Grammaire : solution du jeu

Je vous proposais, il y a quelque temps, une petite suite d’énigmes grammaticales, qui a rencontré un certain succès. Il est temps d’en apporter la solution.

1. Merci de laisser propre cet endroit

La nature du mot « propre » ne fait guère de doute : c’est un adjectif qualificatif. On dira un enfant propre, une chambre propre. En revanche, sa fonction était moins aisée à déterminer. Ce n’était pas une épithète. On s’en rend compte en remplaçant « cet endroit » par un pronom : Merci de le laisser propre. Le nom « endroit » a disparu, mais l’adjectif « propre » est toujours là. Cela signifie que « propre » ne fait pas partie du groupe nominal dont « endroit » est le noyau. On parle alors d’attribut de l’objet. « Cet endroit » est COD du verbe laisser, et l’adjectif « propre » est l’attribut de ce COD.

Pour aller plus loin, sauriez-vous préciser la fonction du groupe « de laisser propre cet endroit » ?

2. Il était vert de peur

Le mot « vert » est un adjectif de couleur, attribut du sujet « il ». Dès lors, le groupe « de peur » est le complément de l’adjectif « vert ». On dira que l’ensemble « vert de peur » est un groupe adjectival. Autres exemples du même type : rouge de honte, noir de colère, etc.

3. « Que dites-vous ? »

Eh oui, même un tout petit mot comme « que » a une fonction. Ce mot interrogatif a ici une fonction de complément d’objet direct : il répond à la question « quoi ? ». On pourrait le remplacer par un groupe nominal : Vous dites la vérité. De même que « la vérité » est COD, le mot « que » est aussi un complément d’objet direct.

4. « Je ne sais pas comment je m’y prendrai »

La fonction du groupe en italiques ne fait guère de doute : c’est un complément d’objet direct. En revanche, il est plus difficile de préciser sa nature. C’est une proposition subordonnée interrogative indirecte. En effet, « comment » est un mot interrogatif, qui a une fonction de complément circonstanciel de manière dans la subordonnée, tout en jouant aussi un rôle de mot de liaison.

5. « A nous deux, Paris ! »

C’est ici une apostrophe. Le locuteur s’adresse directement à la ville de Paris personnifiée, sur un ton de défi.

*

J’espère que vous avez apprécié ces petites énigmes. Comme toujours, l’espace des commentaires vous est ouvert, pour toute question ou remarque…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s