« Je ne suis plus qu’herbes dans pré
sans mémoire ni science
où glisse l’être, heureux à peine
d’errer, d’écrire un rêve. »

Marie-Claire Bancquart, La paix saignée, précédé de Contrées du corps natal,
Obsidiane, 2004, p.111.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s