Prof des écoles : par où commencer ?

En cette période de vacances d’été, je vois fleurir sur les réseaux sociaux un grand nombre de questions plus ou moins inquiètes, concernant la préparation de la classe. Elles émanent en partie de profs qui s’apprêtent à préparer leur première rentrée, et pour partie aussi de profs qui souhaitent renouveler leurs pratiques. Afin de ne pas répondre plusieurs fois la même chose, j’ai décidé de lister les points les plus récurrents, en espérant que cela rendra service aux collègues. J’espère aussi que les non-profs y trouveront un moyen de mieux comprendre mon métier.

1. Je ne peux pas joindre mon école !

C’est une demande qui revient très fréquemment sur les réseaux sociaux. Nombreux sont les profs qui ont été nommés fin juin, voire début juillet, dans une nouvelle école, sans moyen de contacter l’équipe enseignante. Ils essaient alors de savoir si, parmi les nombreux membres des groupes d’entraide sur Facebook, il n’y aurait pas des collègues.

Relax ! Il n’y a rien d’autre à faire que prendre son mal en patience. Oui, c’est inconfortable de se pointer à la rentrée dans une école sans avoir pu la visiter, rencontrer l’équipe enseignante, connaître les manuels utilisés. Cela m’est arrivé pour l’année 2016-2017, où j’ai été nommé fin août pour une rentrée début septembre. Il faut alors profiter pleinement des vacances pour se ressourcer, en sachant que la rentrée sera intense.

Sachez toutefois que votre messagerie académique peut vous permettre de retrouver sans trop de difficultés l’adresse électronique de votre école. Dans le champ du destinataire, tapez le nom de votre école, et l’adresse électronique correspondante devrait vous être proposée. Attention toutefois aux éventuels homonymes. Sachez aussi que, d’une académie à l’autre, les systèmes de messagerie peuvent différer.

2. Comment organiser une programmation annuelle ? Une progression des séances ?

C’est la deuxième question qui revient le plus souvent. Vous êtes nombreux à vous interroger sur ces nombreux documents administratifs, qui servent à la fois aux enseignants à savoir où ils vont, et aux formateurs et inspecteurs à vérifier qu’ils planifient correctement leurs enseignements.

Vous trouverez ci-dessous des captures d’écran d’extraits de mes propres documents. Il ne s’agit pas de modèles parfaits, mais de documents réels, qui m’ont effectivement servi à organiser ma classe. Je vous propose aussi des trames vierges, au format PDF, que vous pouvez soit imprimer et remplir à la main, soit renseigner directement dans Acrobat Reader.

Les progressions annuelles, généralement affichées sur un mur dans la classe, détaillent la façon dont vous répartissez les différents éléments du programme sur l’année. Il s’agit de ventiler les différentes connaissances et compétences dans les cinq périodes de l’année. Il faut donc aller du plus simple au plus complexe. Il est logique de reprendre la progression utilisée par les manuels des élèves, si vous en utilisez.

Voici quelques exemples :

Une programmation annuelle en histoire
Une progression en orthographe,
construite avec l’outil « Ecole One Click »

À LIRE AUSSI : Mes progressions en ligne (nombreuses disciplines et niveaux)

3. Comment construire une fiche de préparation ?

Les fiches de préparation développent le contenu d’une séance. Elles détaillent les compétences, les objectifs, le matériel utilisé, et surtout l’organisation de chaque phase de la séance. Les élèves travailleront-ils individuellement, collectivement, par groupes ?

Voici deux exemples :

Extrait d’une fiche de préparation en poésie en CE1/CE2 (image personnelle) (2015, programmes 2008)
Extrait d’une fiche de préparation en littérature, construite avec Ecole OneClick, pour des élèves de CE1/CM1.

Cette trame vierge peut être complétée à la main, ou bien avec l’outil « Remplir et signer » d’Acrobat Reader.

4. Comment rédiger le cahier journal ?

Enfin, le cahier journal comporte les informations nécessaires au déroulement d’une journée. Il peut être plus ou moins succinct ou développé selon vos besoins et selon la présence ou non de fiches de préparation qui le complètent. J’ai longtemps préféré rédiger un cahier journal très détaillé, intégrant ce qui se trouverait en principe plutôt dans une fiche de préparation, plutôt que de m’encombrer de documents différents. J’ai ainsi tout dans un seul document.

