Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

Quand on dort mal, notre cerveau gamberge. Il y a quelques nuits, la réflexion qui va suivre m’est passée par la tête. Je l’ai mise en forme, mais ce n’est jamais qu’un premier jet, une réflexion sur le vif. Aussi, je vous invite à la lire, afin que vous m’aidiez à en trouver les failles et les limites. Vous pouvez réagir dans l’espace des commentaires.

Notre univers est si grand, si beau, si surprenant parfois, que l’on peut à juste titre s’étonner de son existence même. Celle-ci justifie notre émerveillement, qui nous fait penser que le monde tel qu’il est, même s’il est loin d’être toujours facile à vivre, relève du miracle. Aussi est-il légitime de se demander : pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

Un terrain miné

Poser la question du pourquoi de l’existence même du monde, c’est s’aventurer en terrain miné. Il est bien connu que la science n’est guère apte à répondre aux pourquoi, et qu’elle est plutôt spécialiste des comment. La science peut décrire le monde, d’une façon toujours plus précise. Elles peut classer les différentes choses qui s’y trouvent en catégories. Elle peut le modéliser, c’est-à-dire faire apparaître des lois récurrentes, d’une façon suffisamment fine pour prévoir certains événements. Elle peut chercher à comprendre ce qui s’est produit il y a des milliards d’années, à partir des traces de ce passé lointain qui demeurent perceptibles aujourd’hui, en recourant à des modèles mathématiques extrêmement compliqués.

Pour autant, la science peut-elle, à elle seule, envisager la question du pourquoi ? Se poser la question « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? », c’est se demander si le monde tel qu’il existe aurait pu ne pas exister. C’est laisser ouverte la question de savoir si un événement déclencheur particulier a pu motiver l’existence du monde, sans lequel il n’y aurait rien eu du tout. C’est poser la question de la nécessité du monde tel qu’il existe. C’est remarquer que notre monde est complexe à un point tel que cette complexité étonne : d’où tout cela vient-il ? N’était-il pas plus simple qu’il n’y eût rien du tout ?

Ces limites de la science expliquent sans doute que l’on rencontre des croyants, autrement dit des personnes qui adhèrent à une religion ou qui possèdent une réflexion spirituelle sans pour autant s’inscrire dans une tradition religieuse donnée, y compris chez des scientifiques chevronnés. Les recherches scientifiques introduisent souvent de nouvelles questions, de nouveaux champs d’investigation, à mesure que l’on parvient à répondre à certaines interrogations. Aussi cela laisse-t-il de la place à une réflexion personnelle moins scientifique, plus spéculative, où sont autorisés les « si », les « peut-être », et où l’émerveillement que suscite le monde peut donner lieu à un sentiment du sacré.

Qu’est-ce que le rien ?

Mais revenons à notre question initiale : « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien? ». Il me semble que, pour approfondir la question, à défaut de trouver la réponse, il convient de se demander quel est ce « rien » qui est censé être plus probable que le « quelque chose ».

On peut définir le rien comme l’absence de quelque chose. Nous constatons tous les jours que l’univers est bien peuplé de choses, depuis les atomes les plus simples jusqu’aux structures astronomiques les plus vastes. Ce sont les choses, par leur présence, par leur diversité, par leur beauté parfois aussi, qui nous étonnent, parce qu’il eût paru plus simple qu’il n’y eût rien.

Mais qu’est-ce que le rien, sinon un concept ? Pour le dire autrement, le rien existe-t-il ? Nous ne constatons le rien que dans des circonstances où la présence de quelque chose était attendue ou prévisible. Si je dis qu’il n’y a rien dans ce sac, c’est parce qu’un sac est précisément destiné à contenir quelque chose. Le sac vide est quelque chose qui donne forme au rien, et sans ce sac, personne n’aurait eu l’idée de dire qu’il n’y a rien.

Il faut que quelque chose existe pour qu’il y ait du rien

Aussi apparaît-il que le rien est un concept négatif. On ne peut pas constater l’existence du rien, on peut seulement constater l’absence de quelque chose. On ne peut constater l’absence de nuages dans le ciel que dans la mesure où l’on sait qu’il s’en peut trouver. D’ailleurs, il n’y a pas rien dans ce sac, puisqu’à tout le moins, il contient de l’air, voire des poussières, et, à tout le moins, un certain volume d’espace, autant d’éléments insignifiants et négligés, mais qui font qu’il n’y a pas strictement rien dans le sac.

Pour le dire autrement, le rien n’est constatable que dans la mesure où la présence de quelque chose était attendue ou, du moins, possible. On ne dit « il n’y a rien » que dans des situations où l’absence est déduite de la connaissance d’une possible présence. Si l’on ignore qu’il se peut y avoir quelque chose, on ne peut remarquer qu’il n’y a rien. Si l’on ne s’attend pas à ce qu’il y ait quelque chose, si l’on n’imagine pas qu’il y ait quelque chose, le rien n’est pas perçu, ni même imaginé ou pensé.

Personne ne s’étonne de ce qu’untel n’ait pas de troisième bras, personne ne remarque qu’il n’y a pas deux soleils dans le ciel.

Finalement, c’est bien parce que notre monde existe, parce que nous savons qu’il est peuplé de choses, que nous parvenons à nous imaginer l’absence de ces mêmes choses. Il faut que les choses existent pour que le rien soit pensable.

Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Mais parce que le rien n’existe pas, il n’est qu’un concept, que le produit d’une réflexion qui n’est précisément possible que du moment que quelque chose existe.

