À propos du dernier prix Nobel de littérature

L’attribution du prix Nobel de littérature à Bob Dylan n’a pas laissé indifférent. Elle a suscité de nombreuses réactions et des débats parfois assez houleux. Certains se félicitent de ce choix inattendu, qui malmène les hiérarchies traditionnelles au profit d’un artiste populaire. D’autres s’indignent de ce que le prix Nobel de littérature soit attribué à quelqu’un qui n’est pas même un écrivain. Ce débat est d’autant plus intéressant qu’il invite à réfléchir sur la définition même de littérature.

Ce qu’on en dit ici et là

Il est naturel que Les Inrocks, magazine initialement consacré au rock, se félicite de ce choix surprenant. Selon Serge Kaganski, auteur de l’article, cela « brise le ronron des prix officiels ». Pour lui, cela pourrait faire jurisprudence et inviter à la « consécration littéraire de musiciens talentueusement attachés au verbe ». C’est, en somme, un « événement qui fait bouger les lignes et bouscule les habitudes ».

Pour Marianne, Bob Dylan a « tout à voir avec la littérature ». L’auteur de l’article, Guy Konopnicki, utilise pour l’affirmer un argument historique, à savoir le caractère chanté des premières œuvres littéraires.

En revanche, Annie Ernaux, interrogée par Le Monde, se montre moins enthousiaste. Pour elle, « ce qui est proprement littéraire se dissout ». En d’autres termes, il ne s’agit pas de contester le talent de Bob Dylan, lequel est indéniable, mais de se demander si cet artiste était réellement éligible au titre du prix Nobel de littérature.

Même son de cloche chez Eric Mettout, de L’Express, pour qui c’est une « drôle d’idée » : le talent de Bob Dylan ne relève pas de la littérature.

L’universitaire, poète et traducteur Jean-Yves Masson adopte une perspective semblable dans une publication sur Facebook. Citons un extrait : « L’amertume que peut donner ce Prix Nobel ne tient pas au choix de l’artiste mais à la caution que les jurés apportent à l’idée si répandue et si politically correct que les vrais poètes d’aujourd’hui sont les chanteurs. Ce serait tout aussi faux de dire que ce sont les vrais musiciens.« 

En somme, pour lui, la chanson est un art mixte, qui recourt à la fois à la musique et à la poésie, et qui ne peut être assimilé à aucun des deux arts. En ce sens, un chanteur n’est ni seulement un musicien, ni seulement un poète ; il appartient à une catégorie distincte, si bien qu’il est illogique de récompenser un chanteur dans un prix de littérature.

« La poésie n’est pas seule » (Michel Deguy)

Je suis plutôt de l’avis de Jean-Yves Masson. Je ne pense pas qu’un chanteur, quel qu’il soit, puisse être considéré comme faisant œuvre de littérature. De la même manière, on peut s’étonner de la nomination à ce prix de Winston Churchill en 1953.

Il est vrai que la littérature se nourrit fréquemment d’échanges et de rencontres avec des arts voisins (et inversement). Mais justement : pour qu’il y ait échange et rencontre, encore faut-il bien que ces arts soient distincts.

En somme, poésie, roman, théâtre, musique, peinture, philosophie, arts vivants, poursuivent sans doute des buts semblables, ce qui permet leur dialogue, mais c’est avec des moyens propres. Et il faut être au moins deux pour dialoguer. « La poésie n’est pas seule », comme dit Michel Deguy…

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Poursuivons le débat dans l’espace des commentaires !


(Image d’en-tête : Pixabay)

Publicités

6 réflexions au sujet de « À propos du dernier prix Nobel de littérature »

  1. Comme beaucoup d’entre nous , j’ai été surprise , favorablement . A l’heure des Gims et autres niaiseries, ce prix, qui figurera sans doute comme une exception , décerne de mon point de vue , une reconnaissance méritée . Bien sûr on aurait sans doute mieux imaginé cette attribution dans les Music Awards ,mais il semblerait que les critères de choix soient plutôt de source hormonale que flatterie intellectuelle et littéraire. Une petite passerelle amicale entre les institutions traditionnelles est la bienvenue s’il s’agit de mettre en valeur les Valeurs. Et que penser de l’art contemporain qui se saisit des technologies, du numérique, des installations pour inventer un art dont le langage est souvent difficile d’accès. Mais c’est un autre débat…

    Aimé par 1 personne

  2. Même si ce prix récompense l’ensemble de son oeuvre, il se trouve que Bob Dylan est, au moins en partie, un écrivain : son autobiographie est un pur régal sur le plan littéraire.
    Sans parler bien sûr des textes de ses chansons, dont chaque vers est potentiellement le début d’une autre chanson, comme disent ses pairs.
    Mais je comprends qu’on puisse crier au sacrilège, d’autant que l’intéressé lui-même doit certainement s’en amuser (« I’m a poet, I know it, I hope I don’t blow it »)…

    PS : je suis un thuriféraire de Bob Dylan.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s