Archives du mot-clé roman

mt-fuji-477832_1920

« Neige » de Maxence Fermine

Roman ? Poème ? Le conte initiatique de Maxence Fermine, publié en 1999 aux éditions Arléa, puis réédité chez Points, et sobrement intitulé Neige, se situe quelque part entre les deux. J’ai lu ce petit livre d’une seule traite, ce matin. Il avait tout pour me plaire : il parle de poésie, de haïkus, du Japon, et de la neige.

Lire la suite

La rentrée littéraire se prépare

writing-1043622_1920Parmi les articles consacrés à la rentrée littéraire, j’ai bien aimé celui de « BibliObs » : au lieu de nous proposer les dix romans qu’il faut avoir lus, il nous présente le style favori de chaque maison d’édition. Dès lors, les noms d’auteurs confirmés rejoignent ceux des petits nouveaux et c’est un pan d’histoire littéraire qui apparaît.

BibliObs, « Êtes-vous plutôt Gallimard, Lattès ou Tripode », 20 août 2016.

"Lettres", Geralt, Pixabay, libre de réutilisation

Jeu : êtes-vous incollable sur le Nouveau Roman ?

Aujourd’hui, je vous propose un petit jeu sur le Nouveau Roman. Celui-ci apparaît dans la France d’après-guerre, au milieu du XXe siècle. Il se propose de rompre radicalement avec des traditions romanesques pluriséculaires, et en particulier avec l’image du roman tel que l’âge d’or balzacien l’a construite et véhiculée. Les conceptions traditionnelles des personnages, du narrateur, des objets, de l’intrigue et du temps sont profondément remises en cause. Saurez-vous retrouver les différents auteurs du Nouveau Roman en vous aidant des portraits suivants ?

Lire la suite

Lire Lovecraft sur son ordinateur

signs-25066_640 (2)H.P. Lovecraft (1890-1937) est un romancier bien connu des amateurs de fantastique et de science-fiction. Or, il se trouve que François Bon, romancier français contemporain et promoteur de la littérature sur Internet, est aussi l’un des traducteurs de Lovecraft. Il propose, sur son site Tiers-Livre, ses propres traductions en version numérique. Les abonnés du site auront accès à la version intégrale, mais de nombreux extraits sont accessibles gratuitement. En outre, certains textes sont également proposés sous forme de « vidéo-lecture », ce qui permet de les découvrir autrement.

Lire la suite

« [La littérature française contemporaine] fait preuve d’une prodigieuse vitalité : loin de suivre un cours tranquille sur des voies balisées, elle invente des formes […]. Elle se saisit à bras le corps de questions décisives pour notre temps : l’être social, l’inscription dans l’Histoire, la confrontation au réel, la méfiance envers les discours, l’usage du quotidien, le renouvellement des formes de l’engagement… Les genres sont vivifiés : la pulsion narrative se réaffirme, la poésie se refonde dans le lyrisme, le théâtre refait l’expérience conjointe du texte et du corps. […] [N]otre littérature a connu en un quart de siècle l’un de ses plus prodigieux renouvellements, comme peu de périodes dans l’histoire littéraire en donnent exemple […]. »

Dominique Viart, Bruno Vercier, La littérature française au présent,
2e édition augmentée, Paris, Bordas, 2008, p. 525-526.

Les débuts de romans

Les bons romans savent nous happer dès la première phrase. On pense à Camus : « Aujourd’hui maman est morte ». Simple, lapidaire, terriblement efficace. Un constat froid qui correspond bien à la psychologie du personnage. Ou encore chez Proust : « Longtemps je me suis couché de bonne heure ».

Vous aussi, vous avez en mémoire des premières phrases de romans particulièrement marquantes ? N’hésitez pas à les partager avec nous !

books-690219_1280 (2)
Des livres et un stylo

Info : Une conférence sur Les Misérables

Les « deux barricades » de Victor Hugo

Ilias Yocaris, maître de conférences HDR à l’Université de Nice, prononcera la semaine prochaine une conférence sur Les Misérables de Victor Hugo, intitulée « Les deux barricades : complexité et objectivation des faits de style dans un extrait des Misérables ». Elle abordera l’épisode de la description parallèle de la barricade Saint-Antoine et de la barricade du faubourg du Temple, dans le chapitre V-1-1.

Mémo

  • Où ? A Nice, dans les locaux de l’Université Nice Sophia-Antipolis, U.F.R. Lettres, arts et sciences humaines, Campus Carlone, Boulevard Edouard Herriot, amphi 60.
  • Quand ? Jeudi 26 novembre, de 18 h à 20 h.
Honoré de Balzac (Wikimedia Commons, libre de réutilisation)

Non, Balzac n’est pas un romancier ennuyeux !

Balzac n’a pas forcément bonne réputation chez les ados, qui gardent surtout le souvenir de ses longues descriptions. Moi-même, j’ai sans doute découvert Balzac un peu tôt,  avec Eugénie Grandet d’abord, puis Le Père Goriot, à l’âge de treize ans. Je me souviens avoir bien aimé le premier, mais avoir eu du mal avec le second.

Lire la suite

Fénelon, lecteur critique de son époque (solution du jeu)

Fénelon, par Joseph Vivien (Wikimedia Commons, Domaine public)
Fénelon, par Joseph Vivien (Wikimedia Commons, Domaine public)

Il ne se passe pas une saison sans qu’elle ne soit accompagnée d’un flot de nouveautés, que l’on parle de mode vestimentaire, de stars télévisuelles, d’applications téléphoniques, ou que sais-je encore. Il semble donc que nous pourrions faire nôtre cette citation, que je vous proposais il y a quelques jours :

« […] ce sont tous les jours de nouvelles nécessités qu’on invente, et on ne peut plus se passer des choses qu’on ne connaissait point trente ans auparavant. »

Pourtant, un tel propos est loin d’être récent, puisque cette phrase est extraite des Aventures de Télémaque, de Fénelon, de son nom complet François de Salignac de La Mothe-Fénelon, parues en 1699…

Lire la suite

Brasil Azur : un « chocolat littéraire » consacré à « Olga » de Fernando Morais

Depuis l’automne 2012, l’association Brasil Azur organise, chaque saison, un « chocolat littéraire ». Dans un lieu niçois (bar, restaurant, cave à vins…), les convives se réunissent pour savourer un bon chocolat chaud, tout en écoutant une conférence sur la culture brésilienne et/ou française. Le cacao, le parfum, le goût, sont quelques-uns des thèmes qui ont été successivement mis à l’honneur par l’association.

Le chocolat littéraire de l’hiver 2015 a eu lieu samedi 14 mars, à Nice, au bar « JAM ». Le thème en était bien plus sérieux qu’à l’accoutumée, puisqu’il s’agissait, pour Filomena Iooss, présidente de l’association, de présenter un livre de l’écrivain brésilien Fernando Morais, récemment traduit en français aux éditions Chandeigne, intitulé Olga, Juive, Allemande, Révolutionnaire.

Lire la suite