Découvrir la diversité de la poésie à l’école

Même si les choses sont en train de changer ici ou là grâce à des enseignants et des formateurs passionnés, force est de constater que les élèves ont bien souvent une conception simpliste de la poésie. Aussi ai-je pris l’habitude, depuis mes débuts, de commencer ma séquence sur la poésie avec une séance précisément dédiée à la découverte de la pluralité des formes poétiques, à travers quelques exemples qui sont certes loin de couvrir l’extrême diversité de la poésie, mais qui permettent déjà de battre en brèche certaines représentations simplistes.

Depuis que je suis enseignant, j’ai eu à cœur de mettre à profit ma connaissance de la poésie, en particulier contemporaine, pour mes élèves. Dès mon année de stage, j’ai proposé une séquence sur la poésie, que j’ai d’ailleurs utilisée pour mon mémoire de deuxième année de Master MEEF. Je voudrais aujourd’hui vous présenter rapidement la première séance de cette séquence.

1. Prendre les représentations initiales
des élèves sur la poésie

Je commence toujours par laisser les élèves s’exprimer sur ce qu’ils pensent qu’est la poésie. Ils me donnent chacun un ou plusieurs mots que leur évoque la poésie. Je prends toujours le tableau en photo, afin de pouvoir confronter ces représentations initiales avec celles qu’ils auront en fin de séquence.

Généralement, les élèves se font une conception extrêmement floue de la poésie, confirmant le propos de Valéry selon lequel « certains se font de la poésie une idée si vague qu’ils prennent ce vague pour l’idée même de la poésie ».

Quelques tendances reviennent malgré tout, ainsi la propension des élèves à associer la poésie et la chanson. Si ce lien n’est pas sans pertinence, dans la mesure où, historiquement, la poésie fut d’abord chantée, il repose malgré tout sur une représentation simpliste, née du fait de copier dans le même cahier les poèmes et les paroles des chansons.

On trouve aussi, fréquemment, un lien avec d’autres formes littéraires, telles que le conte, le roman, les histoires, la fiction. Les enfants parlent aussi parfois de « dessin », simplement parce qu’ils ont l’habitude d’illustrer les poèmes copiés, dans des cahiers de « travaux pratiques » où alternent pages blanches et pages lignées.

Un terme qui revient toujours est « réciter ». Quand on fait parler les élèves, on se rend compte que la poésie est, trop souvent, un simple exercice de mémorisation-récitation. Loin de moi l’idée de blâmer cet exercice, qui est non seulement formateur, mais aussi associé à la tradition de la poésie. Connaître un poème par cœur est une excellente façon de se l’approprier, de le garder avec soi, parfois pour toujours. Cependant, la poésie, ce n’est pas cela. Ou du moins, pas seulement.

2. Observer des poèmes de facture diverse

Un calligramme d’Apollinaire
(Wikipédia)

Pour la deuxième phase de cette séance, j’affiche dix poèmes très différents entre eux au tableau. Lorsque c’est possible, je les reproduis au format A3. Je laisse les élèves s’exprimer à propos de ces poèmes. Ils remarquent tout de suite que certains adoptent la forme d’un dessin. Les élèves identifient sans peine la Tour Eiffel.

En général, les calligrammes sont les poèmes que les élèves remarquent en premier. Ils sont étonnés par cette forme qu’ils ne connaissaient pas. Leur attention se porte ensuite sur les autres poèmes. Je leur propose une lecture expressive de ces poèmes. Certains mots sont expliqués, mais le but n’est pas, lors de cette phase, de comprendre les poèmes dans le détail.

3. Associer les poèmes deux à deux

Une fois que les élèves ont eu le temps de découvrir les poèmes et de s’exprimer à leur propos, je propose une consigne un peu plus précise. Les élèves doivent constituer des paires de poèmes qui se ressemblent.

Cette activité ne suppose aucune compréhension fine des poèmes. D’ailleurs, je l’ai également conduite avec des élèves de maternelle (MS/GS) qui parviennent sans problème à observer des ressemblances de forme et de mise en page.

Il est temps de préciser les références de ces poèmes :

  • Deux calligrammes de Guillaume Apollinaire : « Reconnais-toi […] » et « Salut ô monde […] »
  • Deux poèmes en vers libres classiques de Jean de la Fontaine : « La grenouille qui se veut faire aussi grosse que le boeuf » et « Le Corbeau et le Renard »
  • Deux poèmes en vers de Robert Desnos : « La grenouille aux souliers percés » et « L’oiseau du Colorado »
  • Deux haïkus de Daniel Biga, extraits de Le Sentier qui serpente (Tarabuste, 2015)
  • Deux poèmes en prose de Jean-Michel Maulpoix, extraits de Une histoire de bleu (Mercure de France, 1992)

Il y avait donc deux poèmes de même forme et de même auteur, ce qui permettait de constituer des paires. Les élèves viennent au tableau et associent les poèmes à tour de rôle.

4. Retrouver l’auteur de chaque poème

C’est alors que je propose une petite tâche écrite, consistant à lire de petites notices sur chaque poète. Les élèves lisent silencieusement ces brefs textes, et trouvent ainsi l’auteur de chacun des poèmes. La mise en commun, au tableau, permet de faire verbaliser aux élèves les indices qui leur ont permis de trouver.

Les élèves ont appairé les poèmes et retrouvé leur auteur
(image personnelle)

Sur leur fiche, les élèves disposent d’une miniature de chaque poème, en dessous de laquelle ils écrivent le nom de l’auteur sur des pointillés.

*

Cette séance n’est que la première d’une séquence consacrée à la poésie. Les poèmes découverts ce jour-là seront destinés à être retravaillés en suite. Certaines années, je les affiche en classe ou dans le couloir. Les élèves les montrent en entrant ou en sortant, ils en parlent spontanément à des camarades d’autres classes en les croisant dans les couloirs… La poésie redevient vivante ! Certains seront mémorisés et récités, au moins en partie. D’autres seront le point de départ de situations de production d’écrit… De tout cela, j’ai déjà vaguement parlé ici ou sur ce blog. Mais je compte, dans les semaines qui viennent, vous en parler plus en détail, avec un article pour chaque séance.

Aperçu de la séquence

Séanceintitulé
1♦ Découvrir des poèmes de facture diverse.
2♦ Poésie, peinture, musique : écriture de la neige chez Jean-Michel Maulpoix
3♦ À la découverte des haïkus : lecture et production d’écrits
4♦ Découverte des calligrammes : transformer un poème en calligramme
5♦ Les calligrammes (suite) : écrire son propre calligramme
6♦ Atelier d’écriture : le lardage
7♦ Un poète contemporain : Christophe Tarkos
Séances suivantes♦ Valorisation par les arts plastiques (arbre à poèmes, anthologie de la classe…)
♦ Exposés sur un poème
♦ Mise en forme sur outil informatique (utilisation des TICE)…
Publicité

4 commentaires sur « Découvrir la diversité de la poésie à l’école »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s