CE1-CM2 : mon organisation

Plusieurs collègues me demandent comment je me suis organisé avec mon double niveau CE1-CM2. Plutôt que de répondre individuellement à chaque demande, j’ai pensé qu’un petit article serait utile. En effet, ce double niveau se rencontre assez rarement, si bien que les ressources ne sont pas très nombreuses.

Un double niveau assez original

Je travaille dans une petite école où il y a deux classes de maternelle et trois classes d’élémentaire. Les cours doubles sont donc une nécessité pour l’ensemble des collègues. Mon double niveau CE1-CM2 est en outre assez particulier — et que l’on rencontre assez rarement dans les écoles –, puisqu’il rassemble des élèves ayant trois ans d’écart, et qu’il est situé sur deux cycles différents. Il est donc difficile de concevoir des activités en commun, et, la plupart du temps, les élèves travaillent sur des activités différentes.

Pour les élèves eux-mêmes, cette organisation en vaut une autre ; en revanche, elle implique davantage de travail de la part de l’enseignant.

La gestion de l’autonomie

Qui dit double niveau dit, nécessairement, autonomie. En d’autres termes, un groupe d’élèves doit travailler seul pendant que l’enseignant dirige les activités d’un autre groupe. Dès le début de l’année, j’installe au tableau un panneau comportant les deux niveaux, avec un aimant pouvant être placé d’un côté ou de l’autre : les élèves savent que, lorsqu’ils doivent travailler seuls, ils ne peuvent déranger le maître.

J’ai déjà parlé, dans un article précédent, du tétra-aide, un outil que je trouve fort utile, du moins en début d’année. Ensuite, les élèves préfèrent s’en passer. Il s’agit d’un tétraèdre de carton, que les élèves réalisent eux-mêmes par découpage et collage, et qui permet aux enfants d’indiquer dans quelle mesure leur besoin d’aide est urgent ou non, en pointant l’un des quatre sommets vers le haut.

Ensuite, concrètement, il importe que les exercices que les enfants doivent faire seuls soient faisables (sinon ils sont bloqués et viennent demander de l’aide, voire deviennent perturbateurs). Il faut aussi qu’ils soient suffisamment nombreux au cas où l’atelier dirigé de l’autre groupe durerait davantage que prévu. Je prévois toujours des exercices « bonus »: les élèves rapides savent qu’ils ont de quoi s’occuper, les élèves plus lents sont rassurés car ils savent qu’il n’est pas obligatoire de tout faire.

En pratique, je transforme régulièrement les exercices que je trouve dans différents manuels sous forme de fiches que je crée moi-même sur l’ordinateur. Cela me permet d’adapter la difficulté, d’apporter des aides, de prévoir une différenciation. En particulier, je trouve que les manuels manquent d’exemples, alors que ceux-ci permettent aux élèves de comprendre ce qui est attendu, même si la consigne n’est pas très claire pour eux.

Ces fiches permettent également de limiter les temps de copie lorsque celle-ci n’est pas l’objectif premier, et de maximiser le temps où l’élève est réellement investi dans la tâche correspondant à cet objectif. J’ai déjà entendu des formateurs se déclarer formellement contre les fiches, mais j’ai envie de dire : tout dépend comment la fiche est faite. J’essaie de les concevoir en pensant aux différents types d’intelligence, et en essayant dans la mesure du possible de les penser sous la forme de problèmes ouverts (trouve une façon de classer ces étiquettes en deux catégories).

Quels manuels ?

  • En étude de la langue, j’utilise Interlignes des éditions Sed, qui ont l’avantage de pouvoir être complétées par un classeur de différenciation fournissant des exercices complémentaires. Les séances de découverte sont très intelligemment pensées (même si je les transforme souvent en remplaçant le travail sur le livre par la mise à disposition de matériel de manipulation).
  • En mathématiques, j’utilise, au cycle 2, le fichier Compagnon maths de chez Sedrap, que je trouve très bien fait. Il possède en particulier une page de travail autonome dans chaque séquence, prévue pour pouvoir être réalisée sans l’aide du maître. Au cycle 3, l’école utilise le manuel Maths+ de chez Sed, lui aussi accompagné d’un classeur de différenciation. Mais je m’appuie aussi régulièrement sur le manuel libre de droits créé par Sésamath : il s’agit d’une formidable banque d’exercices corrigés, facilement vidéo-projetables et imprimables, disponible gratuitement sur Internet.
  • En anglais, j’utilise I love English School, co-édité par les éditions Bayard et par le Ministère de l’Éducation Nationale. L’ensemble est très bien fait, mais plutôt prévu pour du cycle 3 (il faut adapter un peu afin de rendre les choses accessibles aux plus jeunes).
  • Dans les autres disciplines, j’utilise mes propres supports créés en m’inspirant de différentes sources. En particulier, je trouve des choses intéressantes sur Eduscol, en regrettant parfois que les idées proposées ne soient pas fournies clefs en main, mais nécessitent de créer soi-même le support.

Et la littérature ?

En littérature, j’aime travailler sur un ouvrage commun, en différenciant ensuite les activités. Cela permet de faire en sorte que la classe de CE1-CM2 reste malgré tout une classe, partageant des temps importants en commun.

