Archives mensuelles : avril 2020


— Et le Poète dit qu’aux rayons des étoiles
Tu viens chercher, la nuit, les fleurs que tu cueillis ;
Et qu’il a vu sur l’eau, couchée en ses longs voiles,
La blanche Ophélia flotter, comme un grand lys.

Arthur Rimbaud, « Ophélie », Poésies complètes,
via Wikisource.

Détruisons les mythes grammaticaux

Si vous vous êtes déjà intéressés à la pédagogie, vous avez sans doute dû tomber sur la notion de « conception erronée ». Il s’agit d’une idée fausse que l’on se fait sur quelque chose, non sans raison, souvent par généralisation abusive à partir de cas particuliers. Les phrases que l’on donne comme exemples aux élèves sont généralement choisies pour illustrer parfaitement les règles que l’on enseigne, masquant le fait que bien des occurrences révèlent que la réalité est plus complexe. Or, s’intéresser à la grammaire en tant qu’adulte, c’est précisément se confronter à la réalité de la langue telle qu’elle se parle et s’écrit, au-delà des exemples proprets des manuels. Je me propose ici d’explorer quelques-unes de ces croyances limitantes qui nous empêchent de correctement analyser les phrases.

Lire la suite

Connaissez-vous Ronceraille ?

Je vais vous raconter aujourd’hui l’histoire d’un canular vraiment bien ficelé. Il n’est pas rare d’entendre, en particulier le premier jour d’avril, les histoires les plus invraisemblables. On devine, bien entendu, la jubilation de ceux qui prennent ainsi leur lecteur au piège. Pour que l’exercice soit réussi, il faut arriver à faire passer pour plausibles les choses les plus abracadabrantes. C’est ainsi que la prestigieuse collection « Écrivains de toujours » chez Seghers, qui a édité de très sérieuses monographies sur de nombreux auteurs, a consacré son centième numéro à un écrivain qui n’a jamais existé. Comment a-t-elle réussi à faire croire à son existence ?

Lire la suite