Le rien n’est pas le vide

D’ailleurs, le rien n’est pas le vide. Le vide est mesurable, il occupe un certain espace entre les choses. Le vide est un espace qui n’est occupé par aucune chose, mais il est un espace quand même. Le vide n’est pas rien, il est une distance entre les choses, il est un espace limité où il n’y a pas de chose. Même le vide absolu, autrement dit un espace illimité dans lequel on ne trouverait aucune chose, est déjà un espace. Autrement dit, quand on pense le vide absolu, on pense déjà quelque chose. Ce n’est pas rien.

« Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt qu’un immense espace vide », ce n’est donc pas la même question que « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ». Un espace vide de dimensions infinies, c’est déjà quelque chose de pensable, on peut le représenter par un système de trois coordonnées (x, y, z) dans lequel on ne nommerait aucun point. On peut très bien imaginer un tel espace, et imaginer qu’il eût été notre monde si celui-ci n’avait pas été peuplé de toutes les choses qui s’y trouvent. Mais un tel espace est déjà quelque chose, il est une étendue, une distance. On peut penser le vide, on ne peut pas penser le rien, c’est-à-dire l’absence de quoi que ce soit, y compris l’absence de vide.

Nous ne sommes pas capables d’identifier le rien quand quelque chose ne lui donne pas forme, ni même de penser le rien autrement que sous la forme d’un espace vide qui est déjà une étendue, qui est déjà quelque chose. Le rien demeure inaperçu s’il n’est pas rendu visible par la possible présence de quelque chose qui aurait dû prendre sa place. Je ne suis pas sûr que le rien absolu (l’absence de quoi que ce soit, y compris de vide) soit représentable mentalement, ni même qu’il puisse exister. Le mot même de « rien » vient de l’accusatif latin rem, de res, rei, la chose. Nous utilisons le mot latin qui veut dire « chose » pour nommer le rien. Aussi la chose précède-t-elle le rien, et non l’inverse.

15 commentaires sur « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? »

  1. Il en va de même pour l’obscurité qui n’est pas à elle seule mais en fonction de l’absence de #lumière. La lumière la dissipe. Elle ne demeure que sans lumière mais elle en est tributaire. D’un point de vue spirituel, le Prologue de Jean l’illustre assez bien, si je puis dire.

    Aimé par 1 personne

  2. Cela me fait penser au zéro. Le zéro existe pour marquer une absence mais aussi une quantité. C’est donc assez abstrait comme idée (si je me souviens bien de mes cours de math :)) Je trouve une analogie entre le zéro et le rien.
    Enfin, je dis ça, je dis peut être rien (…et je n’essaie pas de faire de l’humour).
    Quand à l’univers, notre esprit ne peut tout simplement pas se représenter qu’il est infini. Nous sommes dans une matérialité qui exige que quelque chose fasse partie de quelque chose. Un contenu doit être dans un contenant. Alors l’idée de l’infini…. ne représente rien de précis.

    Aimé par 1 personne

  3. Gherassim Luca a écrit un très beau texte qui parle du rien, du vide: « vide vidé de son vide c’est le plein
    le vide rempli de son vide c’est le vide
    le vide rempli de son plein c’est le vide
    le plein vidé de son plein c’est le plein
    le plein vidé de son vide c’est le plein
    le vide vidé de son plein c’est le vide
    le plein rempli de son plein c’est le plein
    … » . Il y a quelques années France Culture proposait un cycle d’émissions sur cette question et rappelait le drame métaphysique de l’être humain: sa fabuleuse capacité à formuler une tel questionnement métaphysique( qui nous ramène toujours à cette seule interrogation:  » POURQUOI existons- nous? ») et son incapacité à y répondre. Merci pour ce très bel article qui, malgré sa complexité, pose clairement les bases d’une réflexion qui, pour ma part, est celle d’une vie entière..

    Aimé par 1 personne

  4. Le pourquoi n’est pas vraiment pris en compte, car sa question ne se ramène pas à : » le rien existe-il ? « ou « le néant est il possible ?  »
    Ce n’est pas parce que le néant est impossible que cela explique pourquoi il y a ce monde ou même un monde quelconque. Ou alors il faut pousser le raisonnement plus loin: si l’univers est nécessaire, sa nécessité est sa raison d’être (raison suffisante) qui interdit le néant par définition. Mais reste à comprendre pourquoi on se pose de telles questions qui peuvent être comprises comme de faux problèmes métaphysiques.
    Par ailleurs, il serait honnête de citer Aristote, Leibniz et Bergson comme prédécesseurs et inspirateurs de certaines idées de cet article…

    Aimé par 1 personne

  5. Je ne vois pas de failles, puisque tu questionnes plus que tu n’élabores de réponse. En plus du rien et du vide, tu peux ajouter le néant : l’inexistence totale, et donc non plus une absence de quelque chose. Comment l’univers a-t-il pu être créé à partir du Néant ? A moins que l’univers a une existence infinie, sans naissance ni fin ? Grande question de métaphysique et théologie…

    J'aime

  6. Bonjour
    Félicitations pour ce blog.
    Pour mon commentaire, je vous renvoie au premier chapitre de mon tout dernier livre, qui est tout à fait gratuit en format numérique : une philosophie scientifique, Fondation littéraire Fleur de Lys, Québec, Canada, 2e édition, 138 pages, gratuit en format numérique.
    Pour avoir sa version numérique gratuite ou pour en obtenir un exemplaire papier, cliquez sur le lien sécurisé suivant :
    https://manuscritdepot.com/a.jean-pierre-bacon.2.htm
    Si vous préférez, vous pouvez aller dans la librairie web de la Fondation littéraire Fleur de Lys, en tapant ce nom dans la page d’accueil de votre navigateur web..

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s