Pourquoi la poésie ne se vend-elle pas ?

N’espérez pas faire fortune en publiant de la poésie ! Les poètes d’aujourd’hui ne vivent pas de leur plume. S’ils en retirent parfois quelque argent, c’est de façon tout à fait dérisoire en regard des fortunes qu’amassent les auteurs de best sellers. Comment expliquer cela ?

 1. D’abord, la littérature ne se vend pas si bien que ça

En dehors des quelques célébrités que l’on retrouve dans toutes les devantures, assez peu d’auteurs connaissent un grand succès. Certes, le roman se vend mieux que la poésie, le théâtre ou la philosophie, mais, malgré tout, on peut dire que la littérature en général ne se vend pas si bien que ça. Un très grand nombre d’auteurs, au travail pourtant fort honnête, ne connaîtront ni succès, ni postérité.

2. Ensuite, la poésie ne s’est jamais bien vendue

Il faut se garder d’idéaliser le passé, et croire qu’il fut un âge d’or où tout le monde lisait de la poésie. Si la chanson est un genre populaire, en revanche la poésie savante n’est jamais guère sortie des cours princières, des cercles littéraires, des salons cultivés et autres lieux privilégiés. Des poètes aussi connus aujourd’hui que Baudelaire, Rimbaud, Verlaine ou Mallarmé n’étaient lus de leur vivant que par une poignée d’admirateurs convaincus.

3. Enfin, la poésie ne cherche pas à se vendre

Dans Nana de Zola, l’auteur présente le battage médiatique que l’on faisait déjà à l’époque pour une pièce de théâtre inspirée d’un roman. Le romancier naturaliste s’est appuyé sur la publicité et sur les adaptations théâtrales. Bref, dès le XIXe siècle, les éditeurs et les écrivains adoptent des stratégies pour se faire connaître et pour conquérir un public.

Dans l’ensemble, on peut dire que la poésie, au contraire, n’a pas cherché à se vendre. Elle a refusé d’entrer dans une logique commerciale. De fait, les grands médias parlent peu de poésie. De grandes manifestations comme le Printemps des Poètes permettent cependant de rappeler au monde que la poésie existe, qu’elle est bien vivante, notamment en France, mais pas seulement, et que des centaines de recueils paraissent chaque année.

4. La poésie est-elle trop élitiste ?

On peut se demander si la faible popularité de la poésie ne provient pas du caractère trop élitiste de ce genre littéraire. Il y a, bien sûr, des écrivains plus difficiles que d’autres, par leurs choix esthétiques, formels, syntaxiques. D’autres, au contraire, sont plus lisibles. C’est finalement un équilibre difficile à atteindre pour un poète, que celui de proposer une poésie qui soit à la fois digne d’intérêt, et en même temps relativement accessible. De nombreux poètes y parviennent, comme par exemple Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, Jean-Michel Maulpoix, Béatrice Bonhomme, Antoine Emaz, ou Marie-Claire Bancquart. Il y a donc matière à lecture pour le néophyte qui souhaiterait découvrir la poésie contemporaine.

De façon générale, l’on ne saurait accuser la poésie d’élitisme sans prendre en compte le fait qu’il en est de même de pratiquement toutes les formes d’art, en dehors des arts précisément populaires. L’habitude de se rendre fréquemment dans un musée, par exemple, est plus facile à prendre dans certains milieux que dans d’autres.

Bref, si la poésie se vend mal, c’est pour un peu toutes ces raisons. Qu’en pensez-vous, vous ? N’hésitez pas à réagir dans les commentaires…


Image d’en-tête : Allégorie de la poésie (Andreas Praefke, Wikimedia Commons, CC)

16 commentaires sur « Pourquoi la poésie ne se vend-elle pas ? »

  1. La poésie c est un fond de pensée. Une personne en action ne pense pas a la même vitesse . pour attitré son attenssion il faut être bref et concret avec du swag … Faut que tous le monde comprenne l! L ,essentiel du message

    J'aime

  2. Je crois que cette image de texte opaque qui nécessite forcément d’avoir été familiarisé à certains procédés, à la versification un minimum, d’avoir un « bagage » pour obtenir de l’émotion (certes, c’est le cas avec certains poètes), vient de l’école en grande partie, de la façon dont on fait étudier la poésie. A l’école, la forme fait la poésie. Souvent, les gens sont réfractaires sans même lire quand vous leur montrez un poème, comme si ça allait forcément leur demander des capacités intellectuelles hors du commun, d’ailleurs moins ça « ressemble » à des vers, moins ils sont réfractaires ! ça vient d’où ? Je me trompe peut-être mais il me semble que ça vient de l’école.

