Archives du mot-clé Honoré de Balzac

Dix livres qui m’ont marqué

On vient de me proposer, via les réseaux sociaux, de présenter dix livres qui m’ont marqué. Cela m’a semblé pouvoir faire un bon sujet d’article. Ces dix livres m’ont marqué pour des raisons si différentes que l’on voudra bien ne pas voir, dans la liste qui suit, un classement ou un quelconque palmarès, mais simplement des suggestions de lecture. À vous, ensuite, de proposer vos propres ouvrages préférés dans les commentaires en bas d’article…

Lire la suite

Connaissez-vous « Massimila Doni » ?

Honoré de Balzac, comme sans doute aussi Victor Hugo, quoique pour des raisons différentes, souffre quelque peu de sa réputation. Écrivain prolifique et ambitieux, Balzac aimait à comparer sa Comédie humaine à l’État civil. C’est dire la dimension totalisante d’une œuvre qui prétendait embrasser l’ensemble du réel et en rendre compte avec objectivité. Cet aspect « réaliste » ne fait pas franchement rêver : c’est pourtant souvent celui par lequel on commence à présenter Balzac. En rester là revient à dresser un portrait austère qui ne rend pas justice au génie l’un de nos plus grands romanciers. Il y a, chez Balzac, de l’humour, de la tendresse, de l’exotisme, de l’aventure, de l’espionnage, de la fantaisie, et même du fantastique. Je voudrais aujourd’hui vous présenter Massimila Doni, qui n’est pas l’un de ses romans les plus connus, et qui est pourtant digne d’intérêt.

Lire la suite

Littérature et politique

La littérature, ce n’est pas seulement un divertissement, et l’art d’écrire, ce n’est pas celui de faire de jolies phrases. La finalité de la littérature varie bien entendu selon les époques et les auteurs considérés, mais elle n’est pas réductible à une pratique strictement décorative. Reflet d’une société, la littérature propose, bien souvent, une lecture d’enjeux humains essentiels, liés à un contexte précis, mais aussi universels. En particulier, la littérature est fréquemment la traduction artistique de questions politiques. Et cela ne se réduit pas à la seule « littérature engagée ». Petit tour d’horizon.

Lire la suite

Non, Balzac n’est pas un romancier ennuyeux !

Balzac n’a pas forcément bonne réputation chez les ados, qui gardent surtout le souvenir de ses longues descriptions. Moi-même, j’ai sans doute découvert Balzac un peu trop tôt,  avec Eugénie Grandet d’abord, puis Le Père Goriot, à l’âge de treize ans. Je me souviens avoir bien aimé le premier, mais avoir eu du mal avec le second.

Lire la suite