L’Université de Nice rend hommage à Jean Onimus

Demain, jeudi 10 mars 2022, se tiendra à l’Université de Nice, dans la Salle du Conseil de la Faculté des Lettres, une journée d’études en hommage à Jean Onimus, professeur émérite spécialiste de Charles Péguy.

« QU’EST-CE QUE LE POÉTIQUE ? »

JOURNÉE D’HOMMAGE À JEAN ONIMUS (1909-2007)

PROFESSEUR D’EXISTENCE – PROFESSEUR À L’UNIVERSITÉ DE NICE (1965-1974)

« Agrégé de Lettres Classiques, professeur de lycée à Tunis puis Bucarest, Jean Onimus soutient un Doctorat d’État sur Péguy devient professeur de littérature française moderne à l’université d’Aix-en-Provence puis à celle de Nice. Il a enseigné en de nombreuses universités étrangères aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande, au Brésil et au Canada. Son immense culture nourrissait un christianisme interrogeant inlassablement l’univers et la connaissance. Son œuvre très diverse exprime la richesse de sa personnalité, qui a beaucoup marqué ses étudiants et ses lecteurs. Elle comporte des essais sur l’éducation et la famille, sur la littérature et la poésie, sur l’art, sur la crise du monde actuel et sur la religion. Chacune de ses œuvres comporte une vision pertinente et originale qui incite à la réflexion. Le CTEL entend qu’il lui soit rendu dans l’université dont il a été professeur émérite l’hommage qui lui est dû. »

Programme de la journée

L’homme, le professeur

10h : accueil des participants par Béatrice Bonhomme (directrice du CTEL)

10h10-10h30 Jean-Pierre Onimus
« Jean Onimus vu à travers les lettres échangées avec sa mère »

10h30-10h50 Frédéric Brun, Enza Palamara
« Jean Onimus, témoignages de sa famille et d’étudiants ayant assisté à ses cours »

10h50-11h Discussion
11h-11h15 Pause

Le penseur, le contemplatif

11h15-11h45 Patrick Quillier
« L’écoute chez Jean Onimus, connaissance poétique »

11h45-12h15 Jean-Pierre Onimus
« Le testament spirituel de Jean Onimus : fécondation de la pensée par la poésie. »

12h15-12h30 Discussion

Le poétique dans l’héritage légué par Jean Onimus

CTEL, salle 301 extension

14h30-14h50 Frédéric Brun
« Présentation de l’essai de Jean Onimus Qu’est-ce que le poétique ?, cœur du programme éditorial des éditions Poesis »

14h50-15h10 Enza Palamara
« Jean Onimus, un poteau indicateur sur mon chemin vers les contrées de la Poésie»

15h10-15h30 Carles Diaz
« L’exigence poétique face à l’objectivation de l’expérience sensible »

15h30-15h45 Discussion
15h45-16h Pause

Lectures

16h-16h20 Béatrice Bonhomme
« Lire la lumière avec Jean Onimus »

16h20-16h40 Frédéric Brun
« Lecture de quelques extraits de poètes appréciés par Jean Onimus et présents dans l’anthologie-manifeste Habiter poétiquement le monde : Guillevic, Jaccottet, Saint-John Perse et Michaux »

16h40-17h Carles Diaz
« La Vénus encordée, L’arbre face au monde (Vies et destin de Karl Alexander Simon)»

17h-17h20 Enza Palamara
« Ce que dit le nuage »

17h20-17h40 Patrick Quillier
« Lecture de poètes dérivant librement à partir de Expérience de la poésie et de La poursuite de l’essentiel (ouvrages de Jean Onimus) »

17h40-18h Lecture ouverte pour « nous porter en avant, plus haut » (J. O.)