    Aimé par 1 personne

  3. Il ‘y a -parait-il – beaucoup de personnes qui « tentent » la poésie et peu de lecteurs dit on Cela semble étrange !…..? Il est vrai que l ‘école n ‘amène plus à la découverte de la Poésie :mes enfants et surtout mes petits enfants n ont découvert que très peu de poètes en classe
    Cependant la poésie naît du sensible de l ‘affectif et de la contemplation Or nous n ‘avons
    presque plus que des « représentations  » :photos films musiques assourdissantes rythmes saccadés etc rythmes et lieux de vie de plus en plus artificiels Lire un poème c ‘est un peu comme se mettre en prière : il faut du temps du calme de la relecture de l ‘écoute Le XXème siècle en France fut encore grâce à LA fINE FLEUR de la Chanson Française un lieu de poésie accessible à tous Maintenant le texte des chansons est souvent très pauvre noyé dans un accompagnement assourdissant En retour la Poésie contemporaine est devenue plus intellectuelle moins musicale Les textes littéraires sont également moins poétiques :on trouve rarement des pages  » ruisselantes de poésie  » comme dans Proust Giono Céline André Dutheil et d’autres il y a encore le grand Ph. Jaccottet !
    Quand à Chateaubriand Qui lit maintenant chez les moins de 50 ans Les Mémoires d’ Outre Tombe ? Quel maître d ‘école fera entendre à ses élèves toute la poésie et la musique de Jean de La fontaine ????? Quand à la poésie du XIXème :ne nous a t on pas fait comprendre -hormis Baudelaire( Génial) et Rimbaud qu ‘elle est « ringarde  » donc remisée aux oubliettes Il y a encore le monument HUGO mais…. peu visité

    Pourtant Poésie Poésie quand tu nous tiens !…

    J'aime

    1. Je pense que les gens n’achètent pas de poésie pour les raisons suivantes: ils sont dépourvus de sens esthétique, il n’aiment pas la Beauté et ne savent pas la savourer, ils sont insuffisamment émotifs et ne savent pas vivre l’insolite et l’extraordinaire. Ils s’enlisent dans les deux premiers étages de la pyramide de Maslow (la survie matérielle) et n’ont pas le pouvoir, par absence de spiritualisme, de vivre les joies intenses du 5ème étage de la pyramide de Maslow (l’accomplissement de soi, la création de sa vie). De ce fait, ils sont trop englués dans le terrestre et n’ont pas accès au céleste et au supraterrestre. Car la Poésie exprime l’amour, la tendresse, le romantisme, la romance et la Beauté. Ce sont les valeurs suprêmes sur Terre. Il n’ y a rien de plus essentiel. mais les gens – la masse – sont bêtes: ils n’ont pas le sens de l’essentiel. Et puis il y a dans la poésie quelque chose de divin, et peu de gens sont aptes à communier avec le divin via l’émotionnel et l’esthétique. Enfin et surtout, les gens vivent d’une vie ACTIVE, hors pour apprécier la poésie il faut être UN CONTEMPLATIF. Ce sont pour toutes ces raisons que la poésie ne se vend malheureusement pas. C’est triste et injuste.

      Aimé par 1 personne

      1. Je suis d’accord dans l’ensemble, mais je suis malgré tout beaucoup plus optimiste que vous sur le genre humain. Je crois que bien des gens ne demandent qu’à accéder à une vie plus vraie et plus belle, mais qu’ils sont freinés dans leur élan par une société qui n’y invite guère. Je crois que la poésie peut émouvoir ceux-là même qui n’ont jamais eu l’idée qu’elle pouvait aussi s’adresser à eux. Je crois profondément que les gens sont très sensibles à la poésie, et cela se vérifie quand on les place en contact avec elle. Mais bien souvent ils n’auraient pas même imaginé qu’une telle rencontre était possible.

        J'aime

  4. La poésie est un genre littéraire qui va complètement à l’encontre de l’époque actuelle. Il faut prendre le temps de l’apprivoiser, alors qu’aujourd’hui on consomme souvent des oeuvres simplistes, vite consommées, vite oubliées.
    On est peu habitués à des univers transgressifs, qui s’adressent au subconscient ou à la part d’intuition en nous. Si une oeuvre exige de plonger au fond de nous, elle risque fortement d’être moins bien perçue, car on perd l’habitude de rester seul avec nous-mêmes, nos écrans nous éloignent de l’introspection du moi.
    Ces deux facteurs, entre autres, pourraient expliquer pourquoi la poésie n’est pas plus populaire.

    Aimé par 1 personne

  5. Je faisais apprendre beaucoup de poèmes à mes élèves du primaire;AU CP.. ils aimaient ! mais il faut que les maîtres soient passionnés pour communiquer et faire passer l’émotion.Quand je les avais à l’étude j leur apprenais des « trucs » pour les aider à retenir plus facilement grâce à la rime ! Nous avons participé à de nombreux concours et glané des prix..Après c’était fini, il y avait des  » récitations » à apprendre par coeur sanscomprendre le sens et la forme!Quant aux médias, incultes et ne voulant pas faire d’effort non plus; ils préfèrent nous abreuver de rap et de slam; je ne suis pas contre dans l’ensemble sauf si les textes sont injurieux !!mais pour l’égalité il faudrait diffuser toutes les formes de littérature et la poésie n’est-elle pas au départ de la chanson? Il y a le rythme et la rime, il manque la conviction !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s