Archives du mot-clé grammaire

Bien !

Je vais vous parler aujourd’hui d’un mot très courant et parfaitement usuel. Un mot en apparence si ordinaire que vous vous demandez peut-être même pourquoi je vous en parle. Il s’agit du mot « bien ». Et plus précisément, il s’agira de ses différents emplois. Pourquoi ce mot ? Parce qu’il a fait l’objet de recherches. J’ai ainsi eu l’occasion d’assister à une conférence consacrée à ce seul mot « bien ». Cela sera ainsi l’occasion de présenter un exemple de ce que c’est que faire de la recherche en linguistique française.

Lire la suite

Publicités

Le mot « de »

On m’a posé un problème de grammaire : « Quand on dit : C’est de ma faute, à quoi sert le « de », puisqu’on peut tout aussi bien s’en passer et dire : C’est ma faute ? Quelle est sa fonction ? » Il est vrai que, dans certaines phrases, on ne sent pas très bien quel est le rôle de ce petit mot. Pensons à des exemples comme : « C’était pour de rire. » ; « C’est de notre responsabilité. » ; « Comme on dit de par chez nous » ; « Donner de son temps ». Dans tous ces exemples, l’omission du mot « de » n’entraîne pas d’énorme bouleversement du sens. Cependant, « de » a bien une fonction. Quelques précisions.

Lire la suite

Enseigner la grammaire avec des étiquettes

Ceux qui ont l’habitude de me lire savent que j’aime bien la grammaire. Une discipline tout aussi intéressante à étudier qu’à enseigner. Aujourd’hui, je vous montre comment j’ai enseigné la grammaire avec des étiquettes.

Lire la suite

Apprendre à lire : pas si facile

Nous, adultes capables de lire sans difficulté de façon automatique, ne nous souvenons pas toujours de l’effort important que nécessite l’apprentissage de la lecture. Il s’agit en effet d’une tâche complexe, qui mobilise un nombre important de compétences. S’agissant de la langue française, les choses se compliquent encore par certaines particularités qui n’arrangent vraiment pas les choses.

Lire la suite

Pourquoi la proposition infinitive est-elle contestée ?

Plusieurs grammairiens actuels contestent la notion de proposition infinitive dans la langue française. Pourtant, la tradition grammaticale utilise depuis très longtemps ce concept, hérité du latin. Alors, où se trouve exactement le problème ?

Lire la suite

Non, le subjonctif n’est pas toujours introduit par « que »

Au hasard de mes pérégrinations sur les réseaux sociaux, je me suis rendu compte que certains pensent qu’il ne peut y avoir de subjonctif sans être introduit par « que ». Il est vrai que ce morphème signale généralement le mode subjonctif, au point que, dans certains tableaux de conjugaison, il est ajouté avant le verbe. Pourtant, on peut très bien rencontrer des subjonctifs sans « que ». Quelques exemples…

Lire la suite

Ces chansons anciennes qu’on ne comprend plus très bien

Les chansons traditionnelles que nous connaissons tous sont relativement anciennes. Aussi, parfois, sont-elles le témoin d’un état passé de la langue, si bien que certaines expressions, mots ou emplois ne nous sont plus tout à fait limpides. Quelques explications.

Lire la suite

Une règle plus simple pour les participes

L’accord du participe passé fait partie des subtilités de la langue française. Il existe d’ailleurs des cas difficiles dont nous nous sommes délectés dans un précédent billet. Cependant, une façon plus simple de présenter la règle existe. Elle est présentée par le blog « Chouette, le niveau baisse », dans un billet intitulé « Pistes pour enseigner efficacement l’accord du participe passé ». Alors, que pensez-vous de cette autre règle ? N’hésitez pas à laisser des commentaires !

Les compléments

Les compléments sont une grande famille : compléments du nom, de l’adjectif, du verbe, de la phrase, de temps, de lieu, de but, de manière, de cause, de conséquence, d’accompagnement, de moyen, et j’en passe. Quelques remarques pour y voir plus clair.

Lire la suite

Ne vous trompez plus sur l’impératif !

Des craies (Taken,  Pixabay , libre de réutilisation)
Des craies (Taken, Pixabay , libre de réutilisation)

L’une des erreurs les plus fréquentes que je relève ici ou là, c’est la confusion entre l’impératif et l’indicatif. En effet, contrairement à l’indicatif, les verbes du premier groupe ne prennent pas d’s à la deuxième personne du singulier.

On dira donc, au premier groupe :

  • Mange ta soupe !
  • Dessine-moi un mouton !

Les autres groupes, eux, sont semblables à l’indicatif :

  • Connais-toi toi-même !
  • Prends garde !