Prosopopée du Louvre

Cette année, l’un des sujets du Bac consistait à faire parler un monument. Je me suis amusé à me prêter à cet exercice, sans bien sûr me contraindre à toutes les exigences liées à l’épreuve officielle. J’ai décidé de faire parler un Louvre un peu grognon…

Une femme contemplant des tableaux du Louvre (Pixabay)
Une femme contemplant des tableaux du Louvre (Pixabay)

Oui, c’est vrai que l’on peut dire que je suis une célébrité. Pensez donc : chaque jour, des milliers de gens viennent des quatre coins du monde pour admirer les merveilles que je possède. Mais toute cette agitation, ce n’est plus de mon âge ! Pensez donc ! Dès le petit matin, été comme hiver, ils se pressent devant mon entrée. Ah ça, il faut les voir traverser à toute vitesse mes galeries, pour être les premiers à poser devant la Joconde. Ah, si vous les voyiez, ma pauvre dame, cela vous ferait rire. Et vas-y que je te pousse, que je te piétine, que je te presse, et tout ça pour quoi ? Pour ce portrait d’une Italienne qui fait la grimace. Ce n’est même pas un tableau entier, figurez-vous qu’il a été découpé dans un tableau plus grand. Et les gens ne remarquent même pas, ou bien remarquent à peine, derrière eux, cet autre tableau aux dimensions beaucoup plus impressionnantes, les Noces de Cana. Mais non, ils n’ont d’yeux que pour cette godiche, les touristes.

Sculpture (Pixabay)
Sculpture (Pixabay)

Les jeunes, de nos jours ! Ah, ça, pour les selfies, ils sont forts ! Et un devant la Joconde, et un devant la Victoire de Samothrace, et un devant le Radeau de la Méduse… Je suis trop vieux pour supporter tout ça. Les enfants, c’est fatigant aussi ! Leurs cris et leurs courses, ce n’est plus de mon âge ! Mais bon, eux au moins ils savent s’émerveiller.

Enfin, passons. De toute manière, ce n’est pas ça le pire, non. Que voulez-vous, ce n’est pas tous les jours facile d’être le plus beau musée du monde ! Et n’allez pas croire que je me vante, hein, ce n’est rien d’autre que la vérité. C’est que j’en ai vu, du beau monde ! Des rois, des empereurs, des princes… Ah, c’était le bon temps ! Je rêve parfois de l’époque où j’étais un palais royal. C’était quand même autre chose ! On ne peut pas dire que ça s’arrange, ça non !

Déjà, vous avez vu comment ils m’ont affublé ? Une pyramide, oui, une pyramide ! Et en verre, hein, bien transparente ! Mais où est-ce qu’ils sont allés chercher ça ? Remarquez, à la longue on s’y fait, mais quand même, ça jure avec mes vieilles pierres et mes nobles statues. Ils ne savent plus quoi inventer, de nos jours. Je suis là depuis le Moyen Âge, j’en ai vu des vertes et des pas mûres, mais celle-là, je ne m’y attendais pas. Tiens, si on lui collait une pyramide, qu’ils se sont dit ! Ben tiens !

J’ai survécu à la Révolution, aux émeutes, à la Commune, à deux guerres mondiales, j’ai vu passer des rois, des empereurs, des présidents, tout ça pour me retrouver avec un chapeau pointu sur la tête à faire le guignol pour les touristes. Il n’y a plus de respect, je vous dis.

Et puis j’ai eu peur, ces derniers temps ! Vous avez dû voir, vous aussi, toute cette eau qui monte ! Ah ça, j’ai craint pour mes antiquités égyptiennes et mes collections d’art premier. Heureusement que la Seine a fini par décroître, sinon j’étais bon à avoir les pieds dans l’eau ! C’est encore un coup à attraper des rhumatismes, ça.

La tour Eiffel (Pixabay)
La tour Eiffel (Pixabay)

Vous devez me trouver un peu aigri, mais attendez un peu d’avoir mon âge, et on en reparlera ! C’est facile pour vous, qui êtes jeune ! Et puis, avec votre armature de métal, vous ne risquez rien ! En tout cas chapeau, vous vous êtes intégrée à merveille dans notre famille des monuments. Pourtant c’était pas gagné au départ. J’avoue qu’au début j’étais sceptique, avec votre drôle d’air, votre allure toute industrielle, votre taille démesurée. Je n’imaginais pas que vous alliez vous imposer. Et puis maintenant on n’imagine plus Paris sans vous. Ah, ça, on peut dire que vous avez fait des jaloux ! Moi aussi, jaloux, vous dites ? Mais pas du tout ! Et puis je me dis que, avec ma pyramide, quelque part, maintenant, je vous ressemble un peu…

Publicités

Une réflexion au sujet de « Prosopopée du Louvre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s