier ne paraisse pas étonné outre mesure : la voici en effet peuplée de bien étranges créatures. Jugez plutôt : en dessous de leur visage et de leur buste d’apparence humaine, apparaissent des pattes de bouc velues ! Les acteurs, ainsi déguisés, représentent des satyres. Ce chœur interprète un dithyrambe, en l’honneur de Dionysos.

Lire la suite

Une rose (Pixabay)

« La rose est la source
Le centre du temps
Le soleil la trousse
Pour mourir dedans.

T’as des bégonias
Plein les jambes plein
Le dessous des bras
D’autres dans les seins

Le taureau dessine
Un geste précis
Et rouge assassine
Le monde et midi »

James Sacré, Le taureau, la rose, un poème,
Cadex éditions, 1990, p. 32.