  • Par exemple, j’ai commencé l’année scolaire avec L’enfant bleu, un petit roman mêlant préhistoire et science-fiction. Les CE1 lisaient une version allégée trouvée dans un manuel de lecture, tandis que les CM2 lisaient le texte intégral.
  • Pour poursuivre sur le thème de la science-fiction, j’ai ensuite proposé Objectif Lune d’Hergé. Je me suis rendu compte que bien des élèves n’avaient jamais entendu parler de Tintin : le rôle de l’école est aussi de donner accès à des éléments importants de culture populaire. En début d’année, un tiers de mes CE1 étaient très faibles lecteurs. Je me suis donc appuyé sur le dessin animé. Le va-et-vient entre la bande dessinée (dont j’avais adapté le texte) et la vidéo a permis d’améliorer la compréhension des élèves. Cela a permis de travailler, en parallèle, sur le système solaire et l’exploration spatiale (nous avons parlé de Thomas Pesquet…).
  • En deuxième période, nous avons travaillé sur La flûte enchantée de Mozart, à partir d’un album adapté. Mon projet (qui n’a pu aboutir) était d’emmener ensuite les élèves à l’opéra. Nous avons écouté plein d’extraits d’opéra et vu une représentation filmée de La flûte enchantée. Les élèves ont beaucoup aimé cet album.
  • Ensuite, comme le film était au programme de « Ecole et cinéma », nous avons travaillé sur l’histoire de U, de Grégoire Solotareff. C’est l’histoire d’une petite licorne qui sert de guide et de conseillère à une jeune princesse qui entre dans l’adolescence.
  • En troisième période, toujours en lien avec « Ecole et cinéma », nous avons travaillé sur le conte de Peau d’Âne, dans la version originale de Charles Perrault. J’ai utilisé le texte du XVIIe siècle, tel qu’on peut le trouver sur Wikisource, en fournissant bien entendu toutes les aides nécessaires. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer de prime abord, les élèves ne sont pas particulièrement perturbés par la lecture d’un conte en vers écrit dans une langue classique. Ils comprennent aussi que la compréhension générale est possible même si un ou deux mots demeurent obscurs.
  • En quatrième période, nous avons travaillé autour du roman policier. Une œuvre commune : Le coupable habite en face. Là encore, j’ai trouvé deux versions du même ouvrage : le texte intégral pour les CM2, et une version allégée trouvée dans un manuel de lecture pour les CE1.
  • Dans la deuxième moitié de la période, les CM2 ont travaillé avec un rallye-lecture de romans policiers, trouvé sur Internet. Ils devaient lire une quinzaine d’albums, brefs romans et bandes dessinées. Pendant ce temps, les CE1 associaient sciences et lecture avec des lectures autonomes sur les animaux (support également trouvé sur Internet).
  • En cinquième période, je me suis basé sur le superbe film Dark Crystal pour concevoir une lecture-feuilleton. Là encore, le lien entre texte écrit et support vidéo s’est révélé très fécond. Les élèves ont adoré cette histoire très différente de tout ce qu’ils pouvaient connaître.
  • Nous avons terminé l’année avec la lecture du Magicien d’Oz : un premier vrai roman pour les CE1.

Des questions ?

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les transmettre via le formulaire suivant :

D’autres articles sur la pédagogie et l’enseignement du français :
La poésie à l’école
Comment faire en sorte que les élèves comprennent ce qu’ils lisent ?
Comment faire écrire de la poésie à des enfants ?
Comment enseigner la grammaire avec des étiquettes ?
Apprendre à lire : pas si facile
Réforme de l’orthographe : de quoi parle-t-on ?
Le prédicat, qu’es aco ?
Des calligrammes à l’école
Non, tout ne va pas mal à l’école
Le jeu du poète traducteur
Enseigner l’Iliade et l’Odyssée à des enfants
Qu’est-ce qu’une dissertation ?
Mon opinion sur le livre de Céline Alvarez
La Belle et la Bête à l’école
Comment enseigner les classiques de littérature ?
La poésie s’expose à Cap d’Ail
Intelligences multiples et enseignement du français
L’école d’aujourd’hui en débat
Enseigner la conjugaison
De la détresse enseignante
Comment orthographier les homophones grammaticaux ?
Comment enseigner le français en double niveau ?
Littérature jeunesse : mes coups de cœur
« La flûte enchantée » à l’école
Enseigner « Peau d’âne » à l’école
Découvrir la conjugaison à l’école

2 commentaires sur « CE1-CM2 : mon organisation »

  1. Mon fils est en classe de GS / CE2, soient 3 niveau d’écart… Heureusement que l’instit est en béton ! Déjà avec 2 niveaux qui se suivent ça doit être chaud. C’est stimulant pour les plus jeunes mais pas génial pour les plus avancés.

    J'aime

  2. Je travaillais dans une classe à 5 niveaux. J’adorais l’ambiance cette classe et ma façon de travailler. J’aurais aimé ces 2 niveaux CE1 et CM2 ensemble.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s