Promenade historique : le Moyen Âge à Nice

Il ne vous aura pas échappé que je profite de l’été pour vous faire découvrir la ville qui m’a vu naître, à travers des promenades historiques qui vous permettront de redécouvrir Nice autrement. Aujourd’hui, pour le troisième épisode, je vous propose que nous nous intéressions au Moyen-Âge. Ce qui ne va pas sans quelque difficulté, car les traces de cette époque, pourtant longue d’un millénaire, sont quasi inexistantes…

Qu’est-ce que le Moyen-Âge ?

Cette expression est celle traditionnellement utilisée pour désigner une période historique qui a duré environ mille ans.

On fait généralement débuter le Moyen-Âge en 476, où Odoacre, soldat de l’armée romaine d’origine « barbare », dépose le jeune empereur Romulus Augustule, qui aura régné moins d’un an, mettant ainsi fin à l’Empire Romain tel qu’on le connaissait jusqu’alors.

On peut retenir, pour marquer la fin du Moyen Âge, la date de 1492, qui est celle de la « découverte » de l’Amérique par Christophe Colomb. En réalité, plusieurs événements décisifs marquent un changement d’époque. Aux grands voyages autour du monde, il faut ajouter l’invention de l’imprimerie (1453), la redécouverte de la culture antique grâce aux manuscrits ramenés de Constantinople, mise à sac également en 1453, et la naissance du protestantisme.

En réalité, il n’est que faiblement intéressant de savoir quelle borne temporelle privilégier : il ne s’agit là que d’une convention destinée à chapitrer l’Histoire. En revanche, il faut souligner un point essentiel : l’Histoire globalement connue de tous, celle que l’on apprend à l’école, sera de peu d’utilité en ce qui concerne Nice, qui n’a fait officiellement partie de la France qu’en 1860.

On peut trouver sur Wikipédia — oui, s’agissant d’un simple article de blog, je ne suis pas allé chercher de source plus officielle, gageant que, même si n’importe qui est susceptible d’y modifier un article, personne n’a d’intérêt à dire n’importe quoi sur un sujet si pointu — une présentation succincte de l’histoire médiévale de Nice, que je résume à mon tour.

Pendant le début du Moyen-Âge, Nice a été gouvernée par les Ostrogoths, puis elle a fait partie de l’exarchat de Ravenne, partie intégrante de l’Empire Romain d’Orient. Elle a fait partie de royaumes ligures et lombards, avant d’être intégré au grand Empire formé par Charlemagne, puis divisé par ses descendants. Il y a même eu deux périodes, assez brèves, où Nice a été une municipalité largement autonome, et il y a donc eu une « République maritime de Nice ».

Il y a eu ensuite une longue période (de 1176 à 1388) où Nice est passée sous la domination des Comtes de Provence. Ensuite, pendant toute la fin du Moyen-Âge, puis les Temps Modernes jusqu’à la Révolution, Nice a appartenu aux États de Savoie, qui y gagnaient leur unique débouché sur la mer. La ville, comme d’ailleurs une grande partie de l’Europe occidentale, a été intégrée à l’Empire napoléonien. Au XIXe siècle, elle a fait partie du royaume de Sardaigne. Ce n’est donc que depuis 1860 que Nice est française. Elle n’a jamais été « italienne » à proprement parler, puisque l’unification de l’Italie, et donc la création d’un État italien, n’a eu lieu qu’en 1861.

Puisqu’une image vaut mieux que cent discours, je me suis amusé à créer une frise historique à partir des informations glanées sur Wikipédia. J’ai placé, au-dessus de la frise, tout ce qui concernait l’appartenance politique de la ville et, en-dessous de la frise, les événements plus ponctuels (sièges, événements guerriers, épidémies de peste…).

Frise historique simplifiée de Nice au Moyen-Âge

J’ai réalisé cette frise à partir des informations fournies par Wikipédia, et à l’aide d’une application en ligne appelée « Frise chronos ». Ne vous étonnez pas si vous ne voyez plus d’informations après 1500 : je me suis volontairement limité à la période médiévale, mais j’ai malgré tout voulu rappeler les régimes politiques jusqu’à nos jours.

Que voir de médiéval à Nice ?

