Un livre sur l’entretien en poésie

Le centre transditransdisciplinaire d’épistémologie de la littérature de l’université de Nice vient de faire paraître un ouvrage collectif intitulé La poésie comme entretien. Ce recueil, dirigé par Béatrice Bonhomme, Anna Cerbo et Josiane Rieu, constitue les actes de journées d’études menées par les Universités de Nice et de Naples. Je vous en avais déjà parlé dans un précédent article où je résumais les interventions de la journée d’étude à laquelle j’avais participé.

La large couverture historique du recueil, de l’Antiquité tardive à l’extrême contemporain, permet de montrer la fécondité de cette notion d’entretien par-delà les périodes historiques. De même, le rassemblement d’auteurs de nationalités différentes met en évidence le fait que la notion d’entretien participe de la définition même de la poésie, et non uniquement d’une tendance ou d’une période particulières.

La préface de l’ouvrage fait remonter à Pétrarque l’expression « la poesia come colloquio », tout en insistant sur la dimension relationnelle portée par le mot français d’entretien. Ce dernier y est envisagé dans toute son épaisseur polysémique. Le sens d’interview n’est ainsi pas négligé, même s’il s’agit avant tout, dans la plupart des communications, de présenter la poésie comme un art ouvert sur le monde, sur l’autre, quel que soit cet « autre »: lecteur réel, destinataire fantasmé, poètes prédécesseurs, personnages, mais aussi l’autre en soi-même, et jusqu’à Dieu même.

L’ouvrage définit en somme la poésie comme un art de la relation, du lien, du dialogue, fût-ce avec un interlocuteur imaginaire ou absent. L’ouvrage permet ainsi de tordre le cou à l’idée, datée, selon laquelle la poésie serait essentiellement un art de la composition, de l’agencement des sons et des sonorités, un art consistant uniquement à manier joliment la langue, sans préoccupation aucune pour la réalité du monde qui nous entoure. Les poèmes ne sont pas des mots lancés en l’air mais bien des discours adressés à un lecteur, ou du moins à un narrataire.

Présentées dans l’ordre chronologique des poètes étudiés, les communications successives abordent des auteurs tels qu’Ausone, Ovide, Venance Fortunat, Tommaso Campanella, Giambattista Marino,  Lucrezia Marinella, Giovanni Pascoli, Léon-Paul Fargue, Dino Campana, Sergio Solmi, Marguerite Duras, Anna Maria Ortese, Pierre Gabriel, Marie-Claire Bancquart, André du Bouchet, Jean-Michel Reynard, Paul Celan, Benjamin Fondane, Norman Manea, Federico Garcia Lorca, Mahmoud Darwich, René Char, Hubert-Félix Thiéfaine, Claude Ber et Béatrice Bonhomme. Il était, on le voit, particulièrement fécond d’associer les Universités de Nice et de Naples, puisque cela a permis d’élargir la couverture des poètes étudiés.

La communication inaugurale, par Giampiero Scafoglio, montre d’emblée que la notion d’entretien peut s’entendre selon différentes modalités : entretien avec le lecteur réel ou théorique, mais aussi entretien avec les grands poètes du passé, les aînés qui permettent à Ausone de définir sa propre poétique. Giampiero Scafoglio distingue ainsi entre entretien horizontal et entretien vertical.

Il serait loisible d’étendre cette image, en considérant l’entretien avec Dieu comme la forme la plus verticale possible d’entretien, celle avec la transcendance. Plusieurs communications abordent cet aspect essentiel : ainsi Evrard Delbey s’intéresse-t-il au passage de l’élégie érotique latine à l’élégie chrétienne, Josiane Rieu à la poésie religieuse du XVIIe siècle, et Anna Maria Pedullà à la figure de Marie-Madeleine dans la poésie et la peinture au XVIIe siècle.

La poète Marie-Claire Bancquart (Wikimedia Commons)

Même des poètes qui ne se réclament pas d’une religion donnée font malgré tout un usage de l’entretien qui ouvre sur quelque chose de plus grand que l’individu. Ma propre communication, centrée sur un poème de Marie-Claire Bancquart, évoque ainsi combien la rencontre avec un insecte devient un véritable échange, un face-à-face dans le même « pli d’univers ». L’instant paraît alors exceptionnel, comme chargé d’une dimension d’infini.

Portrait de Thiéfaine, par Yeti-vert — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19603205

Françoise Salvan-Ranucci montre de son côté combien les chansons d’Hubert-Félix Thiéfaine, malgré l’influence du « Dieu est mort » nietzschéen, intègrent une certaine « nostalgie de Dieu ». En particulier, le poète a recours au modèle de la prière, que l’on pourra considérer comme l’une des formes de l’entretien poétique.

Entretien vertical, donc, avec les aînés, avec les modèles du passé, avec Dieu, et entretien horizontal, avec les lecteurs, les contemporains, les confrères poètes (la correspondance étant également une modalité de l’entretien comme le montre l’article centré sur celle d’André du Bouchet avec Jean-Michel Raynard), avec le public (l’interview étant aussi un sens possible du mot entretien).

Loin d’être refermée sur elle-même, la poésie est ainsi ouverte sur l’autre, sur le monde, sur la vie.


Références de l’ouvrage : Béatrice Bonhomme, Anna Cerbo et Josiane Rieu (dirs.), La poésie comme entretien / La poesia come colloquio, Paris, L’Harmattan, coll. « Thyrse » n°12, 2018. ISBN : 978-2-343-14674-4. EAN : 9782343146744.

Voir aussi l’article que j’avais posté ici même sur ce blog à la suite de la journée d’étude à laquelle j’avais participé : https://litteratureportesouvertes.wordpress.com/2017/11/15/la-poesie-comme-entretien-compte-rendu/


Image d’en-tête : la ville de Nice vue depuis les locaux du CTEL, photographie personnelle.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Un livre sur l’entretien en poésie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s