Connaissez-vous Michèle Finck ?

C’est avec grand plaisir que j’ai participé aujourd’hui à un passionnant colloque inter-universitaire, co-organisé par Béatrice Bonhomme et Aude Préta de Beaufort, sur les poètes-femmes d’aujourd’hui. Je devais, pour ma part, présenter la poésie de Michèle Finck, dont la voix m’a beaucoup séduit, par son authenticité, par sa capacité à transcender la douleur, par son lien constant avec la musique.

Vous pourrez bientôt accéder à l’intégralité des actes de ce colloque, lorsqu’ils paraîtront dans le prochain numéro de la revue Nu(e). Je n’ai pas l’intention de répéter ici tout cela, ce qui ferait double emploi. Je voudrais simplement, en quelques mots, vous présenter Michèle Finck, que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire et à étudier.

Qui est Michèle Finck ?

Michèle Finck est née à Mulhouse en 1960. Elle est la fille d’Adrien Finck, universitaire, germaniste et spécialiste de Georg Trakl. Après des études à l’École Normale Supérieure de Sèvres et à l’Université de la Sorbonne, elle enseigne à l’Université de Strasbourg, où elle est actuellement professeur de Littérature Comparée. Ses recherches ont porté sur les rapports de la poésie avec la danse, avec les arts plastiques, avec la musique, et ses propres recueils poétiques se ressentent de cette proximité avec les autres arts.

Deux événements apparaissent comme des points de bascule dans l’existence de Michèle Finck: la séparation d’avec son compagnon, puis la mort de son père. Il s’agit, dans les deux cas, de moments d’arrachement, qui ont non seulement marqué sa vie, mais aussi son œuvre. Aussi la poésie de Michèle Finck est-elle traversée par la douleur, la souffrance, l’inquiétude, la conscience de la finitude, éléments éminemment intimes mais qui touchent à l’universel. Cependant, la poète n’en reste pas à l’expression de cette souffrance, et, de façon différente selon le recueil considéré, cherche une issue, trouvée tantôt dans les paysages méditerranéens, tantôt dans la contemplation de la musique et du silence…

« […] je me referme à la tombée de la nuit sur une basse continue : au fond de moi il y a un piano mat, érodé ; à ce piano il y a quelqu’un que je ne connais pas. Il ou elle joue obstinément une mesure brisée, mouvante, toujours la même et modulée, laquelle  ? Des années durant, j’ai essayé de trouver ce quelqu’un, son ressac de silence rude psalmodiant une brûlure. »

Michèle Finck, L’Ouïe éblouie, Voix d’encre, 2007, p. 174.

De la musique avant toute chose

S’il fallait ne citer qu’un point commun aux différents recueils de la poète, ce serait assurément l’importance de la musique, qui distingue la voix de Michèle Finck. Dès L’Ouïe éblouie, on sent à quel point l’entendre est fondamental pour la poète, attentive aux sons, aux mélodies, aux acousmates. Si la poète privilégie le vers libre et la prose, elle demeure soucieuse de la musicalité de sa langue, nourrie de répétitions, de paronomases, d’échos phoniques.

Dans La Troisième Main, chaque poème est précédé de la référence à un morceau de musique. C’est dire à quel point la poésie de Michèle Finck vérifie l’affirmation de Michel Deguy, selon lequel « la poésie n’est pas seule ». La poète écrit dans le compagnonnage des compositeurs, dans un constant va-et-vient entre musique et poésie. Ce n’est pas là, bien entendu, une posture, mais bien une dimension indissociable du vivre, du « vivrécrire ». La musique est aussi ce qui donne une forme invisible au sacré. Elle « élève une rosace de silence dans l’obscur ». Musique, encore, dans le rythme de l’oratorio de Shéhé Hors Shéhé, scandé de vers très brefs, qui disent l’horreur de la guerre et les souffrances d’une jeune étudiante syrienne.

Andantino. Ô douceur, d’où venue ?
Pourquoi si déchirante ? Si ailée de détresse ?
Que telle douceur ait visage sur terre
Et le toucher sera caresse. Déposent les sons
Leur secret douloureux devant le silence.

Michèle Finck, La Troisième Main, Arfuyen, 2015, p. 25.

    Publications

    • 2007 : L’Ouïe éblouie (Voix d’encre)
    • 2012 : Balbuciendo (Arfuyen)
    • 2015 : La Troisième Main (Arfuyen)
    • 2017 : Connaissance par les larmes (Arfuyen)
    • 2019 : Poésie Shéhé Résistance, Fragments pour voix (Le Ballet Royal)
    • 2020 : Sur un piano de paille / Variations Goldberg avec cri (Arfuyen)

    À lire aussi

    8 commentaires sur « Connaissez-vous Michèle Finck ? »

    1. Merci de faire connaître la poésie sensible de Michèle Finistère. Ces  » la connaissance par les larmes » qui m’avait touchée infiniment…. Arfuyen continue à me faire découvrir ses ecritures sensibles, mais je sais à présent pourquoi je la sens si proche de ma poétique, il s’agit de la musique qui l’accompagne et imprègne ses textes. Merci Gabriel, dites.moi quel livre acheter et lire tout entier en premier? Et la revue « Nue » peut être?

      J’aime

    2. ( suite) Veuillez excuser la faute sur le nom de Michèle Fink ( je ne l’avais pas vue …dans la nuit!). Merci encore.

      J’aime

    3. Merci de faire connaître la poésie sensible de Michèle Fink. C’ est  » la connaissance par les larmes » qui m’avait touchée infiniment…. Arfuyen continue à me faire découvrir ses ecritures sensibles, mais je sais à présent pourquoi je la sens si proche de ma poétique, il s’agit de la musique qui l’accompagne et imprègne ses textes. Merci Gabriel, dites.moi quel livre acheter et lire tout entier en premier? Et la revue « Nue » peut être?

      J’aime

      1. Bonjour,
        Puisque vous connaissez déjà « Connaissance par les larmes », vous serez peut-être intéressée par des recueils plus anciens comme « L’ouïe éblouie » ou « La Troisième Main ». Je ne saurais trop vous dire quel livre choisir car ils sont tous singuliers. Quant au numéro de Nu(e), vous le trouverez gratuitement sur le site Poezibao.

        Aimé par 1 personne

    Votre commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s