Un sonnet phonétique

Des sonnets, il en existe de toutes les sortes. Et pour cause ! Cette forme a été la favorite des Ronsard, des Du Bellay, mais a été aussi pratiquée par les grands poètes modernes comme Baudelaire ou Rimbaud. Au XIXe puis au XXe siècle, on a cherché à jouer avec cette forme, jusqu’à obtenir des résultats qui ne ressemblent plus guère à la forme fixe traditionnelle. Aujourd’hui, je vous propose un « sonnet phonétique ».

À A. DUVIGNEAUX

TROP FOUGUEUX ADVERSAIRE DE L’ORTHOGRAPHE PHONÉTIQUE

È coi vréman, bon Duvignô,
Vou zôci dou ke lé zagnô
E meïeur ke le pin con manj,
Vou metr’ an ce courou zétranj

Contr (e) ce tâ de brav (e) jan
O fon plus bête ke méchan
Drapant leur linguistic étic
Dan l’ortograf (e) fonétic ?

Kel ir (e) donc vou zambala ?
Vizavi de cé zoizola
Sufi d’une parol (e) verde.

Et pour leur prouvé sans déba
Kil é dé mo ke n’atin pa
Leur sistem (e), dizon-leur : … !

Ce poème est de la plume de… Paul Verlaine. Et ce qui en fait un tour de force, c’est que l’auteur n’a pas abandonné toute exigence formelle au profit d’une provocation orthographique. Le poème reste un sonnet, il a des rimes, un nombre constant de syllabes. Afin de respecter la mesure octosyllabique, Verlaine s’oblige même à rajouter entre parenthèses des « e » muets que l’orthographe phonétique aurait fait disparaître. Il n’y a qu’un seul élément qui est subverti, et c’est l’orthographe.

On notera d’ailleurs que l’orthographe adoptée par Verlaine, pour être irrégulière, n’est pas strictement phonétique. Le mot « sans », dans le deuxième tercet, possède un -s final muet, conformément à l’usage courant. De même, l’adjectif « bête » conserve-t-il son accent circonflexe. Et il n’y a pas un et un seul graphème pour un phonème : les mots « quoi » et « que » sont respectivement écrits « coi » et « ke ». Si Verlaine n’a pas écrit « koi », c’est peut-être parce que le mot « coi » existe.

Si l’on utilisait l’Alphabet Phonétique International pour écrire ce poème, voici ce que l’on obtiendrait pour la première strophe :

e kwa vʁɛmɑ̃ bɔ̃ dyviɲo
vu osi du kə lez- aɲo
e mɛjœʁ kə lə pɛ̃ kɔ̃ mɑ̃ːʒ,
vu mɛtʁ ɑ̃ sə kuʁu etʁɑ̃ʒ

(Traduction proposée par le Traducteur Phonétique Français en ligne)

A vous de jouer !

Pour conclure, je vous laisse la parole :

  • Quel est le sens du mot « verde » (v. 11) ?
  • Quel est le dernier mot du poème, simplement suggéré par Verlaine ?

Réponse dans une semaine !

Publicités

4 réflexions au sujet de « Un sonnet phonétique »

      1. L’un des sens du mot « vert » est « cru », « qui ne s’embarrasse pas des convenances » (voir la définition du CNRLT). Je pense qu’il n’est pas impossible que ce soit ce sens-là, surtout que le mot sous-entendu final est « merde ».

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s