L’homme au visage de chanvre et de cuir

Soudain s’élèvent les effluves érubescentes des oboles,
mêlées aux vapeurs purpurines des profondeurs,
et l’homme au visage de chanvre et de cuir
frappe le sol
en invoquant les forces de la nuit.

Sur son visage de chanvre et de cuir,
les douze serpents s’agitent,
car l’heure est venue.
Sur son visage de chanvre et de cuir,
s’alignent les symboles des quatre saisons,
et ceux des neuf planètes les encadrent.
Et il brandit sa torche enflammée,
en entamant sa danse saccadée,
et son visage de chanvre et de cuir se convulsionne.
Et il brandit sa torche enflammée,
en remuant de plus en plus vite.
Le sol tremble quand ses pas frappent le sol,
et ses pieds semblent de métal plus que de paille.
Et il entame sa danse saccadée,
martelant la terre sous ses pieds,
comme pour éveiller les Titans endormis,
en faisant trembler le sol sous ses pas,
comme pour faire écrouler les murailles du monde.
L’heure est venue pour lui,
de faire appel aux forces de la nuit,
et il ne connaît ni raison ni limite,
cet homme de chanvre et de cuir,
et sur son visage se dessine
un plissement de lèvres,
car cette nuit l’heure est venue,
et les forces de la nuit ont répondu.
Déjà les cieux s’obscurcissent
mais la lueur reste vive sur ce visage
de chanvre et de cuir, car l’heure est venue
de répondre aux forces de la nuit.
Et ses cris portent encore plus loin,
jusqu’à atteindre la patrie des Centaures,
brusquement éveillés dans leur sommeil.
Mais l’homme de chanvre et de cuir ne s’arrête pas
car l’heure est venue où il pourra se joindre
aux forces de la nuit. Et il frappe le sol
de toute la force de ses jambes,
et il lève les bras, en criant,
car l’heure est venue pour lui
de se joindre aux forces de la nuit.
Et sur son visage se dessine
un plissement de lèvres,
car cette nuit ses étranges incantations
ont obtenu réponse.
Et investi de la puissance des forces de la nuit,
animé par leur folie, il reprend de plus belle,
jusqu’à ce que le chanvre se change en cheveu,
jusqu’à ce que le cuir devienne chair,
et que de la rosée déposée par le soir, il fasse du sang,
et que son cœur se mette à battre au rythme de ses pas sur le sol.
Les forces de la nuit ont répondu à l’homme de chanvre et de cuir,
et sur son visage se dessine un plissement de lèvres,
car les vapeurs purpurines des profondeurs
lui ont accordé la liberté de quitter son champ de maïs,
et, tout enivré des effluves érubescentes des oboles,
il regarde le soleil se lever au matin.

Gabriel Grossi, 2011.
Image d’en-tête par xuuxuu de Pixabay

Un commentaire sur « L’homme au visage de chanvre et de cuir »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s