« Mon pays est un chemin ; je le vis en marchant : au fond, un paysage qui se prépare à m’absorber. Mon pays, c’est la volupté de se dissoudre, à la façon du souffle se laissant réaspirer par l’atmosphère. »

Gil Jouanard, C’est la vie, Verdier, 1997, p. 11.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s