Du nouveau sur l’apposition

En août 2017, je proposais un article qui tâchait de démêler les difficultés que pose la notion grammaticale d’apposition, difficultés qui me semblent liées au fait que la notion recouvre des réalités différentes qu’il aurait mieux valu, en réalité, nommer de façon distincte. Il y a ainsi un grand champ de l’apposition, au sein duquel on distingue plusieurs cas de figure que j’ai tenté de présenter. Si je vous reparle aujourd’hui de cette notion, c’est parce que Franck Neveu, professeur de linguistique à l’Université de la Sorbonne et spécialiste de la question, vient de publier un article de synthèse sur cette notion dans l’Encyclopédie Grammaticale du Français, un formidable outil en ligne, encore en chantier.

Cet article, très complet, et serti d’une impressionnante bibliographie, revient sur l’historique d’une notion qui vient d’abord du latin, et qui ne peut s’appliquer telle quelle en français. Franck Neveu rappelle notamment l’exemple épineux de la ville de Rome, exemple typique d’apposition en latin (Urbs Roma), mais construction indirecte en français.

Pour Franck Neveu, « l’apposition est une catégorie fonctionnelle qui peut être comptée parmi les plus difficiles de la grammaire traditionnelle. La difficulté de la problématique vient de la mise à l’épreuve que la notion fait subir aux concepts d’intégration, de hiérarchie, de dépendance, de prédication, de référence, dont elle souligne le caractère souvent approximatif dans l’explication grammaticale. La difficulté s’explique aussi par l’histoire souvent méconnue de la notion, et les confusions qu’elle a engendrées dans la grammaire scolaire. »

Cet article rend compte des situations où les deux noms mis en relation par le système appositif sont :

  • immédiatement juxtaposés : Le roi Louis XIII a régné au XVIIe siècle.
  • juxtaposés à l’aide d’un détachement entre virgules : Monsieur Untel, le directeur de cette entreprise, a embauché plus de dix mille salariés.
  • mis en relation de façon médiate par une préposition : La ville de Bruxelles, le mois de janvier.

La notion d’apposition rencontre les concepts de connexion, de prédication, de juxtaposition, de détachement, de coréférence, ce qui explique, sans doute, sa complexité. L’article tient compte, en outre, du langage parlé.

Le « bilan » de l’article tente de fournir une définition globale de la notion d’apposition. Elle apparaît ainsi comme une construction qui associe un terme « support » et un terme « descripteur ». On notera que les exemples en « de », traités dans le corps de l’article, ne se retrouvent pas dans la liste des sept exemples typiques d’apposition donnés en début d’article, ce qui peut laisser penser qu’il est légitime de mettre de côté ces occurrences-là.

Je ne peux donc que vous recommander cet article, que vous trouverez sur le site « Encyclogram ». Cela a aussi été pour moi l’occasion de découvrir cette très intéressante encyclopédie en ligne de la grammaire, totalement gratuite, qui ne s’adresse pas à l’usager moyen de la langue française, mais plutôt aux spécialistes qui y trouveront un socle solide à partir duquel bâtir leurs recherches.

À lire aussi dans la catégorie « Linguistique »
Balayons les mythes grammaticaux
Le complément du nom
Les adjectifs
Parler de ce qui n’existe pas
De l’infinitif
L’attribut de l’objet
Types et formes de phrases : des changements dans la terminologie
La fin du passé simple ?
Tout, tout, tout sur… les gros mots !
Le morphème « bien »
Le mot « de »
Les locutions
Le « locatif »

3 commentaires sur « Du nouveau sur l’apposition »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s