Qu’est-ce qu’une édition critique ?

Si aujourd’hui vous pouvez acheter et lire des ouvrages anciens, datant par exemple du Moyen-Âge, ou encore des correspondances d’écrivains, ou même des brouillons non achevés, c’est grâce au travail des chercheurs en lettres. L’une de leurs (nombreuses) tâches est en effet d’établir des éditions critiques. Qu’est-ce que cela signifie ? On peut parler aussi d’édition scientifique. Quelles différences avec une édition normale ? Elles sont nombreuses. Le travail du chercheur différera bien entendu selon l’époque et la forme du texte de départ.

1. Faire le choix du texte à éditer

Il existe parfois plusieurs versions d’un même texte. C’est fréquemment le cas lorsqu’il s’agit de manuscrits du Moyen-Âge, où les copistes pouvaient se tromper, omettre des phrases ou des paragraphes, voire en ajouter. Cela peut aussi arriver pour des textes plus récents, lorsqu’il n’existe pas de version considérée comme finale par un écrivain, notamment lorsque ce dernier n’a jamais achevé un manuscrit.

Il faut donc choisir le texte le plus sûr. Il a parfois été fait le choix d’opérer un panachage entre les différentes versions disponibles, en les hybridant. Aujourd’hui, les chercheurs préfèrent généralement opter pour une version particulière, qui, malgré ses défauts éventuels, a le mérite d’avoir réellement existé. Il s’agit donc de déterminer quelle est la meilleure version. Pour cela, il faut comparer les différentes versions, en retracer la généalogie, et les dater, ne serait-ce que de façon relative.

2. Établir le texte

Une fois que la version à éditer a été choisie, il faut établir le texte. Ce qui n’est pas toujours évident, lorsqu’il s’agit de manuscrits anciens, de brouillons non remis au propre, ou d’ouvrages tout simplement abîmés par le temps. Il faudra donc faire des choix, en particulier lorsque la leçon du texte n’est pas très lisible. On pourra alors comparer avec d’autres versions, s’il en existe.

La saisie du texte dans un logiciel de traitement de texte peut ainsi requérir un temps assez long. Lorsqu’il s’agit de textes anciens, le chercheur a le choix entre moderniser l’orthographe, pour rendre le texte accessible à un plus grand nombre, ou au contraire maintenir la graphie de l’époque. Il se pose sans cesse la question de savoir s’il doit intervenir sur le texte ou non : ajouter ou non une ponctuation, supprimer ou non une faute d’orthographe…

3. Annoter et traduire le texte

Une édition critique comporte toujours des notes de bas de pages. Elles permettent au chercheur de justifier ses choix d’édition, mais aussi d’apporter les éléments de compréhension nécessaires au lecteur : le sens de tel mot qui n’est plus employé de nos jours, la localisation de tel village évoqué dans le texte, l’identité de tel personnage réel mentionné par l’ouvrage, les références implicites à d’autres ouvrages…

Lorsqu’il s’agit d’un ouvrage étranger ou ancien, l’édition critique s’accompagne généralement d’une traduction. Eh oui ! Les éditions de textes anciens que vous trouvez dans le commerce sont généralement des traductions, ou du moins des adaptations qui modernisent l’orthographe et la ponctuation. Ainsi, jusqu’au XIXe siècle, le mot enfants était encore souvent écrit enfans, et les imparfaits en –ait s’écrivaient encore –oit.

4. L’apparat critique

Une édition critique comprend généralement une préface à valeur d’introduction, dans laquelle le chercheur présente l’ouvrage et justifie ses choix d’édition, et un dossier critique apportant tous les éléments nécessaires à la compréhension de l’ouvrage : notice biographique sur l’auteur, réception de l’ouvrage au fil du temps, connexions avec d’autres œuvres, enjeux littéraires, esthétiques, historiques, politiques, etc. Il y a parfois aussi un glossaire définissant les termes rares ou anciens, un index des noms de personnes, de lieux, d’ouvrages évoqués… Et, toujours, une bibliographie critique sur l’ouvrage.

Alors, la prochaine fois que vous ouvrirez une édition d’un livre ancien, étranger ou encore d’une correspondance ou d’un manuscrit inachevé, demandez-vous s’il s’agit d’une édition critique, regardez s’il y a une préface, des notes de bas de page, un dossier critique, et pensez que tout un travail a été nécessaire afin d’établir le texte que vous avez sous les yeux.


(Image d’en-tête : Texte et loupe, Milsa, Pixabay, libre de réutilisation)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s