Archives du mot-clé langue française

Tout, tout, tout sur… les gros mots

Profitons de l’été pour nous intéresser à un sujet beaucoup plus léger qu’habituellement. Je veux parler des gros mots. Ceux que l’on n’entend pas dans une conversation polie. Pourtant, ces mots ont, eux aussi, une étymologie, une histoire, parfois tout aussi complexe que celle de vocables plus raffinés. Et souvent, tout aussi difficile à établir, voire davantage, étant donné que ces mots ont tendance à être plus employés à l’oral qu’à l’écrit. Oreilles sensibles, s’abstenir…

Lire la suite

L’embrouillamini de l’apposition

La notion grammaticale d’apposition ne paraît pas, à première vue, poser problème, et pourtant, des difficultés surgissent qui tiennent surtout, à mon sens, d’une différence entre ce que l’on apprend (du moins ce que j’ai appris) dans les cycles primaire et secondaire, et ce que l’on enseigne à l’université. Quelques explications.

Lire la suite

Connaissiez-vous les doublets lexicaux ?

C’est bien connu, l’essentiel du vocabulaire français vient du latin. Mais tandis que certains mots sont directement issus du latin, lentement transformés par des déformations successives, d’autres ont été empruntés plus tardivement au latin et ressemblent davantage à l’étymon. Or, parfois, les deux voies ont été utilisées par un même mot latin, aboutissant ainsi à deux mots français. Quelques exemples de doublets lexicaux

Lire la suite

Bien !

Je vais vous parler aujourd’hui d’un mot très courant et parfaitement usuel. Un mot en apparence si ordinaire que vous vous demandez peut-être même pourquoi je vous en parle. Il s’agit du mot « bien ». Et plus précisément, il s’agira de ses différents emplois. Pourquoi ce mot ? Parce qu’il a fait l’objet de recherches. J’ai ainsi eu l’occasion d’assister à une conférence consacrée à ce seul mot « bien ». Cela sera ainsi l’occasion de présenter un exemple de ce que c’est que faire de la recherche en linguistique française.

Lire la suite

Enseigner la grammaire avec des étiquettes

Ceux qui ont l’habitude de me lire savent que j’aime bien la grammaire. Une discipline tout aussi intéressante à étudier qu’à enseigner. Aujourd’hui, je vous montre comment j’ai enseigné la grammaire avec des étiquettes.

Lire la suite

Apprendre à lire : pas si facile

Nous, adultes capables de lire sans difficulté de façon automatique, ne nous souvenons pas toujours de l’effort important que nécessite l’apprentissage de la lecture. Il s’agit en effet d’une tâche complexe, qui mobilise un nombre important de compétences. S’agissant de la langue française, les choses se compliquent encore par certaines particularités qui n’arrangent vraiment pas les choses.

Lire la suite

Métiers d’antan

C’est en visitant, hier après-midi, le musée des métiers traditionnels de Tourrette-Levens, que j’ai eu l’idée de cet article sur les métiers d’antan. Ceux-ci sont en effet un prodigieux réservoir de mots, sinon disparus, du moins peu usités. Petit parcours dans le vocabulaire des artisans…

Lire la suite

Le mot du jour : « avent »

Voici aujourd’hui un mot de saison, à l’heure où nous dégustons les chocolats de nos calendriers : le mot « avent » désigne la période qui se trouve avant Noël. Selon le CNRLT, le mot peut s’employer plus largement pour toute « période préparatoire », et possède également un sens vieilli, « avènement, venue », qui correspond au sens de l’étymon, adventus, signifiant « arrivée, avènement » (du Christ). C’est pourquoi ce mot s’écrit bien avec –en-. Il faut donc résister à la tentation de le rapprocher du mot « avant ».

La diction du français dans les JT

C’est bien connu, la langue française s’accentue sur la dernière syllabe prononcée : on dit que c’est une langue oxytonique. Mais ça, c’est la théorie. En pratique, la façon de prononcer la langue française varie énormément. Selon la région, bien sûr : ce sont les fameux accents régionaux. Mais aussi selon le contexte, l’émotion, etc. C’est ainsi que, fait étonnant, les présentateurs de journaux télévisés ne prononcent pas le français de façon standard…

Lire la suite

Aller : le plus irrégulier des verbes

Il y a des verbes qui se contentent gentiment de suivre les règles. Il y en a d’autres qui jouent les rebelles. Le verbe aller est très courant et pourtant, hélas, il multiplie les irrégularités. Je crois bien que, sur le podium des verbes irréguliers, il talonne le verbe être. Comment expliquer ces originalités ? Il faut, comme souvent, passer par l’étymologie…

Lire la suite

D’où vient le « s » du pluriel ?

C’est une règle que nous avons apprise très tôt : la plupart des substantifs forment leur pluriel en y adjoignant un « s ». Une marque la plus souvent muette à l’oral, ce qui explique la facilité avec laquelle on peut oublier de l’écrire. Mais d’où vient cet « s » ?

Lire la suite

Un blog qui pourchasse les fautes d’orthographe

Le nom du blog « Bescherelle ta mère » donne le ton : ici, il ne sera pas question d’être trop sérieux, ni spécialement gentil avec ceux qui font des fautes. Les ingrédients de ce blog sont donc l’humour corrosif et l’exigence orthographique.

Lire la suite

Qu’est-ce qu’un pataquès ?

On entend parfois cette expression : « Il en a fait tout un pataquès », pour dire d’une personne qu’elle a réagi excessivement à une situation (là où il faudrait plutôt dire « tout un plat »). Or, comme le rappelle le Dictionnaire historique de la langue française, ce mot, apparu en 1784, désigne avant tout une « faute de liaison ». Voire, par extension, « un discours confus, inintelligible » ou « une action maladroite, intempestive »…

Lire la suite

« Vivent les vacances ! » : une histoire de lexicalisation

Saviez-vous que, dans « Vive le roi ! », le premier mot est un verbe ? À savoir, le verbe vivre à la troisième personne du singulier du subjonctif, mode choisi pour exprimer le souhait. S’exclamer « Vive le roi ! » revient à souhaiter une longue vie à Sa Majesté. Or, ce fait tend à s’oublier, si bien que nombreux sont ceux qui négligent l’accord et qui écrivent « Vive les vacances ! » au lieu de « Vivent les vacances ! » C’est ce que l’on appelle une lexicalisation, autrement dit un figement linguistique.