Le français, une langue difficile ?

Le français, une langue difficile ? Allons donc ! Elle n’est pas composée de milliers d’idéogrammes comme le chinois, elle ne comporte pas de déclinaisons comme le latin ou l’allemand.

L’une des principales difficultés est qu’elle ne se prononce pas toujours, loin s’en faut, comme elle s’écrit. Une langue comme l’italien, par exemple, ne comporte aucune lettre muette, et il suffit de connaître quelques règles simples, comme le fait que les caractères « sc » notent le son que nous écrivons « ch » de notre côté des Alpes, pour écrire l’italien sans trop de peine.

Prenons, par exemple, en français, le mot « oiseaux ». Eh bien, dans ce mot, aucune, je dis bien aucune, des lettres qui sont écrites ne se prononce de façon standard. Le « o » ne se prononce pas « o », et ainsi de suite. Mais bon, une fois qu’on sait que o+i=wa, que eau=o, que s se prononce z entre deux voyelles, et que la marque de pluriel x reste muette, on parvient quand même sans trop de peine à oiseaux=wazo.

Ceci dit, la prononciation de l’anglais est quand même, à mon avis, autrement plus compliquée. Ainsi, pipe se prononce « païpe » (et pipeline, « païpelaïne »), mais recipe (recette) se dit récipi. (!!!)

Ce qui complique les choses en français, c’est que beaucoup de marques grammaticales (pluriels des noms et des adjectifs, terminaisons verbales) ne se prononcent pas. Quand on récite à l’oral « je parle, tu parles, il parle, nous parlons, vous parlez, ils parlent », on n’entend que trois formes différentes. Les trois formes du singulier et la dernière personne du pluriel sont homophones, mais s’écrivent pourtant de façon différente. On est donc obligé d’apprendre ces formes, alors même qu’elles font partie du langage le plus courant. Une difficulté que ne connaissent pas, par exemple, les Italiens.

Tout ça, parce que nos ancêtres ne parlaient pas très bien latin. Le latin oral populaire, déjà, n’était plus la langue de Cicéron telle que l’apprennent les collégiens. De génération en génération, la langue s’est d’autant plus déformée que peu savaient l’écrire, donnant progressivement naissance aux différentes langues romanes. Et les syllabes finales – celles, donc, qui portaient des informations grammaticales essentielles – ont été très touchées par ces déformations.

(Image : Pixabay, libre de réutilisation)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s