Promenade historique à Nice : la Préhistoire

Très souvent, nous avons de l’Histoire une vue générale, constituée de ce qu’il nous reste de nos souvenirs scolaires. Les choses deviennent beaucoup plus concrètes lorsqu’on se rend compte que les grandes périodes de l’Histoire trouvent une inscription dans les territoires que nous habitons. C’est pourquoi, après une promenade historique dans la ville de Cagnes-sur-Mer où j’habite, je vous propose de redécouvrir l’Histoire à Nice, en commençant comme il se doit par la Préhistoire.

Beaucoup ignorent que, pour trouver des vestiges de la Préhistoire, nul besoin de traverser la France pour se rendre à Lascaux. À Nice, nous avons la chance de posséder deux sites préhistoriques exceptionnels, ouverts au public : la grotte du Lazaret et la plage de Terra Amata. Ces deux sites portent la trace d’une présence humaine au Paléolithique, l’âge de la pierre taillée. Il faut savoir que d’autres vestiges ont été trouvés ailleurs à Nice, attestant une présence humaine également au Néolithique (Caucade, Cimiez, Vallon de Brancolar).

Pour vous faire découvrir cette partie de l’histoire niçoise, j’ai réalisé une petite vidéo documentaire d’une durée de dix minutes environ. Vous trouverez des détails plus précis dans la suite de cet article, issus des informations apprises pendant mes visites, ou d’éléments glanés sur le Web.

1. La grotte du Lazaret

La grotte du Lazaret se trouve au-delà du port de Nice, en direction de l’est, à proximité du restaurant « La Réserve », célèbre pour son plongeoir et ses tables perchées au-dessus de l’eau. C’est dans ce cadre touristique, à proximité immédiate de la plage, que se trouve cette grotte du paléolithique moyen.

Un panneau à l’entrée

La guide, à l’entrée, précise que ce site est exceptionnel par la longévité de son occupation. On a retrouvé des vestiges datés d’époques différentes, témoignant de plusieurs occupations de la grotte. Wikipédia précise que les datations effectuées permettent de situer ces périodes d’occupation de la grotte entre – 170 000 et – 130 000 ans. C’était il y a longtemps !

La valeur de ce site vient aussi du fait que la grotte a ensuite été obstruée. Elle n’a donc plus été occupée jusqu’à sa découverte au XIXe siècle. Les vestiges présentent donc un très bon état de conservation.

Mais qu’a-t-on trouvé dans la grotte ? Eh bien, des ossements animaux, dont certains prouvent qu’ils ont été découpés et utilisés par l’Homme. Quels animaux ? On a retrouvé des loups, des cerfs, des bisons, des bouquetins, des ours, mais aussi des panthères, des éléphants, des léopards… On a aussi retrouvé des traces d’occupation humaine, et notamment un grand nombre d’outils, dont de nombreux bifaces et racloirs.

Un crâne néandertalien trouvé en Corrèze et exposé au Lazaret

Qui étaient ces hommes qui ont habité la grotte du Lazaret ? Eh bien, c’étaient des Hommes de Néandertal, nommés ainsi en référence à la vallée (thal puis tal) de Néander, en Allemagne, où cette espèce humaine a été identifiée pour la première fois. Ces hommes étaient nos cousins, au sens où ils ne sont pas de notre espèce (Homo Sapiens), mais nous sont apparentés par un ancêtre commun. La recherche a montré, depuis, que Neandertal s’est métissé avec Sapiens, si bien que nous avons en nous un petit pourcentage d’ADN néandertalien.

Cette grotte nous renseigne aussi sur les climats passés. Elle nous raconte en effet une période beaucoup plus froide que la nôtre, une période de glaciation où une grande partie de l’Europe, y compris de la France, était recouverte par la banquise. La grotte du Lazaret, protégée d’une part par les montagnes, et d’autre part par la mer, devait sans doute bénéficier d’un climat privilégié, un peu plus clément qu’ailleurs, qui explique peut-être son attrait pour les animaux très divers qu’on y a retrouvés, ainsi que pour les Hommes. À cette époque, comme on peut le voir sur une animation vidéo, le niveau de la mer était beaucoup plus bas.

Un biface exposé au Lazaret

Découverte en 1826, la grotte du Lazaret est aujourd’hui un musée. La visite de la grotte se fait toutes les demi-heures, où débute une animation « son et lumières » qui scénographie cette passionnante histoire. Grâce à des projecteurs qui ciblent certaines zones, le regard du spectateur est attiré sur les éléments qui sont en même temps expliqués par la bande audio. Des images animées sont directement vidéo-projetées sur les murs, qui nous donnent l’impression que les animaux et les Néandertaliens revivent. À l’issue de ce spectacle, il faut quelques secondes d’adaptation pour revenir au monde moderne et à la chaleur extérieure…

2. Le site de Terra Amata

Le musée de Terra Amata passerait presque inaperçu, puisqu’il est situé au rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitations. De loin, rien n’indique que cet endroit très urbanisé, situé à proximité du port de Nice, au pied du mont Boron, était déjà habité il y a plusieurs centaines de milliers d’années…

La plage de Terra Amata (photo personnelle)

L’intérieur du musée est occupée par une grande étendue de sable, parsemée ici ou là de galets, reproduisant la zone de fouilles. Car, en effet, le site de Terra Amata est une plage. Une plage occupée dès la Préhistoire. On trouvera aussi, dans le musée, différents outils de l’époque, et une collection de crânes de diverses origines. J’ai beaucoup aimé, également, les maquettes qui donnent à voir des scènes de la préhistoire, comme si elles revivaient sous nos yeux.

Ce site, daté de 380.000 ans d’après Wikipédia, est donc plus ancien que le Lazaret. Il présente l’une des plus anciennes preuves d’utilisation humaine du feu. Un panneau du musée précise que l’on ignore encore, à ce jour, si les hommes de cette époque savaient déjà produire eux-mêmes du feu, ou s’ils se contentaient d’entretenir des foyers allumés naturellement.

*

Je trouve passionnant de s’intéresser à ces temps très anciens, non en dissertant de façon générale sur la Préhistoire, mais à partir de traces situées à proximité de l’endroit où je vis. Cela prend une toute autre dimension, de réaliser que le sol que nous foulons tous les jours était déjà parcouru il y a des centaines de milliers d’années. Que des hommes et des femmes y chassaient le cerf, l’ours et le loup…

Ainsi se termine ce premier épisode de la promenade historique à Nice. Contrairement au précédent article consacré à Cagnes-sur-Mer, il m’a été impossible d’envisager parcourir toute l’Histoire en une seule vidéo. J’espère pouvoir poursuivre, avant la fin de l’été, avec un deuxième épisode consacré à l’Antiquité. Pour faire la transition avec les deux périodes, j’évoquerai la présence d’un vieux mur de l’âge du fer, mentionné par Wikipédia, que je m’efforcerai de trouver…

5 commentaires sur « Promenade historique à Nice : la Préhistoire »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s