L’inconvénient est, cependant, que cela devient vite très volumineux. J’ai pris l’habitude d’utiliser Edumoov, un éditeur en ligne (payant) objectivement très bien fait, mais on arrive vite à ce qu’une seule journée occupe plusieurs pages. Je trouve que cela devient volumineux, et j’aimerais bien avoir la possibilité d’embrasser toute une journée sur une seule page, tout en conservant une quantité de détails suffisante.

Voici un extrait de cahier journal en maternelle, dans une classe de MS/GS, où j’ai détaillé les compétences travaillées par l’accueil du matin :

Voici à présent un morceau de la même page correspondant aux ateliers prévus ce jour-là, en lien avec l’album Frédéric de Léo Lionni :

Voici un autre exemple, cette fois-ci en CP, où je détaille une séance d’apprentissage de la lecture. J’y reproduis un morceau de la progression de sons en coloriant le son du jour, de façon à m’y retrouver, s’agissant d’une discipline partagée avec une collègue que je complétais un tiers du temps. Le contenu qui suit est copié-collé à chaque séance :

Pour les autres disciplines, ma présentation était plus traditionnelle. J’avais un code de couleurs pour chaque domaine d’enseignement :

5. Comment construire un emploi du temps ?

Il importe avant tout de répartir les différentes disciplines en fonction du volume horaire correspondant. Si vous n’avez pas pu joindre votre nouvelle école pendant l’été, je vous conseille d’attendre la rentrée pour le bâtir, car vous aurez besoin de connaître les horaires de l’établissement ainsi les créneaux accordés à votre classe pour utiliser certains bâtiments tels que les installations sportives. La présence ou non d’intervenants à des horaires précis, le partage de la classe entre plusieurs enseignants (temps partiels, décharges de direction, etc.) influe également sur l’emploi du temps.

En cas de double niveau, vous pouvez prévoir que les élèves travaillent sur des choses complètement différentes, ou au contraire partir d’une situation commune pour ensuite bifurquer sur des activités différentes inscrites dans une même discipline. Les deux solutions se valent, tout dépend des disciplines et du double niveau concernés (même cycle ou non, etc.).

6. Aïe ! Je m’emmêle dans la terminologie grammaticale !

C’est aussi une question qui revient très souvent. Je consacrerai prochainement un article spécifique à cette question, en fournissant un exemple de progression du CE1 au CM2 en étude de la langue. De façon générale, il convient de se rassurer dans la mesure où le changement de nombreux intitulés ne modifie en réalité guère le contenu effectif à enseigner, sauf en grammaire où les notions de « compléments du verbe » et de « compléments de phrase » sont remplacées par les traditionnels « COD, COI, CC ».

Ayant enseigné cette année 2017-2018 avec les programmes 2016, et retrouvant en septembre une partie des mêmes élèves, voici comment je compte faire la transition entre les deux manières de nommer les mêmes réalités :

7. Au secours, je n’y connais rien à la maternelle !

J’ai rédigé un article spécifique sur le monde de la maternelle. J’y présente une journée-type en maternelle, avec quelques conseils pour chaque moment de la journée. Les habitués de la maternelle n’apprendront sans doute pas grand-chose, les autres trouveront — du moins l’espéré-je — quelques appuis.

Enseigner en maternelle
Petite Crevette : un album inventé pendant le confinement

8. Autres questions récurrentes

D’autres questions fréquemment posées sur les réseaux sociaux ont déjà fait l’objet d’un article de ce blog. Je me permets donc d’y renvoyer :

Plus globalement, vous pouvez faire un tour sur le sommaire du bloc, en le faisant défiler jusqu’à la section « Enseignement ».

Conformément à l’esprit de ce blog centré sur la littérature et la langue françaises en tant que domaine de recherche universitaire, en tant que discipline d’enseignement et en tant que sources de plaisir, vous ne trouverez guère ici d’informations quant aux autres matières. N’hésitez pas, cependant, à me poser vos questions en commentaire, j’y répondrai du mieux possible.

7 commentaires sur « Prof des écoles : par où commencer ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s