Archives du mot-clé linguistique

Pourquoi la lettre t se prononce parfois s

Une question intéressante a été posée aujourd’hui sur les réseaux sociaux, et c’est, il faut bien l’avouer, une bonne colle. La question est aussi simple que la réponse est complexe. Et je me suis dit que ça ferait un bon sujet d’article. Allons-y, donc, pour un peu de phonétique historique !

Lire la suite

Les signes euphoniques

On m’a récemment demandé d’expliquer ces formes curieuses que l’on rencontre parfois dans les textes : « affirmé-je ». Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne s’agit pas là d’une erreur ou d’une transcription incorrecte de l’imparfait. Il s’agit d’un signe euphonique. Quelques explications.

Lire la suite

Mais où est l’article zéro ?

Drôle de créature que « l’article zéro ». Il n’y a en effet rien évident au fait de donner un nom à un déterminant qui n’existe pas. En effet, il s’en faut de beaucoup que les groupes nominaux soient toujours introduits par un déterminant. La notion d’article zéro permet ainsi de nommer cette absence. Mais quels sont exactement les cas où l’on ne rencontre pas de déterminant ? Petite carte mentale pour mieux s’y retrouver…

Lire la suite

Les langues anciennes sur YouTube

On trouve vraiment de tout sur YouTube. Le meilleur comme le pire, sans doute. Mais il y a plein de contenus intéressants à découvrir. Je voudrais aujourd’hui vous parler des langues anciennes, mises à notre portée par des youtubeurs passionnés. Petit aperçu.

Lire la suite

Les compléments circonstanciels

On m’a demandé, il y a quelque temps, un article sur les compléments circonstanciels. Dont acte. C’est donc désormais chose faite avec cet article qui se veut le plus clair et le plus synthétique possible. Celui-ci peut être lu en relation avec les articles précédents que sont « Les compléments », « Le prédicat » et « Le locatif ».

Lire la suite

Détruisons les mythes grammaticaux

Si vous vous êtes déjà intéressés à la pédagogie, vous avez sans doute dû tomber sur la notion de « conception erronée ». Il s’agit d’une idée fausse que l’on se fait sur quelque chose, non sans raison, souvent par généralisation abusive à partir de cas particuliers. Les phrases que l’on donne comme exemples aux élèves sont généralement choisies pour illustrer parfaitement les règles que l’on enseigne, masquant le fait que bien des occurrences révèlent que la réalité est plus complexe. Or, s’intéresser à la grammaire en tant qu’adulte, c’est précisément se confronter à la réalité de la langue telle qu’elle se parle et s’écrit, au-delà des exemples proprets des manuels. Je me propose ici d’explorer quelques-unes de ces croyances limitantes qui nous empêchent de correctement analyser les phrases.

Lire la suite

« Au joly jeu » de Clément Janequin

Clément Janequin (ou Jannequin) était un compositeur français du XVIe siècle, notamment connu pour ses chansons. J’apprends l’une d’entre elles dans le cadre de la chorale dont je fais partie. Et comme j’aime bien comprendre ce que je chante, j’ai fait quelques recherches lexicales. Il me semble, à vue d’œil, que la langue employée est du moyen français.

Lire la suite

Pourquoi -ph- se prononce-t-il [f] ?

Les élèves français qui apprennent à lire sont parfois surpris que, pour transcrire le son [f], on utilise parfois le digramme -ph-. Cette bizarrerie s’explique par des raisons étymologiques, dans des mots qui viennent du grec ancien. Christian Rose a apporté de plus amples explications sur Facebook, et m’a autorisé à les reproduire ici.

Lire la suite

Françoise Nore et les délices du vocabulaire

Si, comme moi, il vous est arrivé de vous délecter des surprises que réserve parfois l’histoire des mots, si le grand dictionnaire d’Alain Rey est sur votre table de chevet, vous prendrez sans doute du plaisir à consulter le site Internet de Françoise Nore, tout entier consacré à des questions de linguistique et de lexicologie.

Lire la suite

Abrégé de grammaire française

Connaître quelques notions de grammaire est indispensable pour comprendre ce qu’on lit autant que pour s’exprimer correctement à l’écrit. Mais tout le monde n’a pas le temps ou la possibilité de se référer à d’épais manuels. Cet article a donc pour but de fournir un abrégé qui se veut agréable à lire, qui ne soit pas une leçon scolaire mais simplement un petit voyage dans notre langue.

Lire la suite

Doublets lexicaux (suite) : suspecter et soupçonner

Je vous parlais naguère des doublets lexicaux, ces mots jumeaux qui proviennent d’un même étymon. Il y en a plein : copain et compagnon, frêle et fragile, ou, pour faire référence à mon récent article sur les gros mots, pute et putain. Eh bien, si je vous en reparle, c’est que le blog « Une espèce de blog » vient de publier un article sur suspecter et soupçonner. Qui sont, eux aussi, des jumeaux. J’en profite pour vous signaler que ce blog mérite d’être parcouru, les articles sont souvent tout à la fois instructifs et drôles, et traitent généralement de curiosités de la langue française.

https://unespecedeblog.wordpress.com/2017/08/10/suspecter-ou-soupconner/

Tout, tout, tout sur… les gros mots

Profitons de l’été pour nous intéresser à un sujet beaucoup plus léger qu’habituellement. Je veux parler des gros mots. Ceux que l’on n’entend pas dans une conversation polie. Pourtant, ces mots ont, eux aussi, une étymologie, une histoire, parfois tout aussi complexe que celle de vocables plus raffinés. Et souvent, tout aussi difficile à établir, voire davantage, étant donné que ces mots ont tendance à être plus employés à l’oral qu’à l’écrit. Oreilles sensibles, s’abstenir…

Lire la suite