Mon recueil « Concordance » est paru !

Aujourd’hui, un vieux rêve devient réalité : mon premier recueil de poésie est né ! J’ai rassemblé dans un livre un grand nombre de mes poèmes, et ce recueil s’appelle Concordance.

Le temps long de l’écriture

Si j’écris depuis l’enfance, je ne me suis vraiment tourné vers la poésie que lors de mes études supérieures. Mes recherches sur la poésie contemporaine, et ma participation à un petit groupe d’étudiants passionnés d’écriture à la fac, m’ont donné envie d’écrire des poèmes. Le recueil qui vient de paraître rassemble ainsi des poèmes écrits entre 2008 et 2022. Il s’agit d’une plage temporelle assez longue, marquée par une recherche poétique au long cours.

J’ai fait le choix de dater ces poèmes, par une indication en bas de page. Il m’a semblé intéressant de permettre au lecteur de distinguer ainsi les poèmes écrits pendant mes études et les poèmes plus récents, en donnant ainsi une idée du temps long de l’écriture.

« Concordance »

Ce recueil s’intitule Concordance, et ce titre en annonce l’enjeu, qui est celui d’une quête d’harmonie et de sérénité. On y entend à la fois la concorde et la danse, dans l’idée d’un équilibre dynamique, capable de prendre le contre-pied du malaise et de l’inquiétude trop souvent ressassés, non seulement par l’air du temps, mais aussi par la poésie contemporaine elle-même.

Un trait saillant de la poésie moderne et contemporaine est en effet la prégnance d’une vive inquiétude, qui se traduit dans les textes par différentes formes de dissonance : doutes, inquiétudes, souffrance, douleur, deuil…

Une quête d’apaisement

Je voulais, a contrario, pour mon premier recueil, écrire des poèmes qui fassent du bien, qui évoquent des instants sereins, ou qui puissent du moins se montrer en quête de la sérénité. Il me semble que, lorsque l’on a naturellement tendance à être angoissé, il ne faut pas écrire sur l’angoisse mais bien au contraire sur la sérénité, évitant ainsi tout ressassement de l’inquiétude pour se porter au-delà.

Il est, je crois, plus facile de creuser le sillon du noir, d’écrire sur le mal-être, de renchérir dans le trash ou le gore, que de porter l’écriture au-delà de l’inquiétude, vers cette concordance fragile mais lumineuse, qui n’a rien d’un idéal nébuleux, mais se révèle somme toute tangible, notamment à travers les paysages.

La contemplation des paysages méditerranéens

Ces poèmes écrits pendant plus de quinze ans relatent ainsi des instants paisibles, en communion avec la nature, avec la mer ou les montagnes. Ils traduisent mon attachement aux paysages des Alpes Maritimes, où la mer et les montagnes sont indissociables. Ces paysages invitent à une contemplation méditative source d’apaisement.

C’est ainsi que le recueil, de façon résolument optimiste, s’ouvre sur la notion d’éclaircie. L’éclaircie, c’est cette échappée de lumière dans un ciel sombre, c’est une ouverture, un espoir, aussi minime et fugace soit-il, mais qu’il importe de saisir. René Char disait dans Les Matinaux qu’il souhaitait écrire un « contre-sépulcre ». Il importe, je crois, de résister, dans et par l’écriture, à la morosité, au fatalisme, à la dépression, en insistant davantage sur les petites éclaircies du quotidien que sur les gros orages de la vie.

La fabrication du livre

Pour ce premier recueil, j’ai fait le choix de l’auto-édition, et je dois m’en expliquer. Je sais le patient et formidable travail de nombreux éditeurs de poésie, dont Tarabuste, Fata Morgana, le Mercure de France, les éditions Unicité, Cheyne, l’Arrière-pays, la Coopérative, l’Amourier, et tant d’autres. Je sais aussi que ces petites maisons d’édition ne publient que quelques livres par an, si bien que trouver un éditeur partant relève du parcours du combattant. Je sais aussi que la publication de livres de poésie est une activité qui n’a rien de lucratif.

Dès lors, l’auto-édition m’a semblé un choix d’autant plus intéressant qu’il me permet d’avoir un contrôle total sur la forme même du livre, sa mise en pages, sa police de caractères, sa couverture, etc. Ces aspects matériels, ce qu’on appelle dans le jargon la « PAO », m’ont toujours intéressé.

J’ai également été séduit par la notion d’impression à la demande, qui permet à chaque lecteur de se procurer l’ouvrage sans que j’aie besoin d’intervenir personnellement. Je suis ainsi libéré de tout ce qui concerne la gestion des stocks, la préparation des commandes et les envois par la poste. Aussi, il m’a semblé que, pour un premier recueil de poésie, ce choix était intéressant.

J’espère que ce petit livre trouvera un accueil favorable. D’autres devraient suivre, dont un deuxième volume de poésie intitulé Là où va l’oiseau, qui rassemblera des poèmes très différents, marqués par un souffle davantage épique.

Je me permets donc de conclure avec ce lien ci-dessous qui vous permettra de vous procurer ce recueil en accédant au site d’Amazon. Une part importante du prix correspond aux frais d’impression, de fabrication et d’expédition du livre. Une petite part me revient, dont j’espère qu’elle permettra de rembourser les frais que j’ai avancés (achat de codes ISBN, dépôt sur la plate-forme, commande d’épreuves…). Je n’espère pas gagner de l’argent avec mes poèmes, mais je ne voudrais tout de même pas en perdre !

Bien entendu, si ce livre a eu l’heur de vous plaire, je vous invite à en parler autour de vous, afin que le bouche à oreilles l’aide à se faire connaître.

Publicité

14 commentaires sur « Mon recueil « Concordance » est paru ! »

  1. bravo ! Oui l’auto-édition c’est pas mal surtout avec Amazon (malgré tout le mal qu’on peut penser d’Amazon) parce que les frais sont vraiment minimes et le fait de ne pas avoir a faire imprimer et acheter un stock qu’on doit écouler manuellement. En plus les livres sont disponibles partout dans tous les amazon des différents pays puisque c’est imprimé à la demande par une petite imprimerie locale pas trop loin du lieu de celui qui fait la commande. J’ai fait de meme ce qui a permis à ma famille et mes amis en France de commander mon livre et a mes amis et moi aux USA aussi tout ca pour le meme prix de chaque côté sans frais d’expedition supplémentaires puisqu’il ne traverse pas l’Atlantique. Donc je vais commander votre livre chez mon amazon américain pour la meme somme en dollars et il sera imprimé et livré en moins d’une semaine. Encore bravo et bravo aussi pour la mise en forme et en page les corrections, c’est beaucoup de travail en plus du travail d’écriture et de selection des poèmes.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s