« Charlotte » de David Foenkinos

C’est un livre que je n’aurais peut-être pas découvert par moi-même, tant il est vrai que j’évite en principe les histoires tristes, dont on sait dès la première ligne qu’elles finiront mal. J’ai entendu parler de ce livre dans le cadre d’un projet pédagogique qui sera prochainement mis en oeuvre dans mon école. Et, donc, j’ai voulu lire le roman. Je l’ai trouvé passionnant. Mais rude à lire par son tragique.

Une destinée féminine

438px-Charlotte_S
Autoportrait de Charlotte Salomon (Wikipedia)

David Foenkinos raconte une histoire vraie. Celle de Charlotte Salomon, une jeune allemande, marquée dès sa naissance par des auspices funestes (dans sa famille, se suicider est une macabre habitude), mais qui aspire au bonheur. Enfant docile, puis peintre au talent exceptionnel, peut-être pourrait-elle mettre fin à cette suite de suicides. Peut-être pourrait-elle être l’une des seules personnes de sa famille capable d’être heureuse. Mais c’était compter sans l’Histoire. Car Charlotte Salomon est née juive.

Elle n’est ni croyante, ni pratiquante. Dans les faits, rien ne la différencie vraiment de ses camarades de classe à l’Ecole des Beaux-arts. Pourtant, un abîme les sépare. Peu à peu, alors qu’eux peuvent continuer de vivre normalement, Charlotte voit l’étau du nazisme se resserrer autour d’elle et de sa famille. Et l’on sait bien, dès le début du roman, que l’issue ne peut qu’être fatale. L’exil à Villefranche-sur-Mer et à Saint-Jean-Cap-Ferrat n’offre qu’un répit temporaire avant que la jeune fille ne soit rattrapée par la fureur nazie.

Un roman

Bien qu’inspiré de faits réels, Charlotte est bien un roman, et non une biographie. La différence ? David Foenkinos se représente à plusieurs reprises, menant son enquête sur Charlotte Salomon, se rendant aux endroits où elle a vécu, essayant de comprendre ce qu’elle a pu ressentir. On comprend bien vite que l’intérêt de l’auteur pour Charlotte Salomon n’est pas seulement intellectuel. David Foenkinos ne fait pas seulement oeuvre de mémoire, même si son livre tient aussi de cela. L’auteur est véritablement passionné par l’énigme Charlotte Salomon. Et c’est cela, aussi, qu’il veut nous dire. Cette fascination que Charlotte fait ressentir à tous ceux qui la côtoient, puis à tous ceux qui s’intéressent à elle.

Il y a donc des sauts dans le temps, des marques de première personne qui apparaissent là où on ne les attendait pas forcément, comme pour montrer l’impossibilité d’être objectif en racontant une histoire aussi bouleversante. Ce choix est intéressant, il montre que Charlotte est bien un roman, mais il peut aussi, parfois, agacer, donnant l’impression que l’auteur s’affiche quand il devrait mettre son talent au seul service de l’histoire racontée.

Le choix d’un souffle court

Autre marque de littérarité : le choix d’aller à la ligne après chaque phrase. Au début, j’ai cru à un roman en vers libres. Mais non. Ce choix n’a rien de poétique. Il montre qu’on ne peut pas avoir un souffle ample quand on raconte une histoire aussi tristement funeste.

Ce choix, c’est la traduction du fait que l’horreur nazie nous laisse sans voix. Elle relève de l’inexplicable, de l’injustifiable, de l’incompréhensible. Une histoire comme celle-là ne se peut raconter normalement. L’extermination des Juifs par les Nazis, ce n’est plus seulement un crime de guerre, c’est un crime contre l’humanité.

Le malaise est donc palpable à chaque phrase que l’on dirait comme arrachée au silence. Aussi a-t-on parfois l’impression de manquer d’air. Cela est parfaitement voulu, et cohérent avec le tragique de l’histoire. Mais, à la longue, cela finit par donner une impression de manque de relief.

Ce petit bémol mis à part, Charlotte reste un roman bouleversant par la force de l’histoire racontée. Il nous rappelle ce que nous ne devons jamais oublier : l’horreur du génocide. Il nous fait connaître une peintre au talent exceptionnel, qui a su créer malgré l’horreur qui l’entourait.

2 commentaires sur « « Charlotte » de David Foenkinos »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s