Eh bien, hélas, pas grand-chose ! Et cela, pour deux raisons. Il y a d’abord le fait que Nice n’a pas cessé d’être habitée depuis le Moyen-Âge, et qu’une ville qui vit est une ville qui se transforme. Les rues et ruelles du Vieux-Nice, pour anciennes qu’elles paraissent, datent du XVIe ou du XVIIe siècle. Si on a conservé des vestiges importants de la ville antique, c’est que Cemenelum a été abandonnée, laissant ainsi les choses en l’état. La cité médiévale, en revanche, située sur la Colline du Château (ville haute) et dans le Vieux-Nice (ville basse), a été continuellement habitée et donc transformée. La plupart des églises de Nice sont d’époque baroque (et, pour le coup, on a vraiment des bijoux de l’art baroque, donc on va se régaler quand j’en viendrai à cette période).

Il y a ensuite une deuxième raison, plus politique : c’est la décision de Louis XIV, à force de voir Nice s’inscrire dans des alliances contre lui, de prendre la ville et d’ordonner ensuite la démolition de la citadelle fortifiée (située sur la colline du Château) et de tous les remparts. Si la vieille ville de Nice ne ressemble plus à ce qu’elle était au Moyen-Âge, c’est donc en grande partie à cause de la décision du Roi Soleil.

Mais alors, comment faire une promenade médiévale à Nice ?

Eh bien, dans ma vidéo sur le Moyen-Âge à Nice, je vais vous montrer des bâtiments dont l’origine remonte au Moyen-Âge, même si les éléments visibles aujourd’hui sont postérieurs. Ainsi, par exemple, l’abbaye Saint-Pons a été fondée en 775. Nous sommes donc bien, avec cette date, au cœur du Moyen-Âge, plutôt même vers le début. Cependant, il faut bien avoir conscience qu’il ne reste aujourd’hui rien de médiéval dans ce que l’on peut voir. L’église telle que je l’ai filmée date du XVIIIe siècle. Mais, malgré tout, il n’est pas inintéressant de savoir que l’histoire du site a débuté au Moyen-Âge.

Suivant ce principe, je me suis proposé de vous emmener visiter trois sites qui ont leurs racines dans le Moyen-Âge, même si, je le répète, vous ne verrez rien de médiéval dans les images. Il s’agit :

  • De l’abbaye Saint-Pons, qui a eu beaucoup d’importance au début du Moyen-Âge. Wikipédia précise qu’elle est « est l’un des plus anciens monastères de la Côte d’Azur avec l’abbaye des îles de Lérins ». Elle porte le nom d’un chrétien de Cimiez, qui aurait évangélisé la vallée de l’Ubaye, et serait mort en martyr en 257.
  • Du monastère de Cimiez, dont on trouve des traces écrites mentionnant la chapelle dès 1010. Décorée de tableaux de Bréa, l’église actuelle est bien sûr postérieure, le site ayant évolué avec les siècles. Dans la vidéo, je vous montre l’église, le cloître attenant, et les jardins.
  • De la tour Saint-François, qui témoigne de la présence d’un couvent Saint-François situé à cet endroit dès le Moyen-Âge. Wikipédia précise que plusieurs sièges ont eu raison de ce bâtiment. La tour elle-même date du XVIIIe siècle.

Je vous emmènerai ensuite dans les profondeurs souterraines de Nice. En effet, les recherches archéologiques préventives qui ont eu lieu dans le cadre de la construction de la ligne 1 du tramway niçois ont mis au jour des vestiges désormais mis à disposition du public à travers ce qu’on appelle la « crypte archéologique ». Celle-ci ne peut se visiter que sur visite guidée. La visite est passionnante, et l’anthropologue qui assure la visite sait vraiment remettre les choses en perspective. La crypte en béton fait environ 2000 m², et passe sous la place Garibaldi. On peut y voir les vestiges des remparts de Nice, plusieurs fois remodelés, un bastion en forme d’as de pique, une double arche, des vestiges d’habitations… et surtout des traces de l’ancienne Porte Pairolière (un mot niçois qui fait référence aux chaudronniers). Cette porte fortifiée était la porte d’entrée dans Nice.

Une visite en vidéo

Maintenant que je vous ai expliqué tout cela, place à la vidéo !

J’espère que cette troisième promenade historique à Nice vous aura intéressés. Le quatrième épisode, qui est encore à créer, se focalisera, de façon très prévisible, sur les Temps modernes. Et là, la difficulté sera non plus de chercher quoi montrer, mais de sélectionner parmi un nombre innombrable de monuments. Il y aura l’embarras du choix, avec en particulier des trésors de l’architecture baroque. Alors, n’hésitez pas à vous abonner au blog et à la chaîne!

2 commentaires sur « Promenade historique : le Moyen Âge à Nice »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s