Article 500

Cinq cents articles, déjà… En un peu plus de deux ans et demi. Ce n’est pas trop mal. Ce n’est jamais que deux ou trois billets par semaine, rarement plus, mais quand même. On peut s’autoriser un peu de satisfaction. Et dresser le bilan du travail accompli.

Cinq cents articles pour parler de littérature contemporaine, de poésie, plus rarement de théâtre ou de roman, mais aussi de grammaire, d’étymologie, voire de culture niçoise, sans oublier quelques textes personnels…

On pourrait croire que de tels sujets n’intéressent personne, hormis quelques passionnés. J’ai été très agréablement surpris. A ce jour, près de quatre-vingts milliers de personnes différentes ont visité ce blog. Ce n’est pas rien, même si c’est probablement dérisoire par rapport à d’autres sujets plus populaires.

Autre surprise, ces visiteurs proviennent des cinq continents. Internet a beaucoup de défauts, mais il permet au moins de s’adresser à des lecteurs de tous horizons. Il est fascinant de penser que les billets de mon blog se sont affichés dans presque tous les pays du monde, alors même que je m’exprime en français, et à propos de poésie !

À tous ces lecteurs, ponctuels ou réguliers, je voudrais dire merci. Ils me font croire que cette activité du dimanche n’est pas seulement un plaisir solitaire, que cette modeste entreprise n’est pas vaine et que d’autres que moi s’y intéressent. Merci aussi à tous ceux qui, par courrier électronique ou via les réseaux sociaux, ont accepté de suivre régulièrement mes publications. Sans oublier également tous ceux qui laissent un petit commentaire, quelques mots qui font plaisir à recevoir.

Tout a commencé un beau jour de février 2015. L’idée me taraudait depuis longtemps, de partager ainsi mon intérêt pour la littérature tout en aidant à mieux faire connaître ce domaine méconnu qu’est la recherche universitaire en lettres. Les formations en informatique dispensées à la fac m’ont convaincu que la mise en place d’un blog n’avait rien de particulièrement difficile. Alors, je me suis lancé !

Cinq cents articles… Ils dessinent, je crois, une image relativement précise de mes affinités littéraires. On y trouvera beaucoup de poésie contemporaine : c’est un domaine de recherche que j’ai choisi précisément parce qu’on ne m’en avait auparavant presque jamais parlé. Passionné de poésie, j’étais curieux de découvrir ce qui s’écrivait de nos jours. Après les Apollinaire, les Char, les Ponge, les Michaux et les Saint-John Perse. La poésie de maintenant.

Un poète, parmi tant d’autres, a retenu mon attention, et c’était Jean-Michel Maulpoix. Comme, sans doute, un bon nombre de ses lecteurs, j’ai d’abord découvert Une histoire de bleu, sublime recueil où les incertitudes de la condition humaine sont placées face à l’infini du large, du ciel et de la mer. Ce qui m’a séduit d’emblée est ce qui a fini par constituer, peu ou prou, le sujet de ma thèse sur cet auteur : Jean-Michel Maulpoix ne peint pas notre époque plus noire qu’elle n’est, et, en dépit d’une certaine inquiétude, qui parcourt toute son œuvre, et qui est autant la sienne propre que celle de toute une époque, il y a chez lui une tendance obstinée à l’optimisme malgré tout, un mouvement continu qui se déploie au rythme de phrases amples et souples, pour nous donner des raisons de vivre, de croire, d’écrire et d’espérer encore…

Les articles de ce blog permettent de retrouver la liste des poètes contemporains que j’ai le plus lus : Jean-Michel Maulpoix donc, mais aussi Philippe Jaccottet, Marie-Claire Bancquart, Béatrice Bonhomme, James Sacré, François Jacqmin, Jean-Yves Masson, et d’autres, que vous découvrirez en parcourant les articles du blog.

De la poésie, donc. Oui : j’aime la poésie depuis l’enfance et les concours de poésie tentés au collège. Je garde un souvenir précis de la découverte de Baudelaire, de Rimbaud, de Char et de Perse au lycée. Un autre Baudelaire m’apparut en classes préparatoires, puisque c’étaient les Petits poèmes en prose qui étaient au programme. J’aime aussi beaucoup lire du théâtre : Racine plutôt que Corneille, Musset plutôt que Hugo, et puis Beckett, Koltès, Sarraute, Mnouchkine…

Enfin, je ne boude pas le roman, mais quitte à me divertir en lisant une histoire, je préfère souvent les romans populaires d’aventures et de science-fiction, plutôt que les grands classiques. Parmi ces derniers, j’ai été marqué surtout par Homère, Chrétien de Troyes, Fénelon, le Balzac des Chouans plutôt que celui du Père Goriot, le Flaubert de l’Éducation sentimentale plutôt que celui de Madame Bovary, le Stendhal de La Chartreuse de Parme plutôt que celui de Le Rouge et le Noir, Zola qui est bien plus poète que ce que le terme de « naturalisme » laisse augurer, et puis, au XXe siècle, Proust, pour son style, Céline, malgré tout, et enfin, et surtout, Julien Gracq, dont les romans sont de toute manière des poèmes.

Parmi les cinq cents articles de ce blog, un certain nombre traite aussi de certaines particularités, difficultés ou curiosités de la langue française. Malgré l’apparente aridité du propos, ces billets-là ont également rencontré un certain succès. Tout récemment encore, je recevais sur Facebook plus d’une centaine de commentaires à propos d’un article interrogeant les lecteurs sur leur prononciation des sons « in » et « un ». L’accord du participe passé, le prédicat, l’apposition, les tiroirs verbaux, les subordonnées ou encore l’écriture inclusive, autant de questions techniques et parfois délicates qui ont su vous intéresser.

Vous retrouverez la liste de ces cinq cents articles dans le « sommaire général » du blog. J’espère que vous trouverez autant de plaisir à vous y promener que moi à les rédiger. Je vous souhaite une bonne lecture. Et encore merci !

12 commentaires sur « Article 500 »

  1. Tout cela est formidable ! La poésie se fait de plus en plus vivante grâce à Internet et aux réseaux. Je ne souhaite cependant pas recevoir 200 mails même passionnant dans l’année car nous sommes submergés d’informations mais je reste abonnée. France Burghelle Rey

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour ! Merci beaucoup pour votre message ! Si vous ne souhaitez pas recevoir de mails trop souvent, il y a un réglage qui permet de ne recevoir les notifications qu’une seule fois par semaine. Cela vous conviendra peut-être davantage. Encore merci à vous !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s