Archives du mot-clé modernité

Baudelaire : « La Fontaine de sang »

Il ne vous aura pas échappé que nous fêtons cette année le deux-centième anniversaire de Charles Baudelaire. Aussi ai-je l’intention de publier régulièrement des articles destinés à mieux faire connaître ce grand poète, en puisant parmi la matière offerte par les Fleurs du Mal ou encore les Petits Poèmes en prose. Aujourd’hui, je vous propose de découvrir un poème qui ne fait pas partie des plus souvent cités, intitulé « La Fontaine de sang ».

Lire la suite

Bicentenaire de Baudelaire

Le 9 avril, Charles Baudelaire fêtera ses deux-cents ans. Impossible, n’est-ce pas, de ne pas y consacrer un article ! Baudelaire reste, cent soixante-quatre ans après la publication des Fleurs du Mal, le père de la poésie moderne. Aussi nombreuses qu’aient été les évolutions de la poésie après lui, Charles Baudelaire reste considéré comme le tournant majeur de la poésie de ces deux derniers siècles, comme celui qui a fait entrer la poésie dans la modernité. Il est, pour Michel Jarrety, un « point de départ » (1). Petit parcours dans la poésie baudelairienne…

Lire la suite

Le contemporain selon Lionel Ruffel

On trouve sur Internet quantité de réflexions fort intéressantes pour qui sait les trouver. Je vous propose aujourd’hui de découvrir, sur le site Vox Poetica, une passionnante réflexion sur ce qu’est le contemporain, par Lionel Ruffel, de l’Université Paris-VIII. Depuis quand parle-t-on de « contemporain » ? Qu’a-t-on entendu par là ? Comment se définit le contemporain ?

L’autre Victor Hugo

Le Victor Hugo tel qu’on se le représente généralement est souvent un Hugo grave, pour ne pas dire grandiloquent. De fait, l’auteur de « Fonction du poète » et de la Légende des siècles incarne mieux qu’un autre l’image de l’écrivain génial, contemplant du haut des falaises anglo-normandes la tempête des vagues et le destin de la France. Pour autant, l’œuvre de Victor Hugo ne se réduit pas à cela. Petite sélection de poèmes plus légers.

Lire la suite

Quand Jean-Michel Maulpoix parle de Baudelaire…

Baudelaire… Celui dont Rimbaud disait qu’il était « un vrai dieu ». Ce « rôdeur parisien » qui a donné à la poésie ses lettres de modernité. Cet observateur des foules, des petites vieilles et des parias. Ce poète sans doute trop désabusé pour être tout à fait romantique. Épris d’idéal bien sûr, mais déjà rongé par le spleen.

Lire la suite