Je suis allé écouter Alexandre Prévert

C’était ce vendredi 7 septembre, à 20 h 15, à quelques pas de la place Masséna. À proximité immédiate de la célèbre place niçoise, au débouché d’une ruelle, se trouve la galerie Depardieu, qui, en plus d’exposer des plasticiens contemporains, accueille régulièrement dans son sous-sol des artistes, cinéastes, musiciens, conférenciers… C’est là que j’ai eu l’occasion d’assister au spectacle d’Alexandre Prévert, un « stand-up classique » sobrement intitulé « piano & poésie ».

Un « stand-up classique », qu’es aco ?

Les notes sortent du piano (Pixabay)

Le concept est extrêmement simple, et c’est sans doute pour cela qu’il est pertinent. Il s’agit d’une succession de récitations poétiques et d’interprétations musicales au piano, entrecoupées d’anecdotes sur la vie des compositeurs, en prenant parfois le public à partie.

Ce que ce choix a d’intéressant, c’est le ton adopté, simple et authentique, c’est-à-dire ni guindé, ni vulgaire. Le musicien œuvre ainsi à dépoussiérer une musique classique qui ne manque certes pas d’admirateurs, mais qui peine malgré tout à passionner le grand public. Le risque était grand, dès lors, de dénaturer la musique en voulant trop en faire, et Alexandre Prévert a su éviter de verser dans le ridicule, tout en rendant cette musique plus accessible.

De la musique avant toute chose

On a un peu l’impression d’assister, non pas au gala d’un grand artiste, mais à la représentation privée que donnerait ce même grand artiste pour ses proches et amis. Avec la même qualité, mais sans le faste et le trop de sérieux.

Piano et partition (Pixabay)

Si Alexandre Prévert se plait ainsi à interpeler son public, à le faire sourire par la narration d’anecdotes ou par des références à des blockbusters américains, il est musicien avant d’être comique. Le stand-up doit servir la musique, pas le contraire. Aussi, quand il se met à jouer, il retrouve tout son sérieux. Il a suffisamment de talent et de virtuosité pour n’avoir pas besoin d’ajouter d’acrobaties, de grimaces ou autres pitreries. On assiste à un vrai concert de musique classique, dont il importe avant tout qu’on ressorte les oreilles émerveillées.

L’impression qui se dégage, c’est qu’Alexandre Prévert a su trouver un rôle qui lui ressemble. Il nous parle simplement, comme il expliquerait à des amis peu mélomanes sa passion pour la musique, comme si l’insertion, entre deux morceaux, d’anecdotes plaisantes sur la vie des compositeurs  lui permettait d’être davantage lui-même que lors d’un concert plus formel.

On n’est pas sérieux quand on a 21 ans…

Le musicien ne cache pas son jeune âge. Ses vingt-et-un ans sont même, sans doute, l’un de ses points forts, affichés en première ligne sur son site Internet, comme une façon de prouver au monde que, oui, on peut être un grand pianiste classique à 21 ans, et que, loin d’être ringard, c’est extrêmement cool…

C’est tellement cool qu’Alexandre Prévert n’a pas besoin de surjouer la coolitude ou la d’jeuns attitude. Il tient à rester élégant et, en somme, fidèle à ce qu’il est, à savoir un brillant diplômé du Conservatoire de musique de Paris, mais aussi un jeune homme qui prend du plaisir à se trouver sur scène et qui ne boude pas ses 21 ans.

De Bach à Liszt, de La Fontaine à Prévert

Liszt (Pixabay)

Associer des récitations de poèmes aux interprétations musicales, c’était une vraie bonne idée. Les poèmes sélectionnés, tels les célèbres « Chanson pour les enfants l’hiver » de Jacques Prévert, le « Lac » de Lamartine ou encore « L’invitation au voyage » de Charles Baudelaire, sont tout à la fois accessibles, émouvants, et parfaitement accordés aux morceaux interprétés, parmi lesquels l’Impromptu de Schubert, la Campanella de Liszt ou la Sonate pathétique de Beethoven.

Assis au fond de la salle, je n’ai pu voir ses mains jouer, mais ce qui est clair, c’est que ça va vite ! N’étant pas du tout spécialiste de musique, mon appréciation sera subjective, mais je ne crois pas trop me tromper en disant qu’Alexandre Prévert est un excellent interprète, tout à la fois virtuose et sensible. Je me suis régalé à l’écouter, d’autant que ce n’est pas très souvent que j’ai l’occasion d’assister à un concert de musique classique.

En ce qui concerne les poèmes, la diction est au service du texte, plus théâtrale que dans un cadre scolaire ou universitaire, mais suffisamment sobre pour laisser résonner les mots. Prévert, Musset, La Fontaine, Hugo, Baudelaire et Lamartine sont ainsi successivement convoqués, avant de terminer par la savoureuse « Chanson des escargots qui vont à l’enterrement », dont je viens d’apprendre qu’elle a été récitée aux funérailles de Johnny Hallyday.

Une recherche constante d’améliorations

Un piano (Pixabay)

J’ai également beaucoup apprécié la disponibilité d’Alexandre Prévert, qui a pris le temps de discuter avec les spectateurs remontés au rez-de-chaussée de la galerie. Il a ainsi annoncé que ce spectacle, qu’il a écrit en variant le dosage entre écriture et improvisation, et qu’il joue désormais dans plusieurs pays, serait amené à évoluer puisqu’une maison de disques va désormais le financer, en lui procurant ainsi des moyens supplémentaires qui permettront de peaufiner des détails tout en conservant la même sobriété. Souhaitons donc tout le meilleur à ce spectacle amené à acquérir de nouvelles dimensions !

Si donc vous apprenez qu’Alexandre Prévert passe pas trop loin de chez vous, je ne peux que vous recommander d’y aller, vous passerez un excellent moment de musique et de poésie dans une ambiance agréable.

Pour en savoir plus

  • Le site d’Alexandre Prévert : http://www.alexandreprevert.com/
  • La galerie Depardieu (où vous pourrez voir jusqu’au 29 septembre l’exposition « Envers et contre tout » de Cécile Andrieu) : www.galerie-depardieu.com
  • Toutes les images de cet article proviennent de Pixabay.

10 commentaires sur « Je suis allé écouter Alexandre Prévert »

  1. Voici une très belle description du travail d’Alexandre Prévert. Il met la musique classique à la portée de tous et c’est ce que nous avons aimé lors de son précédent spectacle. J’ai hâte de voir le nouveau.
    Merci pour ce beau témoignage.

    Aimé par 1 personne

  2. Trés bonne analyse bien formulée dans laquelle chaque auditeur qui a vu au moins une fois Alexandre Prévert se reconnait et a envie de le ré-entendre ! Merci pour cette plume littéraire !

    Aimé par 1 personne

  3. C’est une très belle description de ton travail. Tu mets la musique classique à notre portée et c’est ce que nous aimons. Tu nous fais re-découvrir la poésie et ça fait du bien. Nous avons hâte de voir ce nouveau spectacle.
    Bravo à l’auteur de ce texte qui a su exprimer mon ressenti.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s