« Les greniers chauds
Au ventre de la paille
L’odeur des poutres et des combles
Donne envie de paresser
En face de la lucarne du ciel. »

Béatrice Bonhomme, La Maison abandonnée,
Colomars, Melis, 2006, p. 29.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s