Le prédicat, qu’es aco ?

La notion est connue des étudiants en lettres, mais elle n’a que depuis peu sa place à l’école primaire. Alors, le prédicat, qu’es aco ? En réalité, ce n’est pas bien compliqué… Quelques précisions.

Un peu de terminologie

Selon les grammairiens que vous consulterez, le phénomène n’aura pas toujours le même nom : vous pourrez trouver prédicat, rhème ou propos. Ces trois termes ne sont pas exactement synonymes. En outre, le terme de prédicat a une acception grammaticale et une acception logique. (Pour en savoir plus sur ces questions de terminologie, on se référera à la Grammaire méthodique du français, p. 241-242.)

La « bipartition fondamentale » de la phrase

La GMF parle d’une « bipartition fondamentale » de la phrase. En effet, une fois ôté tout ce qui est facultatif, la phrase simple (à un seul verbe conjugué) possède deux parties, le sujet (ou thème) et le prédicat (ou rhème, ou propos). Le sujet, c’est ce dont on parle ; le prédicat, c’est l’information nouvelle apportée sur ce dont on parle. Cela correspond grosso modo au groupe sujet, d’une part, et au groupe verbal, d’autre part.

À quoi ça sert ? L’exemple des phrases averbales

Pourquoi parler de « prédicat » plutôt que de « groupe verbal » ? Il faudrait poser la question à un grammairien pour plus de détails, mais ce qui est sûr, c’est que le terme a l’avantage de ne pas concerner uniquement les phrases verbales. On peut parler de « prédicat » également dans des phrases averbales. Exemples :

(1) Magnifique, cette soirée !

Dans l’exemple (1), ce dont on parle (le thème, le sujet), c’est « cette soirée ». Et l’information nouvelle qu’on apprend à son propos (le prédicat, le propos, le rhème), c’est que cette soirée est « magnifique ».

(2) La réunion, à huit heures ?

L’exemple (2) correspond à du langage parlé, en style un peu télégraphique. Au lieu de demander : « Est-ce que la réunion aura bien lieu à huit heures ? », vous pouvez dire, tout simplement « La réunion, à huit heures ? ». Dans ce cas, le thème est « la réunion », et « à huit heures » est le prédicat.

Thématisation et rhématisation

La distinction thème/prédicat est également utile pour comprendre comment on peut transformer la phrase simple standard (un thème suivi d’un prédicat) pour mettre en valeur soit le thème, soit le prédicat.

Par exemple, dans la phrase Paul viendra à huit heures, « Paul » est le thème (le sujet) et « viendra à huit heures » est le rhème (le prédicat).

Pour mettre en valeur le thème, je peux dire : C’est Paul qui viendra à huit heures.

Pour mettre en valeur le prédicat, je peux dire : C’est à huit heures que Paul viendra.

On le voit, la thématisation utilise le mot qui (pronom relatif sujet), tandis que la rhématisation utilise le mot que (pour toutes les autres fonctions).

L’opération d’encadrement par C’est… qui/que se nomme « extraction ».

Pour mettre en valeur le prédicat, on peut aussi le détacher de la phrase, par dislocation, à gauche ou à droite de la phrase. Par exemple :

  • Marie aime beaucoup les cerises. ► Les cerises, Marie les aime beaucoup.
  • Il a mangé son sandwich en cinq minutes. ► Son sandwich, il l’a mangé en cinq minutes !

Ce tour s’emploie fréquemment à l’oral, dans le registre familier. A l’extrême, cela peut donner des choses comme cela :

  • Le père de Marie a perdu ses clefs. ► Marie, son père, ses clefs, il les a perdues !

Enfin, une troisième façon de mettre en relief le prédicat, consistant en quelque sorte à combiner les deux précédentes, est d’utiliser un tour pseudo-clivé. Exemple :

  • J’ai aimé sa façon de parler. ► Ce que j’ai aimé, c’est sa façon de parler.
  • Il mangera son dessert. ► Ce qu’il fera, c’est de manger son dessert. (Ce qu’il mangera, c’est son dessert.)

Sources

Pour réaliser ce billet, je me suis fondé sur la Grammaire méthodique du français de M. Riegel, J.-C. Pellat et R. Rioul, éditée aux Puf en 1994 et rééditée en 2009, ainsi que sur le souvenir et la relecture des cours de mes profs de grammaire de la fac. Que ces derniers soient ici chaleureusement remerciés.


Image d’en-tête : Des craies (Taken, Pixabay, libre de réutilisation)

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le prédicat, qu’es aco ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s