18h Patrick Quillier
« Brève conclusion provisoire pour bousculer les sagesses closes (J. O.) »

Présentation des intervenants

Béatrice Bonhomme

Agrégée de Lettres modernes, elle soutient en 1987 une thèse d’Etat sur Pierre Jean Jouve : Les Jeux de l’Écriture et la Quête du Sacré dans l’œuvre de Pierre Jean Jouve. Depuis 1990, elle enseigne la littérature française, d’abord à l’université d’Aix-en-Provence puis à celle de Nice. Elle a créé en 2003, au sein du CTEL (Centre Transdisciplinaire d’Epistémologie de la Littérature et des Arts Vivants de l’Université Côte-d’Azur), un axe de recherche dédié à la poésie : POIEMA. Elle est essayiste, directrice de la re-vue Nu(e) et poète, avec une douzaine de recueils publiés, dont Les Boxeurs de l’absurde (L’Étoile des limites, 2019), Passant de la lumière (L’Arrière-Pays, 2008) ou Les Gestes de la neige (Préface de Salah Stétié, L’Amourier, 1998).

Frédéric Brun

Écrivain, auteur notamment de Perla, prix Goncourt du Premier Roman en 2007, et de Une prière pour Nacha, prix « Des écrivains croyants » en 2010, il a fondé en 2015 les éditions Poesis, consacrées à la défense et à l’illustration du « poétique », notamment dans ses relations avec la spiritualité. C’est à ce titre qu’il a édité l’essai de Jean Onimus intitulé Qu’est-ce que le poétique? en 2015, année où il publie également une ouvrage de son cru, mi-récit, mi-essai, intitulé Novalis et l’âme poétique du monde, qui vaut pour manifeste de la ligne éditoriale de sa maison d’édition mais aussi pour les lecteurs auxquels elle s’adresse.

Carles Diaz

Écrivain et poète franco-chilien d’expression française, il est docteur en histoire de l’art, et chercheur dans le domaine de la culture et de l’art européen de la seconde moitié du XIXe siècle. Comme poète et essayiste, il a notamment publié : Polyphonie landaise précédé de Paratge, éd. Gallimard, 2022 ; L’arbre face au monde (Vies et destin de Karl Alexander Simon), éd. Poesis, 2022 ; La Vénus encordée, éd. Poesis, 2019 ; Tentative verticale, éditions Abordo, 2018/Zinnia éditions, 2014 (préface de Patrick Quillier) ; Le Fleuve à l’envers, éditions Abordo, 2013 ; Les Déferlantes nocturnes, éditions Abordo, 2010.

Jean-Pierre Onimus

Fils aîné de Jean Onimus, il est ingénieur de l’Institut Polytechnique de Grenoble. Longtemps ingénieur dans le Groupe Bull, il a participé à la conception d’ordinateurs, au développement des logiciels et à la conduite de grands projets. Il est l’auteur de romans consacrés à la vie de la nature et à l’éthologie animale, ainsi que d’essais sur la conscience. Il se consacre depuis le décès de son père en 2007 à comprendre et faire connaître la vie et l’œuvre de son père, notamment avec le livre Jean Onimus, professeur d’existence, Saint-Léger éditions, 2021.

Enza Palamara

Agrégée de lettres, elle a enseigné à l’université de Tours et à l’Institut français de Naples. Sa réflexion est essentiellement consacrée à la poésie et la poétique. Elle est tout particulièrement spécialiste passionnée des œuvres de Baudelaire, Bonnefoy et Guillevic. Comme poète, elle a notamment publié : Ce que dit le nuage, éd. Poesis, 2019 ; En quête du lieu, L’Andriague éditions, 2020 ; Rassembler les traits épars, L’Harmattan, 2008.

Patrick Quillier

Agrégé de Lettres Classiques, il a soutenu en 1997 une thèse intitulée L’usage de l’oreille selon René Char. Il a beaucoup traduit les poètes, notamment depuis le portugais, et tout particulièrement Pessoa, dont il est l’éditeur des Œuvres poétiques dans la collection Pléiade. Comme poète, il a publié Office du murmure, éditions de la Différence, 1996, Orifices du murmure, éditions de la Différence, 2010 et Voix éclatées (de 14 à 18), éditions Fédérop, 2018 (Prix Kowalski de poésie de la Ville de Lyon, 2018). Ancien directeur du CTEL (2020-2021), il est professeur émérite de l’Université Côte-d’Azur.

Image d’en-tête : Wikipédia. Texte dans des encadrés de couleur : programme transmis par Patrick Quillier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s