Archives mensuelles : juillet 2017

Un poète contemporain : Benoît Conort

Auteur de cinq recueils dont plusieurs ont été couronnés par des prix, Benoît Conort est l’une des voix majeures de la poésie française contemporaine. Son ami Jean-Michel Maulpoix le classe parmi les nouveaux lyriques, aux côtés de Jean-Pierre Lemaire, Guy Goffette, James Sacré ou encore Yves Leclair. Sa poésie est fortement marquée par les thèmes du deuil et de la mort.

Lire la suite

Comment faire que les élèves comprennent ce qu’ils lisent ?

C’est l’une des préoccupations majeures de tout enseignant en littérature : faire en sorte que les élèves comprennent les textes et les œuvres qu’il se propose de leur faire découvrir. Évidemment, il existe des rayonnages entiers d’ouvrages sur le sujet, mais pas, en revanche, de solution miracle. On peut malgré tout fournir quelques repères…

Lire la suite

La « madone » de Baudelaire

Dans les Fleurs du Mal, Baudelaire développe une poésie éprise d’idéal mais traversée par l’expérience du spleen, mélancolie des temps modernes. Dans ce contexte, la femme a un statut ambigu : si elle est un moyen d’accéder à l’idéal, dans des poèmes comme À une passante ou La Chevelure, elle se présente parfois aussi comme un être inquiétant : ainsi les « femmes damnées » sont-elles des « démons », des « monstres », des « martyres ». Dans « A une Madone », cinquante-septième poème des Fleurs du Mal, la femme est aussi une « Madone », qui possède un « rôle de Marie » : la femme à laquelle s’adresse le poète est tout autant une figure d’amante qu’une figure sacrée. Si le poème se voue à la glorification de l’être aimé, la fin du poème, séparée par un saut de vers, se révèle surprenante…

Lire la suite

La littérature en sursis

Je viens d’apprendre par l’intermédiaire des réseaux sociaux que les éditions de la Différence venaient d’être placées en liquidation judiciaire. L’information est confirmée par le journal L’Humanité ainsi que par la revue en ligne Actualitté. J’apprends également que la revue Europe, privée de subventions, est également en péril. De nos jours, comme depuis longtemps, concilier exigence littéraire et rentabilité reste une équation difficile à résoudre. En guise de soutien, je tiens donc à présenter leur travail.

Lire la suite